mardi 31 janvier 2012

Vidéorama: Tom Brady à son meilleur


Bon, on n'est pas de grands fans de Brady mais voici un bon montage de ses plus beaux jeux de la saison. Enjoy, fans des Pats.

Les Miettes du Mardi: échos pré-Super Bowl

Mettant en vedette Rob Gronkowski, John Elway et évidemment Jim Irsay...

-Rob Gronkowski ne s'est pas entrainé avec les Pats hier et il semble qu'il ne s'entrainera pas beaucoup cette semaine. Il souffre fort probablement d'une entorse à la cheville. S'il est ralenti lors du gros match, ça nuira grandement aux chances des Pats.

-Jim Irsay, proprio des Colts, a décidé de ne pas parler de Peyton Manning cette semaine. Il ne parlera que du Super Bowl qui, incidemment, se déroule à Indianapolis. Bon move mais ce sera ardu.

-Selon Tom Coughlin, les gens d'Indianapolis vont appuyer les Giants cette semaine. Oui, on est d'accord avec cette affirmation.

-Le Pro Bowl est toujours aussi insignifiant mais le match a quand même attiré 12,5 millions de téléspectateurs dimanche. C'est 1,5 million de plus que le match des étoiles du baseball. On ne sait pas trop ce que ça veut dire sociologiquement parlant.

-Si on se fie à John Elway, Tim Tebow sera le partant des Broncos en 2012...mais l'équipe sera à la recherche d'un autre QB. Façon subtile de dire que le Jesusback n'aura pas long de corde. Un gars comme David Garrard pourrait être intéressant. il constituerait un bon filet de sécurité sans vraiment menacer Tebow pour le poste de #1.

-Finalement, Keith Butler ne sera pas le nouveau DC des Colts, il a signé un nouveau contrat pour demeurer coach des secondeurs à Pittsburgh. Butler s'attend à devenir coordonateur défensif des Steelers quand Dick Lebeau, 74 ans, se retirera.

-Sans surprise, on apprend que les Redskins pourraient être intéressés aux services de Peyton Manning si ce dernier est en santé. Évidemment, s'il y a un proprio qui est assez épais pour donner une couple de premiers choix pour Manning et lui payer son boni de 28 M$, c'est bien Dan Snyder.

lundi 30 janvier 2012

La chronique de Nick T. sur Sports Extra, un avant-goût du Super Bowl


Au menu de ma chronique au Sirius 156 cette semaine: mon preview du Super Bowl 46. Toujours en compagnie de l'ami René Pothier.

Face à Face Super Bowl 46 : Les Lignes

Stéphane Morneau poursuit sa série de face à face en prévision du Super Bowl, cette fois en s'attaquant aux lignes offensives et défensives.

Après les entraîneurs et les unités spéciales, on entre dans ce plusieurs considèrent comme étant les nerfs de la guerre dans un match de la NFL : Les lignes offensives et défensives. Les tranchées, là où les guerres se gagnent, les blessures surviennent et où des hommes de trois cent livres pleurent comme des bébés quand ils se retrouvent cul par-dessus de tête. Bref, on sépare les hommes des enfants.

Et parlant de séparation, je suis obligé de lancer le bal avec la spectaculaire ligne défensive des Giants. Justin Tuck et Jason Pierre-Paul étaient déjà terrifiants durant la saison mais depuis le retour en force d’Osi Umenyiora, on parle du meilleur ‘front four’ de la décennie peut-être et je ne crois pas exagérer avec ce genre de propos. C’est impossible pour une ligne offensive d’appliquer une double couverture sur les trois en même temps, ce qui permet aux Giants de ne pas envoyer de secondeurs supplémentaires dans le traffic pour déranger le quart adverse. C’est un casse-tête perpétuel car même sans blitzer, la ligne des Giants finit par passer au travers de la ligne adverse et le quart arrière vit toujours sur du temps emprunter. Quand la menace vient des deux cotés en même temps et que le centre menace de lâcher prise aussi, que peut-on faire? Aaron Rodgers n’a pas trouver de réponses, Alex Smith non plus et le pauvre Matt Ryan doit encore panser ses plaies suite au premier week-end des éliminatoires. Si les Giants jouent de l’aussi bon football depuis 1 mois, ça commence par ce monstre à trois têtes qui meublent la ligne défensive et qui contrôle, littéralement l’échiquier.

Chez les Patriots, la situation est un peu particulière car Bellichik ne préconise pas majoritairement la formation 3-4 mais pourtant, Vince Wilfork est une espèce rare de DT/NT athlétique qui performe merveilleusement bien lorsqu’il monopolise à lui seul le centre de la ligne. Donc les Pats alternent entre le 3-4 et le 4-3, ce qui est déstabilisant pour l’adversaire mais qui est aussi instable au niveau des performances. Suffit que l’équipe adverse trouve un rythme pour que la rotation des Pats devienne une préoccupation. Aux côtés de Wilfork, Ellis et Henderson sont de respectables partants mais aucun des deux ne peut vraiment être considéré comme un ‘game changer’. Par contre, tout le monde embrasse bien le système de Bellichik et dans la performance souvent suspecte de la défensive des Pats, la ligne est rarement un gros problème surtout via la constance et le brio de Wilfork qui, à lui seul, compense pour beaucoup de petites erreurs autour de lui. Vu la fragilité du centre des Giants, Wilfork pourrait causer beaucoup de problèmes à Eli, comme il l’a fait avec Joe Flacco lors du championnat de l’AFC.

Du côté de l’offensive, les Patriots ont l’heureux problème d’avoir de la profondeur mais peu d’expérience en renfort. Brian Waters, Logan Mankins et Matt Light forment un trio expérimenté et surtout très performant. La cohésion est bonne et Brady, malgré tout, est bien protégé surtout du côté gauche via Mankins. Cependant, les blessures obligent les Patriots à utiliser un peu trop le jeune Nate Solder, même en tant que ‘Jumbo TE’ ce qui entraîne une certaine fatigue à mesure le match avance. Si Solder, ou un autre réserviste, affiche une faiblesse durant le match, les Giants vont la saisir à deux mains et l’exploiter jusqu’à plus soif. J’aime la ligne des Pats qui va à l’essentiel : Protéger Brady qui se déplace très peu. Donc les pochettes sont belles et tiennent juste assez longtemps. Reste à voir si la santé sera un facteur dans l’équation dimanche prochain.

Chez les G-Men, il y a des faiblesses. C’est d’ailleurs la grande faiblesse de l’équipe depuis le début de la saison et lors des mauvaises séquences, Eli en voyait de toutes les couleurs. Depuis un mois, tout fonctionne pour les G-Men alors on oublie un peu la ligne très moyenne qu’ils mettent sur le terrain mais si Wilfork est en forme, on pourrait vite se souvenir qu’Eli Manning n’aura pas beaucoup de temps pour prendre ses décisions. Ce qui aide la ligne des Giants, c’est que les deux porteurs de ballons sont physiques et ne nécessitent pas de grandes ouvertures pour se faire un chemin. Mais dans les situations critiques, le centre est une inquiétude et l’excellence d’Eli compense beaucoup, beaucoup de lacunes dans la couverture qu’il reçoit. Vraiment, Coughlin a de quoi s’inquiéter si le match est le moindrement physique.

Si on résume, la ligne défensive des Giants est limite légendaire, Vince Wilfork chez les Pats est un monstre, la ligne offensive des Patriots fait du bon boulot mais la santé n’est pas au rendez-vous et la ligne offensive des Giants pourrait causer de gros problèmes. Avec ce survol, c’est difficile de ne pas aimer les G-Men et surtout Jason Pierre-Paul.

Au niveau des lignes défensives : Avantage Giants

Au niveau des lignes offensives : Avantage Patriots

Mais l’avantage des Giants est considérable alors que celui des Patriots est correct, sans plus. La différence sera notoire sur le terrain.

Jason Pierre-Paul : la nouvelle terreur du football


Pour se préparer au Grand Match de dimanche, nous ferons le portrait d’un joueur d’impact pour chacune des 2 équipes en présence. On commence avec l’impressionnant Jason Pierre-Paul des Giants.

De toutes les analyses des forces en présence du Super Bowl, une question dominera toutes les autres : est-ce que le front défensif des Giants peut déranger suffisamment Tom Brady pour l’empêcher d’être efficace? Ou, dit autrement, est-ce que la nouvelle bête défensive de la NFL, Jason Pierre Paul, sera à la hauteur?

Contrairement à son quart-arrière qui a dû apprendre à reculer sur un 3 steps drop avant d’apprendre à marcher par l’avant, le football ne s’est pas imposé rapidement comme sport de prédilection du jeune Jason. Chez les Pierre Paul, des haïtiens d’origine, le football, c’est ce que nous appelons le soccer. D’abord fervent de basket-ball, ce n’est qu’à la suite de multiples blessures aux jambes que le jeune Jason s’est tourné vers le ballon ovale tard au secondaire.

Même s’il ne connaissait que les rudiments du sport, ses habiletés athlétiques faisaient saliver les recruteurs universitaires. Ses résultats scolaires un peu moins et malgré l’intérêt de plusieurs grosses pointures de la NCAA (Georgia, Arkansas, LSU…), il se retrouva à South Florida où il fut accepté en suivant des cours d’été.

Arrivé en retard au camp (en raison des susmentionnés cours d’été) et tout à fait novice en termes de stratégie de football, on ne s’attendait pas à une contribution de sa part avant la mi-saison. Il fut partant dès la 3e semaine! Après une campagne qui lui rapporta une nomination sur la première équipe d’étoiles, il décida de tenter sa chance immédiatement dans la NFL.

Pierre Paul attira l’attention de plusieurs, mais son manque d’expérience faisait peur. Il faut rapidement identifié comme un choix « Boom or Bust », ces gars qui peuvent soit devenir des méga-star, soit devenir des échecs colossaux. Le potentiel était plus que jamais au rendez-vous, mais dans la NFL, tous les joueurs sont des spécimens physiques d’exception. Finalement, ce sont les Giants qui ont pris le risque de le sélectionner avec le 15e choix de l’encan 2010.

L’adaptation à la vie de professionnel ne fut pas facile pour Pierre Paul. Habitué de dominer uniquement grâce à son talent, ses habitudes de travail furent rapidement critiquées par ses coéquipiers. Il ne débuta pas une partie et il fallut attendre 12 semaines pour le voir réussir un sack. Le 28 novembre contre les Jaguars, il laissa entrevoir une partie de son talent, récoltant 2 sacks et provoquant 2 échappées. N’empêche que le verdict sur sa saison recrue demeura inchangé par rapport à celui du repêchage : gros potentiel, mais gros doutes sur ses capacités à le réaliser.

A sa deuxième saison dans la NFL, tous les morceaux semblent être tombés en place pour Pierre Paul qui a connu une saison exceptionnelle. Profitant des ennuis de santé répétés de Justin Tuck et Osi Umenyiora pour saisir un poste de partant qu’il n’a plus cédé, il a amassé 16.5 sacks en plus de provoquer 2 échappées. Il a su élever son niveau de jeu dans les moments importants, comme le démontre sa performance à Dallas lors de la semaine 14, dans laquelle il a réussi 8 plaqués, dont 2 sacks et un safety en plus de provoquer un fumble. Puis, sur le dernier jeu du match, il a bloqué la tentative de placement du botteur des Cowboys, concrétisant ainsi la victoire des siens. Il fut sélectionné pour prendre part à son premier Pro Bowl, mais la qualité de son jeu en séries n’ayant pas diminué d’un iota par rapport à ses performances de la saison, il a du troquer les plages d’Hawaii pour le nightlife débridé d’Indianapolis.

Du haut de ses 6 pieds 5 pouces, 278 livres et avec ses bras disproportionnellement longs, Pierre Paul n’a pas fini de causer des ravages et il y a fort à parier que la simple mention de son nom bousillera de nombreuses heures de sommeil du coordonnateur offensif des Patriots au cours des prochains jours.

Les Miettes du Lundi: des nouvelles des Colts, Jahvid Best et plus...

Ça bouillonne à Indy, ça sent la fin pour Best et plus...

-Jim Irsay, proprio des Colts, nie qu'il a décidé de libérer Peyton Manning mais du même souffle, il admet ne pas vouloir prendre une décision sentimentale. En entrevue à ESPN, il a souligné toutes les grandes choses que Manning a réalisé à Indy mais a affirmé devopir faire passer le bien de l'équipe en premier. Deux constatations:

1-Les Colts prennent des décisions difficiles mais ils sont résolument tournés vers l'avenir.

2-Irsay a l'air de BEAUCOUP apprécier son séjour sous les projecteurs...

-Les Colts auront une allure des Steelers l'an prochain: l'équipe est en voie d'embaucher Bruce Arians comme coordonateur offensif et Keith Butler (coach des secondeurs à Pitt) comme coordonateur défensif. Le niveau de robustesse devrait augmenter à Indy.

-Matt Cassel a joué les héros samedi soir. La maison de sa voisine était en feu et il est allé frapper à la porte jusqu'à ce que cellei-ci sorte. La dame affirme qu'elle ne savait pas qu'il y avait un feu avant que Matt l'avertisse...

-Les Bears ont nommé un nouveau DG ce weekend, Phil Emery, ancien directeur du recrutement collégial des Chiefs. Il remplacera Jerry Angelo, un dirigeant médiocre à tous points de vue. Emery devra gérer le nouveau contrat de Matt Forte (franchise tag| franchise tag!), entre autres dossiers chauds. Le nouveau patron hérite de Lovie Smith comme coach, on verra comment les deux messieurs pourront s'entendre.

-Le secondeur Aldon Smith (Niners) a été arrêté pour conduite avec facultés affaiblies samedi soir à Miami. Il va sûrement mettre ça sur le dos de Kyle Williams...

-Il fallait s'y attendre: bien des membres de l'organisation des Lions pensent que la carrière de Jahvid Best est terminée. Le RB avait glissé au repêchage 2010 car ses nombreuses commotions cérébrales effrayaient les équipes. Il a subi deux autres commotions depuis son arrivée dans la NFL, il doit commencer à avoir mal à la tête pas mal tout le temps.

dimanche 29 janvier 2012

Les Panthers renouvellent COMPLÈTEMENT leur logo

Un peu comme les Cardinals et les Lions l'ont fait au cours des dernières années, les Panthers ont effectué un petit refresh de leur dessin de chat fâché. On peut espérer qu'ils vont aussi changer leurs osties d'habits laids des années 90...

Retour sur les prédictions


« Les écrits restent » dit le proverbe. Pour quiconque ayant jeté un œil sur nos prédictions du début de saison, il faudrait ajouter : « oui et c’est bien dommage! »

Pour tous ceux qui contribuent à ce site, c’est donc le temps de prendre ses restes d’orgueil et de les enterrer bien profondément, car ce que nous avons dit en début et en cours de saison n’était pas toujours brillant! Mon psychologue me recommande de ne pas parler de mon choix des Falcons comme gagnant du Super Bowl et des Seahawks comme vainqueurs du Derby Luck, mais le reste est « fair game ».

La table ronde revisitée

Durant toute l’année, nous nous sommes bien amusés aux dépends de Stéphane Morneau, jadis parieur de renom, aujourd’hui squeegee sans domicile fixe croulant sous les dettes de jeu. Durant la saison régulière, il a cumulé une décevante fiche de 120 bons paris contre 130 mauvais, soit une moyenne de 48 %.

La question : avons-nous fait mieux?

La réponse ? : euh….. ça dépend!

Nous pouvons difficilement comparer la table ronde, où on ne se casse pas le pompon avec les spreads et le choix du parieur. Par contre, à la table ronde, nous n’avons jamais eu le loisir de se farcir des points gratuits comme un Colts-Saints ou un Rams-Steelers par exemple. Donc, on va dire que le niveau de difficulté se rejoint! Que je vous avertisse, les participants à la table ronde 6VB n’ont pas fait sauter la banque eux non plus. Dans une année difficile pour les casinos, disons que sur ce blogue, nous avons été bons pour eux!

Déception pour les réguliers et pour les gens d’Hérouxville, le haut du pavé appartient aux collaborateurs occasionnels et à un participant venu d’ailleurs! En effet, notre ami français Domanick 43 du site NFL Book est un des deux seuls à avoir atteint la note de passage avec 66.7 %. Le championnat appartient toutefois à notre expert-pooler, Tony Savoie, dont les 4 prédictions en saison régulière furent parfaites. De mon côté, je me console en étant le seul s’étant exprimé à plus de 20 reprises à avoir brisé le seuil psychologique du 50 %.

Classement
1 ) Tony Savoie 4/4 100 %
2 )Domanick 43 4/6 67 %
3 ) J-R 12/23 52 %
4 ) Stéphane Morneau 17/34 50 %
Kadidja Haïdara 5/10 50 %
Pick 5/10 50 %
Patchalif 1/2 50 %
8 ) Nick. T. 18/38 48 %
9 ) Christophe P. (patate 583) 16/35 46 %

Nos excuses Stéphane, nous n’avons pas fait mieux que toi! On se revoit tous pour une soupe chaude à la tablée populaire du coin ou au manoir de Tony s’il ne nous renie pas!

Face à face Nick T. – J-R!

Lors des tailgates # 2 et 3, Nick et moi avons croisé le fer sur une série de prédictions à savoir quels joueurs allaient connaître la meilleure saison. Là aussi, un tirage au sort aurait pu nous battre, car nous avons joué pour 500! Dans la liste ci-bas, le joueur ayant connu la meilleure saison sera en caractère gras et lorsqu’un nom apparaît entre parenthèses au bout, c’est que cette personne a effectué la bonne sélection.

RECEVEURS DE PASSES
Mike Williams vs Stevie Johnson (Nick T.)
Calvin Johnson vs Andre Johnson (j-r)
AJ Green vs Julio Jones
Brandon Lloyd vs Dwayne Bowe (Nick T.)

TIGHTS ENDS
Jimmy Graham vs Brandon Pettigrew (Nick T. et j-r)
Jason Witten vs Antonio Gates (j-r)
Marcedes Lewis vs Chris Cooley (Nick T. et j-r)

QUARTS-ARRIÈRES
Tony Romo vs Jay Cutler (Nick T. et j-r)
Andy Dalton vs Cam Newton (Nick T.)
Joe Flacco vs Mark Sanchez
Tavaris Jackson vs Rex Grossman

PORTEURS DE BALLON
Mark Ingram vs Daniel Thomas (Nick T.)
Peyton Hillis vs LaGarette Blount (j-r)
Rashard Mendanhall vs Ray Rice (Nick T.)
Adrian Peterson vs Chris Johnson (j-r)

Donc au final, Nick T. l’emporte avec un score de 8 en 15, soit un choix de mieux que l’auteur de ces lignes. Félicitations pour votre beau programme M. Thibault!

A noter que dans le premier tailgate de la saison, je m’étais aussi risqué à identifier quelques vedettes qui allaient éclore cette année. Le tight end Jimmy Graham représente ma meilleure vision, mais Kevin Kolb et Mike Williams sont loin d’avoir connu les succès escomptés, tandis que Dez Bryant, Stevie Johnson, Jonathan Stewart et Brandon Pettigrew furent corrects, mais sans atteindre le niveau envisagé par ma boule de cristal. Je fus cependant plus efficace à répendre le malheur, alors que tous mes choix (Matt Cassel, Dwayne Bowe, Brandon Lloyd, Peyton Hillis et Antonio Gates) ont effectivement régressé en 2011.

Nos lecteurs ne font pas mieux!

Bon, vous avez assez ri de nous autres, voyons maintenant comment vous, les fidèles lecteurs de 6VB, vous êtes débrouillés! Nous vous avons sondé en août lorsqu’est venu le temps de prédire chacune des 8 sections de la NFL et d’envoyer 12 équipes en séries. Malheureusement, vous n’avez pu faire mieux que vos blogeurs!

Premièrement, lorsque nous vous avons demandé votre équipe surprise dans la AFC, vous avez sélectionné les Browns. Dans la NFC, c’était les Cards! C’est dire à quel point les Bengals, Broncos et Niners sont partis de loin!

Ce ne fut pas plus étincelant au niveau des prédictions pour les séries. Vous êtes 6/12 grâce aux Patriots, Steelers, Ravens, Packers, Falcons et Saints. Là où ça se gâte, c’est quand vous avez ajouté les Rams et les Colts, soit les clubs qui repêcheront aux 2 premiers rangs en avril! J’avais également fait mes choix lors du premier tailgate de la saison, soit près d’un mois après vous. Ce délai me fut bénéfique, entre autres pour écarter les Colts du portrait des séries et j’ai correctement prédit 8 des 12 participants aux éliminatoires.

Au niveau des champions de division, vous êtes 2 en 8, ayant correctement prédit le règne des Patriots sur l’AFC Est et des Packers sur la NFC Nord. Une preuve supplémentaire que la NFL est imprévisible!

On dit que c’est dans l’adversité qu’on s’améliore. Ça ne s’applique pas au staff de 6VB qui vit en déni de la réalité et qui n’a tiré aucun enseignement de toutes ces mauvaises prédictions. Pire, nous vous offrirons quand même nos choix en prévision du Super Dimanche qui s’en vient. La rumeur veut que Stéphane Morneau ait été aperçu sur le bateau de Tony Accurso récemment et qu’il aura les poches pleines pour le Super Bowl. En tout cas, ce ne sont pas les choix de paris qui manquent!

samedi 28 janvier 2012

Les Colts auraient décidé de se départir de Peyton Manning

Selon Jason LaCanfora de NFL Network, le #18 serait libéré d'ici quelques semaines.

Si on se fie à LaCanfora, les récents sparages de Manning et Jim Irsay sont inutiles car les Colts auraient décidé de libérer Manning depuis des semaines. Le couperet tomberait juste avant le scouting combine qui commence le 22 février. Les Colts éviteraient donc de payer le bonus de 28 millions qui est du pour le 8 mars.

Ouais. Mettons qu'en tant que partisan des Colts, je trouve car abrupte (si ça s'avère vrai). C'est évident que l'équipe est très au courant de l'état de santé de Manning et qu'ils ont décidé de tourner la page. Nouveau coach, nouveau DG, nouveau QB, Mathis et Wayne vont probablement quitter...C'est la fin d'une époque et les Colts foncent tête première.

Si Peyton est le moindrement en forme, les équipes se bousculeront pour faire son acquisition et s'il ne l'est pas, il prendra une retraite bien hâtive...

Les Choix du Parieur : Super Bowl XVLI Partie 1

Stéphane Morneau nous offre la première partie de ses Choix du Parieur édition spéciale pour le Super Bowl XVLI.

Je ne sais pas pour vous mais moi, j’ai les doigts qui me démangent à l’approche du Super Bowl. C’est comme la dernière occasion de vraiment mettre ses culottes en jeu lors du jour du Seigneur et pour nous permettre de finir ça en grand, les différents ‘bookies’ offrent toujours une panoplie de paris (prop bets) tous plus exotiques les uns que les autres. Alors, je vous offre un méli-mélo de ce que j’ai trouvé qui vaut le détour. À prendre avec un grain de sel, bien sûr. C’est plus le genre de paris qui se payent en ailes de poulets entre amis de toute façon. Peu importe la mise, l’important c’est d’avoir du plaisir, ne l’oubliez jamais. Alors, dans l’ordre et le désordre : Let’s PROP !

Le MVP du match

Eli Manning à 9/4

Ahmad Bradshaw à 22/1

Brandon Jacobs à 35/1

Hakeem Nicks à 14/1

Victor Cruz à 8/1

Tom Brady à 13/10

Benjarvus Green-Ellis à 22/1

Danny Woodhead à 50/1

Wes Welker à 15/1

Rob Gronkowski à 10/1

Et ma ligne favorite….Jason Pierre-Paul à 30/1

Vraiment ici, choisissez un gagnant et jouer les scénarios, Si les Patriots gagnent, c’est Brady, Welker ou Gronkowski. Par le passé, c’était pas mal toujours ce genre de résultats pour les Pats. Si les Giants se sauvent avec le match, Eli est loin devant comme favoris avec ses deux cibles favoris. Moi j’aime Pierre-Paul ici à cause de l’excellente cote et aussi du fait que s’il a un match de 2 sack, ou 1 sack et 1 fumble et que le score est bas, il pourrait se sauver avec les honneurs du match. Autrement dit, ce n’est pas un si gros stretch que ça pour un joueur d’impact qui provoque des revirements et change la donne du match. Et qui plus est, j’aime les joueurs défensifs, c’est mon dada. Alors, préparez vos pancartes : JPP 4 MVP !

La couleur de la douche de Gatorade pour le coach gagnant 


Un classique, voici les cotes :

Orange 9/4

Jaune 2/1

Vert 6/1

Rouge 11/2

Bleu 10/1

Transparent 2/1

Comment ne pas aimer la douche bleue à 10/1? Sérieusement, comment?

Que portera Kelly Clarkson pour chanter l’hymne national?

Un chandail officiel du Super Bowl ou de la NFL générique 2/1

Un chandail des Patriots 12/1

Un chandail des Giants 15/1

Un chandail des Colts 12/1

N’importe quoi d’autre 1/3

J’aime beaucoup les couleurs locales ici, 12/1 pour un chandail des Colts (sûrement Manning) c’est quand même beaucoup d’action pour si peu de suspense. Allons-y comme ça. Parlant de l’hymne national, vous pouvez aussi attraper une cote de +250 que Clarkson va oublier ou sauter au moins un mot durant son hymne national. De l’argent facile.

Moyenne de téléspectateurs pour le SB XLVI

Over/Under 117 Millions

Le OVER est à -140 et le UNDER est à 1/1. Sérieusement, je voulais prendre le OVER mais les cotes sont mauvaises, même si les deux équipes risquent de générer beaucoup de téléspectateurs.

Ocho Cinco Money

Le Ocho est à 25/1 pour marquer le premier touché de la partie. C’est la même cote que Tom Brady au sol. Moi j’aime ça, de la logique comme ça.

La fluctuation du Dow Jones le lendemain sur Super Bowl

Le marché en hausse -140Le marché en baisse 1/1Non mais, vous ne pouvez pas dire qu’on n’est pas diversifié.

Le choix de Barack

Selon-vous, Barack Obama va prédire une victoire des Pats ou des Giants? La ligne est à -12 des deux cotés.

Il y aussi l’avalanche de Player’s Bets. Sérieusement je me tiens loin de tout cela, ça devient franchement frustrant de prier pour une séquence de jeux à la fin du match. Si c’est votre truc, tous les scénarios possibles et imaginables sont couverts, incluant des duels face à face entre la performance de cette année et celle du dernier Super Bowl entre les deux équipes. Le Super Bowl est l’occasion de pousser la note sur la Player’s Bets et vraiment, magasinez vos lignes et vous trouverez de l’action, promis. Gardez en tête que c’est pour le plaisir et partagez nous vos paris loufoques dans les commentaires. Il y a aussi plusieurs ‘cross-sports’ qui sont très amusants, par exemple, le nombre de touchés au sol de Brandon Jacobs vs le nombre de buts marqué par Wayne Rooney.Des heures de plaisirs.La semaine prochaine, le match en tant que tel et un peu plus de props, juste parce que.

BONUS !!! La NFC est favorite à -4 pour le majestueux Pro Bowl. Donc, par esprit de contradiction, je vous suggère l’AFC +4. Anyway, moi je vais y jeter un œil juste pour voir des filles en bikini coquillages faire de biens jolies danses.

vendredi 27 janvier 2012

Poolers avertis: les héros et zéros de 2011

Alors que la plupart des poolers sont en ce moment en train de se demander comment ils vont survivre à 6 mois sans compétition, je vous propose un petit regard en arrière sur la saison 2011. Voici donc mes héros et zéros à chaque position offensive de l'année 2011 avec les perspectives d'avenir pour chacun pour l'an prochain.

-Héros-

Matthew Stafford (QB, Détroit)

Statistiques 2011: 421 passes complétées 5038 verges 41 TD 16 INT

Après 2 saisons perdues pour cause de blessures, les attentes envers Stafford étaient mitigées avant le début de la saison. Le potentiel incroyable annoncé lors de sa sélection en 2009 s'est finalement montré le bout du nez cette saison. Il a terminé dans le top 5 dans toutes les catégories de passeurs après avoir été le 11e QB séléctionné en moyenne dans les pools Yahoo. La blessure à Jahvid Best et donc l'élimination du jeu au sol des Lions n'a pas aidé Stafford, mais il a quand mêeme réussi a fournir un effort digne des grands.

Prédiction 2012: Le possible retour de Jahvid Best en pleine santé permettra au duo Megatron/Stafford d'atteindre de nouveaux sommets. L'émergence de Titus Young sera aussi à surveiller et pourrait ajouter à la puissance de frappe des Lions dans le futur. Stafford fera partie de l'élite l'an prochain.

Victor Cruz (WR, Giants)

Statistiques 2011: 82 catchs 1536 verges 9 TD

L'ascension de Cruz cette saison fût sensationnelle. Il a d'abord montré des signes de son talent durant la pré-saison 2010, y allant de 15 catchs pour 297 verges et 4 touchés en 4 matchs avant de se blesser à la 3e semaine. Un an plus tard, sa performance de 145 verges et 3 touchés contre les Jets en pré-saison et une blessure à Mario Manningham lui permettent d'avoir sa première vraie chance. Le résultat? 3 catchs 110 verges et 2 touché dont celui-ci qui nous montre toute l'étendue de ses talents. Cruz fût cette saison, selon moi, le ''waiver pickup'' de l'année.

Prédiction 2012: Cruz sera fort probablement un joueur productif l'an prochain. Il partira très tôt dans les repêchages! Une star est née!

Jordy Nelson (WR, Green Bay)

Statistiques 2011: 68 catchs 1263 verges 15 TD

Choix difficile entre Nelson et Steve Smith, mais les 15 touchés de Nelson prennent le dessus. Au début de la saison, Nelson était en lutte avec James Jones pour prendre la part de temps de jeu que le vieillissant Donald Driver allait laisser aux jeunes WR du Pack. Personne ne pensait par contre qu'il allait accumuler de meilleures statistiques que Greg Jennings! Quelqu'un aurait pu prédire avant le début de la saison que Nelson finirait à 1 touché de la tête de la ligue?

Prédiction 2012: Un receveur qui est une des cible préférées de Aaron Rodgers ne peut faire autrement qu'avoir une grosse saison. Trust the men!

Marshawn Lynch (RB, Seattle)

Statistiques 2011: 1204 verges 12 TD au sol, 28 catchs 212 verges 1 TD par la passe

2 mots pour résumer la saison 2011 de Lynch: BEAST MODE! Ce choix de 1ère ronde, 12e au total en 2007 par les Bills qui s'est carrément fait tasser de Buffalo par l'arrivée de C.J Spiller et l'émergence de Fred Jackson a repris du lustre cette saison pour l'équipe de Pete Caroll. L'attaque brouillonne des Seahawks fut sauvée plusieurs fois cette saison par Lynch, lui qui a connu une séquence irrésistible de 11 matchs consécutifs avec un TD. Son style robuste en fait un porteur de ballon idéal pour une équipe comme les Seahawks qui a des problèmes avec le jeu de passe.

Prédiction 2012: Lynch vient de revenir sur la «antasy map et il sortira très haut l'an prochain. Une cette saison à la Peyton Hillis est toujours possible, mais Lynch est beaucoup plus talentueux que Hillis donc je suis prêt à lui prédire une autre bonne saison, tout dépendant du repêchage que Pete Caroll nous servira!

Darren Sproles (RB, Nouvelle-Orléans)

Statistiques 2011: 603 verges au sol 2 TD au sol, 86 catchs 810 verges 7 TD par la passe

Tout le monde sait que Sproles est un excellent «change of pace back», mais personne ne pensait qu'il allait être si important aux succès des Saints. Sproles a établi un nouveau reccord pour le plus grand nombre de verges combinées en étant le dépanneur de Drew Brees, amassant 86 catchs au cours de la saison. Le fait d'avoir Pierre Thomas, Mark Ingram et Chris Ivory avec lui dans le champ arrière n'aide pas du tout son nombre de ballons, mais on voit bien qu'il a sû bien s'en servir.

Prédiction 2012: Le fait de devoir diviser le temps de jeu à 4 n'est pas idéal donc je reste très froid envers Sproles. Mais il reste un très bon candidat dans une ligue PPR.

Rob Gronkowski (TE, Nouvelle-Angleterre)

Statistiques 2011: 90 catchs, 1327 verges, 17 TD

Étant un receveur dans une offensive menée par Tom Brady, Gronkowski était un joueur relativement ciblé dans les repêchages. Mais aucun expert ne s'attendait à une saison aussi explosive de la part du Gronk. Avec Aaron Hernandez, Gronkowski forme un incroyable duo de TE qui est presque impossible à couvrir pour les défensives adverses. Sa saison record s'est réellement mis en branle entre les semaines 9 et 14, où il a marqué 10 touchés en 6 matchs.

Prédiction 2012: Le nouveau recordman restera au sommet de son art tant et aussi longtemps que Tom Brady lui lancera le ballon, n'ayant que 22 ans. Une baisse de production est tout de même à prévoir l'an prochain avec un Aaron Hernandez en santé, mais il reste une des étoiles montante à sa position.

Jimmy Graham (TE, Nouvelle-Orléans)

Statistiques 2011: 99 catchs 1310 verges 11 TD

Graham n'a pas choisi son année pour exploser. Alors que tous les yeux étaient tournés vers la Nouvelle-Angleterre et Rob Gronkowski, Graham a connu une saison colossale, amassant 99 catchs et un total de 11 touchés, qui serait considéré comme une campagne de rêve dans une autre saison que celle-ci. Il ne faut pas oublier que Graham a lui aussi battu le record de Kellen Winslow Sr, mais s'est fait coiffé quelques heures plus tard par un petit 17 verges par le TE des Pats.

Prédiction 2012: Alors que Gronkowski se fera voler quelques ballons par son coéquipier Hernandez, Graham lui sera toujours le receveur #1 de Drew Brees. Avec le départ probable de Marques Colston, Graham pourrait même menacer le record du Gronk l'an prochain.

Autres candidats: Ryan Fitzpatrick (BUF), Andy Dalton (CIN), Steve Smith (CAR), A.J Green (CIN), Reggie Bush (MIA), DeMarco Murray (DAL), Fred Davis (WSH)


-Zéros-

Josh Freeman (QB, Tampa Bay)

Statistiques 2011: 346 passes complétées 3592 verges 16 TD 22 INT

Vu comme une étoile montante au terme d'une saison 2010 pleine de promesses à Tampa Bay, Freeman a amèrement déçu ses partisans en 2011. Alors que 2011 a été l'année des quarts, Freeman n'a pu faire mieux que 16 passe de touchés et un astronomique total de 22 interceptions. Espèrons que ce ne soit qu'une mauvaise saison pour Freeman et qu'il reviendra au niveau de jeu qui lui a permit de lancer 25 touchés contre 6 interceptions en 2010.

Prédiction 2012: Freeman va glisser très loin sur les listes de repêchages de plusieurs. Il est un très bon candidat pour une bonne amélioration en 2012 et il pourrait être une bonne aubaine l'an prochain.

Michael Vick (QB, Philadelphie)

Statistiques 2011: 253 passes complétées 3033 verges 18 TD 14 INT, 589 verges 1 TD au sol

Avant le début de la saison 2011, Vick était vu comme une arme incroyable au niveau poolesque, ayant marqué 27 touchés en 12 matchs en 2010 après son triomphal retour à la gloire. Alors que les acquisitions s'accumulait dans l'entre saison à Philadelphie, des prédictions osées allant jusqu'à voir Vick marqué plus de 40 touchés au total étaient lancées de toute part. Seul Aaron Rodgers fût repêché avant lui au niveau des QB dans les ligues Yahoo. Une saison de de misère pour les Eagles s'est mise en branle pour les Eagles et les statistiques de Vick suivirent cette lignée,

Prédiction 2012: Je crois que les Eagles reviendront en force en 2012, Vick ne pourra pas faire pire que 19 touchés total, et il reste selon moi un très bon joueur du coté fantasy et son prix sera fort probablement raisonnable l'an prochain.

Mike Williams (WR, Tampa Bay)

Statistiques 2011: 65 catchs 771 verges 3 TD

Un peu à l'image de Freeman, Williams était vu comme plusieurs comme un candidat pour exploser cette saison, après une performance de 11 TD à son année recrue. Mais le fameux «sophomore slump» à frappé sur Williams, et il a affiché grosso modo les même statistiques que l'an dernier, mais avec seulement 3 touchés. Il est toujours plus risqué de choisir un receveur qui base sa production sur un nombre élevé de touchés, et Williams vient confirmer cette règle.

Prédiction 2012: L'attaque des Bucs ne peut pas être plus anémique que cette saison, et selon moi Williams aura du succès l'an prochain.

Reggie Wayne (WR, Indianapolis)

Statistiques 2011: 75 catchs 960 verges 4 TD

Personne n'aurait crû que Wayne serait celui qui serait le plus affecté par l'absence de Peyton Manning. Wayne est un modèle de constance depuis plusieurs annés, ayant amassé plus de 1000 verges à chaque saison depuis 2004. Une saison frustrante pour ceux qui lui ont fait confiance en août.

Prédiction 2012: Que ce soit avec Peyton ou Andrew Luck au poste de quart, Wayne reviendra à son niveau d'excellence en 2012

Chris Johnson (RB, Tennessee)

Statistiques 2011: 1047 verges 4 TD au sol, 57 catchs 418 verges par la passe

Saison mouvementée pour Johnson. Après avoir fait la grève durant le camp d'entraînement, CJ2K a obtenu un lucratif contrat mais il n'a pas du tout rentabilisé l'investissement des Titans. Même si ses 1400 verges totales sont un total acceptable, il n'a pas été le joueur dominant que l'on a connu récemment. Saison décevante pour ceux qui ont investi un choix dans le top 5 pour sélectionner le produit de East Carolina

Prédiction 2012: Johnson commençait à reprendre son rythme de croisière vers la fin de la saison donc je crois fermement qu'il reviendra dans l'élite l'an prochain, surtout si Jake Locker commence la saison au poste de partant.

Peyton Hillis (RB, Cleveland)

Statistiques 2011: 587 verges 3 TD au sol, 22 catchs 130 verges par la passe

MADDEN CURSE! Lui qui disait ne pas croire et ne pas considérer la malédiction du jeu de EA Sports, j'aimerais bien l'entendre se prononcer sur le sujet après la saison de misère qu'il vient de connaître! Le comble du malheur pour Hillis est que durant son absence, Montario Hardesty s'est établi comme un excellent joueur et Hillis devra jouer a un très haut niveau s'il veut garder son poste à Cleveland. Il est agent libre et pourrait bien se retrouver ailleur

Prédiction 2012: Hillis ne sera pas #1 d'emblée qu'il reste à Cleveland ou qu'il signe ailleurs. Il est selon moi un joueur à repêcher comme remplaçant.

Marcedes Lewis (TE, Jacksonville)

Statistiques 2011: 39 catchs 460 verges

Après une saison pleine de promesses en 2010 avec 10 TD, Lewis s'est complètement écrasé en 2011, ne réussissant même pas à marquer un touché. Cet ancien 1er choix en 2006 semblait avoir enfin trouvé son aire d'allée mais, à sa défense, l'arrivée de Blaine Gabbert n'a pas aidé ses chances.

Prédiction 2012: Après une première saison difficile, Gabbert aura au moins toute l'offseason pour bien s'acclimater à la NFL et prendre confiance. Les Jags repêcheront surement aussi un receveur pour venir l'aider donc je crois que Lewis reste une carte cachée pour l'an prochain!

Autres zéros: Rashard Mendenhall (PIT), Miles Austin (DAL), Dallas Clark (IND), Chad Ochocinco (NE), Sidney Rice (SEA)

ARTICLE ÉCRIT PAR TONY SAVOIE

Face à Face Super Bowl 46 : Les unités spéciales

Stéphane Morneau poursuit ses face à face avec les unités spéciales des Giants et des Patriots.

Après mon portrait sur les entraîneurs qui s’affronteront au prochain Super Bowl, c’est le temps d’enchaîner avec les grands mal-aimés du football : Les unités spéciales. Ce n’est plus un secret pour personne, les unités spéciales sont souvent négligées lors des pronostics et même durant nos visionnements, en général, on choisit toujours le moment d’un punt pour aller se chercher une tite-frette au frigo. Mais plus maintenant, non, c’est le temps de leur donner un peu d’attention.

Chez les Giants, les unités ont fait la manchette la semaine dernière en provoquant deux très gros revirements sur les dégagements, dont un qui mena au placement pour la victoire en prolongation et ainsi leur imprimer un billet pour le Super Bowl. Bien sûr, Eli et compagnie ont complété le travail, mais le fumble qui a été provoqué en prolongation et la stratégie audacieuse d’exploiter la faiblesse du retourneur des Niners sont des preuves que les unités spéciales des Giants sont gonflées à bloc et surtout, elles sont opportunistes. Ça frappe dur du côté des G-Men et ça pourrait causer des maux de tête aux Patriots qui n’ont pas vraiment de retourneur d’élite pour les dégagements. Edelman et Woodhead se partagent la tâche et bien honnêtement, y’a pas de quoi écrire à sa mère. Tom Coughlin pourrait donner le même genre de directives de frapper fort et souvent pour causer des erreurs et annuler des possessions pour Brady et son offensive. Les Giants, avec la profondeur défensive qu’ils ont, possèdent le personnel pour bien équiper les unités spéciales et frapper dures lors de moments clés, comme la semaine dernière. D’ailleurs, Steve Weatherford fait du bon travail sur les dégagements cette année avec une moyenne de 45 verges et les Giants, autant sur les kickoff que sur les dégagements, n’ont pas donné de touchés sur des retours cette année. Une statistique intéressante dans la gestion de la position du terrain qui est souvent cruciale lors du dernier grand match de l’année.

Chez les Pats, les statistiques sont analogues sauf que les gros jeux sont un peu moins au rendez-vous. Zoltan Mesko a aussi une moyenne de 45 verges sur ses dégagements et les Patriots n’ont pas donné de touchés à l’adversaire. Aussi, avec l’offensive explosive de Tom Brady et compagnie, disons que les dégagements sont plus rares et moins spectaculaires. On pourrait dire que les Pats sont victimes de leur succès et que les unités spéciales manquent, un brin, de pratique pour obtenir une cohésion optimale.

Chez les botteurs de précisions, Lawrence Tynes revient hanter les Patriots après le désormais célèbre 18-1. Il était le botteur des Giants lors de leur dernière conquête du Super Bowl, il a donc l’habitude des gros moments au bout de son pied. Gostkowski des Patriots aussi était du dernier SB mais dans une cause perdante, il faut lui enlever quelques points. Gostkowski a été un peu meilleur et plus sollicité cette année, mais c’est une différence négligeable et dans les grandes occasions, le numéro de Tynes sera appelé et il a prouvé par le passé qu’il peut faire le travail et transporter son équipe le temps d’un botté.

Pour les unités spéciales : Avantage Giants !

Les Recettes du Super Bowl: le sandwich rougail saucisses

On commence notre traditionnelle série de recettes festives avec une variation sur une recette traditionnelle de l’Ile Maurice.

À la base, le rougail saucisses est une sorte de ragout relevé originaire des îles françaises de l’Océan Indien. On peut en manger au resto Le Piton de la Fournaise sur la Rue Duluth. C’est sauceux et viandeux, ce qui m’a donné l’idée de mettre ça dans des petits pains. C’est comme des sandwiches pulled pork sauf complètement différent. En plus, ça se mange avec un condiment épicé à la mangue qui fait une sorte de relish, miam miam. Les deux ensemble causent une réaction chimique de bon goût.

-Ingrédients, pour faire environ huit bons sandwiches-

-10 saucisses, je suggère des Italiennes douces. Il faut des saucisses dont le goût n’est pas trop prononcé pour ne pas entrer en conflit avec les autres ingrédients. Ce n’est pas le temps des sangliers et bleuets.

-3 cuil. à soupe d'huile

-2 gros oignons émincés

-2 gousses d'ail

-Une c. à soupe de gingembre frais

-4 tomates hachées en cube

-2 c. à table de curcuma

-Environ 250 ml de bouillon de poulet

-huit pains ciabatta. C’est sauceux alors ça prend des pains fermes.


-Ingrédients pour le condiment à la mangue-

-Une mangue verte. Allez à l’épicerie et prenez la moins mure de la gang.

-Du sambal oelek (pâte de piment avec de l'huile, facile à trouver)

-un petit oignon


-Préparation-

-Coupez vos saucisses en bout d’environ 5 cm

-Faites chauffer l’huile et les oignons jusqu’à ce que ceux-ci soient blondis.

-Ajouter l’ail et laissez chauffer pendant deux-trois minutes.

-Ajoutez les saucisses et faites les revenir jusqu’à ce qu’elles soient brunies. C’est une étape importante car vous ne voulez pas des saucisses pâlottes.

-Ajouter les carottes, le curcuma et le gingembre.

-Ajouter du bouillon de poulet jusqu’à ce que le tout soit pratiquement couvert.

-Porter à ébullition pendant deux minutes et laisser mijoter a feu doux pendant une heure.

-Pendant ce temps, pelez votre mangue et râpez-la. Ajoutez une cuiller à table de sambal oelek et un peu d’oignon.

-Mettez le condiment dans un bol couvert au frigo en attendant de servir.

-Après la cuisson, ouvrez vos pains et garnissez-les de rougail saucisses. Je suggère de prendre une cuiller à trous et de bien remplir de saucisses, tout en contrôlant la quantité de sauce. Il y a toujours moyen de rajouter de la sauce après.

-Ajoutez du condiment à la mangue, comme si c'était de la relish.

-Enjoy.

Ai-je vraiment besoin de dire que c'est bon avec de la bière?

Vous pouvez retrouver toutes nos autres recettes drette ici.

jeudi 26 janvier 2012

Les Bucs ont un nouvel instructeur-chef...

...et il s'agit de Greg Schiano, anciennement de l'Université Rutgers.

C'est clair que les partisans ne paient pas pour voir un coach en action mais ce n'est pas le gendre d’embauche qui va stimuler la faible vente de billets de saison. Rutgers a eu une fiche de 9-4 en 2011 et de 4-8 en 2010. Sa fiche globale depuis 2006 est de 49-28 depuis 2006. On parle d'un programme moyen. Fait intéressant: Schiano a reçu une chaude recommandation de la part de Bill Belichick, ce qui n'est quand même pas rien.

La recherche de coach des Bucs fut longue et donne un résultat peu flamboyant. On se doutait qu'ils n'allaient pas dépenser une fortune mais il faut admettre que l'arrivée de Schiano vient vraiment du champ gauche.

Face à Face Super Bowl 46 - Les Entraîneurs

Stéphane Morneau débute sa série d'analyses sur le Super Bowl avec un portrait des entraîneurs-chefs qui s'affronteront à Indy pour clore la saison.


On débute notre analyse détaillée de l’affrontement entre les Patriots et les Giants par les têtes respectives sur le terrain : les entraîneurs-chefs. Plus tard dans la semaine, je vais décortiquer les alignements sur le terrain, mais c’est amusant de commencer par les marionnettistes derrière ce beau cirque que sera le Super Bowl XLVI.

Chez les Patriots, il n’a plus besoin de présentations, Bill Belichick tient l’équipe dans sa paume depuis 2000 et depuis, c’est une véritable institution en Nouvelle-Angleterre. Trois Super Bowl, cinq championnats de l’AFC et nommé trois fois l’entraîneur de l’année (2003-2007-2010). Le pedigree de Belichik, malgré le scandale du spygate, n’est plus à prouver. C’est un gagnant. D’ailleurs, Belichik à son mot à dire dans toutes les décisions de personnelles que prennent les Patriots, une chose qui est rare dans le circuit pour un entraîneur-chef. On parle donc véritablement de son programme, son équipe, sa mentalité.

Ironiquement, Belichik a passé 12 ans dans l’organisation des Giants, sous Bill Parcells, à peaufiner ses stratégies défensives qui ont fait sa renommée et ont culminé vers le poste qu’il occupe présentement. Malgré l’offensive dévastatrice des Patriots, Belichik reste d’abord et avant tout un grand stratège défensif qui a toujours un plan de match au quart de tour pour contrer les forces offensives de ses adversaires.

Chez les Giants, Tom Coughlin est aussi un vieux de la vieille qui fait partie des meubles dans la grosse pomme. Nommé à la barre des Giants en 2004, Coughlin a souvent été sous les projecteurs pour les mauvaises raisons suite à de mauvaises performances des G-Men mais malgré tout, il a offert aux Giants un Super Bowl et deux championnats de la NFC.

Coughlin n’a pas toujours été populaire à New York en commençant par la rétrogradation de Kurt Warner pour le jeune Eli Manning lors de sa première saison à la barre de l’équipe. Avec le recul, on peut difficilement questionner la décision, mais en 2004, Warner était une grosse vedette dans la NFL qui connaissait une mauvaise saison et Eli était encore bien caché dans l’ombre de son frère après avoir fait quelques vagues au repêchage. Coughlin n’a pas bronché et c’est ainsi que son association avec son jeune quart a débuté, pour le meilleur et pour le pire.

Le meilleur, c’est bien entendu le fameux 18-1, le soir où les Giants ont saboté la saison parfaite des Patriots pour gagner le Super Bowl et ainsi empêché les Patriots d’être immortalisé dans le livre des records. Le pire, c’est une saison de 8-8 l’année en 2009 après une saison de 12-4 avant. Mais d’un bout à l’autre de l’aventure, la direction de Coughlin n’est plus mise en doute depuis que les Giants jouent du football de qualité et surtout qu’ils excellent sous la pression.

Tout comme Belichik, Coughlin a été façonné sous la tutelle de Bill Parcells et sa mentalité n’est pas très loin de la source. Orienté sur la défensive, Coughlin est d’ailleurs souvent critiqué pour ses décisions offensives et sa gestion de l’horloge discutable dans des moments clés. Par contre, son développement phénoménal des joueurs de lignes défensives est redoutable et est devenu depuis cinq ans la marque de commerce des Giants.

Les deux coachs proviennent un peu de la même école, mais le succès a clairement plus rencontré le chemin de Belichik au fil des ans. On est obligé de lui donner l’avantage ici, pour sa main mise sur l’organisation des Pats, ses trois bagues et surtout ses plans de matchs non conventionnels qui déstabilisent toujours l’adversaire. Qui plus est, on aime bien les vilains et même si le vieux Bill est un brin arrogant, ça fait du bien d’avoir un entraîneur qui n’hésite pas à enfoncer des clous dans les cercueils de ses rivaux. Un peu de ‘grit’ c’est bon pour le sport.

Donc du côté des entraîneurs : Avantage Patriots !

Super Bowl 46: le parcours des Giants

Après avoir repassé le parcours des Patriots, c’est maintenant le moment de voir le chemin qu’ont pris les champions de la NFC, les Giants, pour se rendre au Super Bowl.

La semaine dernière, nous vous avions montré un tableau et un graphique qui montraient l’évolution de chaque équipe pendant la saison. Cette semaine, nous allons plus loin avec une description plus détaillée des rencontres de chaque équipe. Entre parenthèses, vous trouverez la fiche de l’équipe après le match et leur classement dans le palmarès 6vb après cette rencontre.

Semaine 1 (0-1) : Défaite de 28-14 à Washington
La défense contre la passe des Giants a mal commencé sa saison en accordant plus de 300 verges à Rex Grossman. Ils ne parvenaient pas encore à mettre de la pression sur le quart comme il le fallait. Eli avait aussi été moyen.

Semaine 2 (1-1) : Victoire de 28-16 contre les Rams (18)
Si vous ne vous souvenez pas de cette rencontre, c’est bien normal. Les deux équipes ont multiplié les erreurs et les Giants en ont fait juste assez pour battre des Rams qui s’enlignaient vers une saison de misère.

Semaine 3 (2-1) : Victoire de 29-16 à Philadelphie (11)
Ce match était annonciateur de la bonne saison qu’Eli Manning et Victor Cruz allaient connaitre. Ils se sont rejoints pour deux majeurs et Eli en ajouté deux autres. Ils avaient blessé Mike Vick dans ce match, ce qui leur avait rendu la tâche facile.

Semaine 4 (3-1) : Victoire de 31-27 en Arizona (10)
Eli Manning a réussi deux passes de touché en moins d’une minute en fin de partie pour donner la victoire aux siens. Pendant ce temps, Beanie Wells a connu la meilleure performance de sa carrière pour les Cards.

Semaine 5 (3-2) : Défaite de 36-25 contre les Seahawks (18)
Les Seahawks ont trouvé le moyen de gagner cette rencontre et franchement cette victoire fut assez chanceuse de leur part. Doug Baldwin a connu un match monstre et la défense de Seattle a ramené une interception pour un touché en fin de match.

Semaine 6 (4-2) : Victoire de 27-24 contre les Bills (12)
Les Bills étaient encore pertinents à ce moment-là de la saison, mais Ahmad Bradshaw a eu le meilleur sur leur défense. Bradshaw a amassé 3 touchés dans ce match, se moquant ainsi de la défense de Buffalo qui ne pouvait pas l’arrêter sur le bord de la zone des buts.

Semaine 7 (4-2) : Congé (11)

Semaine 8 (5-2) : Victoire de 20-17 contre les Dolphins (11)
Les Giants ont eu chaud dans ce match, alors qu’ils ont failli perdre contre des Dolphins qui n’avaient pas encore gagné cette saison. La combinaison Manning-Cruz a encore fait des siennes en fin de match pour donner la victoire aux G-Men.

Semaine 9 (6-2) : Victoire de 24-20 en Nouvelle-Angleterre (9)
Cet affrontement-là va être revu à la loupe par plusieurs analystes dans les deux prochaines semaines. Tout ce qu’on peut mentionner est qu’Eli avait organisé une autre possession en fin de match pour donner la victoire aux siens.

Semaine 10 (6-3) : Défaite de 27-20 à San Francisco (9)
C’était le prélude du championnat de la conférence, mais la fin fut différente. Les 49ers avaient arrêté les Giants dans la zone payante en toute fin de match pour s’assurer de la victoire.

Semaine 11 (6-4) : Défaite de 17-10 contre Philadelphie (15)
C’est une défaite que l’équipe de Tom Coughlin a surement tenté d’oublier rapidement. Vince Young avait les siens à la victoire à la surprise de tous. Une possession qui a pratiquement duré 9 minutes au 4e quart avait permis à Young d’avoir la passe de touché victorieuse.

Semaine 12 (6-5) : Défaite de 49-24 en Nouvelle-Orléans (17)
Après cette défaite, les Giants se retrouvaient dans une séquence de 3 défaites consécutives dans une section de calendrier particulièrement difficile. Brees avait mieux fait que Manning et le jeu au sol des Saints avait surpassé celui des Giants.

Semaine 13 (6-6) : Défaite de 38-35 contre Green Bay (8)
Ce fut une autre défaite pour les Giants mais cette défaite donnait espoir aux amateurs. Les Newyorkais étaient restés dans le match face à une équipe invaincue qui s’amusait à tout détruire sur son passage. Cette défaite dans la dernière minute de jeu prolongeait la séquence de défaites à 4, mais on voyait la lumière au bout du tunnel.

Semaine 14 (7-6) : Victoire de 37-34 à Dallas (8)
Cette rencontre était un must-win pour les Géants contre les rivaux de division de Dallas. Manning a encore une fois répondu à l’appel avec deux touchés en 3:14 en fin de match. Le botteur de Dallas semblait avoir égalé la marque en toute fin de match, mais Coughlin avait gelé le botteur, une stratégie qui a fonctionné pour New York.

Semaine 15 (7-7) : Défaite de 23-10 contre les Redskins (17)
Les Redskins semblaient avoir le numéro des Giants cette année. Rex Grossman a encore réussi à battre la défensive de New York. Cette défaite mettait les Giants au pied du mur et les forçait à gagner leurs matchs pour rester en vie.

Semaine 16 (8-7) : Victoire de 29-14 à New York contre les Jets (11)
Victor Cruz a battu un record pour le plus long touché de l’histoire de l’équipe. Son touché de 99 verges que vous avez surement déjà vu à plusieurs reprises a surement causé quelques cauchemars à Rex Ryan. Ahmad Bradshaw revenait en forme et il l’a souligné avec 2 touchés au sol.

Semaine 17 (9-7) : Victoire de 31-14 contre les Cowboys
C’était le dernier match de la saison régulière et le gagnant obtenait une place en série. Les Giants ont clairement mérité cette victoire face aux Cowboys. Après cette victoire, les Giants entraient en séries, même s’ils faisaient à l’élimination depuis deux semaines déjà.

Wildcard : Victoire de 24-2 contre les Falcons
Cette rencontre-là a carrément été dominée par les Giants. Les Falcons ont encore une fois oublié de se présenter en série. De son côté, Eli commençait à démontrer à quel point il est bon lorsque les séries arrivent.

Championnat Division : Victoire de 37-20 à Green Bay
Les Packers semblaient manquer de synchronisme dans ce match alors qu’ils n’avaient pas joué de match significatif en un mois. Les Giants, eux, ne jouaient que des matchs à élimination depuis 1 mois. La différence a paru et New York a passé Green Bay avec plus de facilité que n’importe qui aurait pu prédire.

Championnat Conférence : Victoire de 20-17 à San Francisco
Les Giants étaient une coche au-dessus des 49ers dans cette rencontre. Par contre, leurs adversaires trouvaient la façon de rester dans le match. Les erreurs de Kyle Williams ont réglé le problème de New York en fin de rencontre.

-ARTICLE ÉCRIT PAR CHRISTOPHE PERREAULT-

mercredi 25 janvier 2012

Chuck Pagano dirigera les Colts

L'ancien coordonnateur défensif des Ravens ira relever un gros défi à Indy.

PFT rapporte que le coach de 51 ans a accepté l'offre des Fers à Cheval. Pagano a dirigé la défensive du Baltimore pendant une seule saison, il avait passé deux ans comme coache de la tertiaire auparavant. Il a aussi travaillé pour les Browns et les Raiders.

La D des Ravens a terminé au 3e rang pour les points allouées et pour les verges allouées en 2011. Difficile de savoir à quel point c'est dû au bon travailde Pagano, les DC se succèdent à B-More et la défensive est toujours forte.

Pagano devra donc faire partie des décisions importantes qui attendent les Colts, surtout par rapport au poste de quart-arrière. Ce n'est pas une embauche glamour pour les Colts mais donnons la chance au coureur...Pagano préconise une défensive 3-4, il apportera donc de sérieux changements à la défense légère comme un nuage des Colts.

Le Pool des Séries 6VB -MISE À JOUR-

Voici donc le classement après les 3 premières rondes. 11 personnes ont encore des chances mathématiques de gagner donc tout peut arriver!

Votre prédiction pour le Superbowl devra être accompagnée d'un écart de point, pour pouvoir trancher s'il y a égalité à la toute fin.

Exemple: Patriots par 7

Bonne chance à tous!

Nom / points

Bast L. / 16
Jean-Michel M. / 16
Guill / 15
Pick / 15
Olitronic / 15
Mog008 / 14
Kognak / 13
Korky007 / 12
MidwayMonster / 12
Taz9222 / 12
Nick T. / 12
JR / 11
Coach Martin / 11
Frank2much / 11
B-Bell / 11
Bayouyou / 10
Jean Coté / 10
Louis-André Gagnon / 9
Nic_Laurentides / 9
Simon Bussières / 9
Eric Robillard / 9
Stephane Simard / 8
Joe Montana / 8
Mini50 / 8
Marc_Bills / 8
Patatedestade / 7
Christophe Perreault / 7
Sebast Bertrand / 7
Bass / 6
Julien Couillard / 6
Le Duch / 5
FleX_ / 5
Pat Border / 5
Patrick Lemay / 4
Pepe le moqueur / 4
RavensBaby / 3
Mr.S / 2
jrdav / 2
Jean-Martin / 2
Philippe Gauthier / 1
Quebeckers / 1

Envoyez votre pick du SB au tonysavoie74@hotmail.com!

Super Bowl 46: le parcours des Patriots

Christophe Perreault nous trace un aperçu du chemin par les Pats pour se rendre au grand rendez-vous...

La semaine dernière, nous vous avions montré un tableau et un graphique qui montraient l’évolution de chaque équipe pendant la saison. Cette semaine, nous allons plus loin avec une description plus détaillée des rencontres de chaque équipe. Entre parenthèses, vous trouverez la fiche de l’équipe après le match et leur classement dans le palmarès 6vb après cette rencontre. Voici donc le parcours des Pats.

Semaine 1 (1-0) : Victoire de 38-24 à Miami
Les deux équipes avaient amassé 906 verges par la passe, ce qui était un record. C’était donc un archétype pour la saison des Pats alors que Brady avait accumulé plus de 500 verges pendant que la défense des Pats se faisait traverse par Chad Henne.

Semaine 2 (2-0) : Victoire de 35-21 contre les Chargers (2)
Vincent Jackson avait explosé dans cette rencontre avec 172 verges, confirmant les problèmes de la défense de la Nouvelle-Angleterre. Toutefois, Brady a répliqué avec plus de 400 verges.

Semaine 3 (2-1) : Défaite de 34-31 à Buffalo (4)
Les Bills sont revenus d’un déficit de 21-0 alors que Brady a lancé 4 interceptions. Welker a amassé plus de 200 verges. Ce match rendait Buffalo crédible, mais avec le recul, on se rend compte que les Bills étaient faibles et qu’il ne gagnaient que grâce aux revirements.

Semaine 4 (3-1) : Victoire de 31-19 à Oakland (4)
Après s’être fait battre par les revirements la semaine précédente, les Pats se sont assurés de garder le ballon. Ils ont intercepté Jason Campbell à deux reprises. Un petit match tranquille pour la Nouvelle-Angleterre.

Semaine 5 (4-1) : Victoire de 30-21 contre les Jets (4)
Pour la première fois de l’année, le jeu de passe n’était pas la facette majeure de l’attaque des Pats. BenJarvus Green-Ellis a réussi deux touchés en plus d’accumuler 136 verges au sol. La défense de Bill Belichick a limité Mark Sanchez à 166 verges.

Semaine 6 (5-1) : Victoire de 20-16 contre les Cowboys (3)
Les Pats l’ont eu à la toute fin celle-là. Une passe de Brady à Hernandez a scellé le tout dans les derniers moments du match. Les Pats menaient 13-3, mais se sont fait rattraper pendant la rencontre.

Semaine 7 (5-1) : Congé (2)

Semaine 8 (5-2) : Défaite de 25-17 à Pittsburgh (4)
Les Steelers ont gardé le ballon pendant pratiquement 40 minutes dans ce match. Cette tactique a fonctionné puisque la meilleure attaque de l’époque, celle des Pats, a été limitée à trop peu de gains pour pouvoir l’emporter.

Semaine 9 (5-3) : Défaite de 24-20 contre les Giants (11)
Bien évidemment, cette rencontre aura beaucoup d’attention cette semaine alors que les deux équipes se retrouvent dans le match ultime. Cela représente d’ailleurs la dernière défaite des Pats cette saison. Eli Manning avait organisé une possession en toute fin de match pour battre la Nouvelle-Angleterre. Les fans des Pats doivent s’en rappeler encore d’ailleurs.

Semaine 10 (6-3) : Victoire 37-16 à New York (Jets) (7)
Il n’y a rien de mieux qu’un match contre les Jets pour relancer les Pats. C’était un des matchs qui a permis à Ron Gronkowski de se faire connaitre auprès des partisans avec ses 2 touchés.

Semaine 11 (7-3) : Victoire de 34-3 contre les Chiefs (7)
Gronkowski a ajouté 2 touchés dans cette rencontre pendant que Tyler Palko était complètement nul de l’autre côté. Il s’agissait d’un match sans histoire vraiment.

Semaine 12 (8-3) : Victoire de 38-20 à Philadelphie (4)
Cette rencontre était plus importante pour les Eagles que pour les Pats. C’est en effet dans ce match que nous avons entendu les premiers chants de « Fire Andy » à Philly. C’était la 3e victoire facile des Pats en ligne.

Semaine 13 (9-3) : Victoire de 31-24 contre les Colts (5)
D’ailleurs, les matchs étaient peut-être trop faciles pour les Pats puisqu’ils ont failli échapper cette rencontre contre des Colts qui n’avaient pas encore gagné dans la saison. La défense de la Nouvelle-Angleterre a même accordé à Dan Orlovsky 353 verges dans ce match.

Semaine 14 (10-3) : Victoire de 34-27 à Washington (4)
C’est dans ce match que Gronkowski a finalement brisé le record pour le plus de réceptions de touché. Jerod Mayo a intercepté une passe de Grossman dans la zone des buts pour assurer la victoire des siens avec 22 secondes à faire.

Semaine 15 (11-3) : Victoire de 41-23 à Denver (3)
Les Pats aimaient décidément jouer avec le feu dans cette séquence de matchs contre les équipes faibles. Dans ce match, ils perdaient 17-6 à un moment donné au 2e quart, mais ils ont trouvé un moyen de revenir et de limiter le Tebowtime!!!

Semaine 16 (12-3) : Victoire de 27-24 contre les Dolphins (3)
Le problème des lents départs a continué à hanter les Patriots dans cette fin de saison. Ils perdaient 17-0 à la mi-temps, mais sont revenus sans problème. Cette victoire leur donnait le congé lors de la première semaine des séries.

Semaine 17 (13-3) : Victoire de 49-21 contre les Bills
Les Patriots ont encore une fois commencé le match en retard. Ils perdaient 21-0 après les 15 premières minutes. Comme il s’agissait d’un match contre les pauvres Bills, ils sont revenus au score sans trop de difficultés et se sont ainsi assurés de l’avantage du terrain tout au long des séries.

Championnat division : Victoire de 45-10 contre les Broncos
Les hommes de Bill Belichick avaient vraisemblablement en tête de mettre fin au phénomène Tebow dans ce match. Ils sont sortis en lions et n’ont jamais regardé derrière. Brady et Gronkowski en ont d’ailleurs profité pour inscrire leurs noms dans le livre des records.

Championnat de conférence : Victoire de 23-20 contre les Ravens
Lorsqu’on analyse ce match, on se rend compte que les deux formations étaient biens égales. À la toute fin, ce sera deux erreurs bêtes des Ravens, plus précisément de Lee Evans et Billy Cundiff, qui ont donné une chance aux Pats de prendre leur revanche contre les Giants.

Reste à voir ce que le Super Bowl réserve au New England. Le parcours des Giants suivra sous peu...

Les Miettes du Mercredi: Todd Haley, Marc Trestman et plus...

Haley tente de revenir avec les Cardinals, Trestman serait encore candidat à Indy et plus...

-Todd Haley tente un retour en Arizone, il a rencontré les Cards hier dans le but de revenir avec l'équipe. Le tout semblait voué à l'échec car Ken Whisenhunt ne veut pas se départir du OC Mike Miller mais on dirait que les deux parties vont s'entendre.

-On dirait bien que Dennis Allen, coordonnateur défensif des Broncos, sera le nouvel instructeur-chef des Raiders. Il deviendra le 19e coach de l'histoire de l'équipe. La défensive des Broncos a terminé au 20e rang pour les verges allouées et au 24e rang pour les points alloués mais l'unité s'est bien améliorée en fin de saison.

-Marc Trestman resurgit comme candidat pour devenir instructeur-chef des Colts. Il aurait été interviewé pendant le weekend. On n'y croit toujours pas mais mettons qu'on entend son nom assez souvent, un éventuel retour dans la NFL semble probable. Pourquoi pas revenir comme coordonnateur offensif à quelque part?

-Deux autres candidat peu connus pour le poste de coach des Colts: Brad Seely, instructeur des unités spéciales chez les Niners et Chuck Pagano, DC des Ravens. Zzzz.

-Ne pariez pas trop sur le retour de Peyton Manning avec les Colts. Le #18 a donné une entrevue au Indy Star et il a décrit l'environnement des Colts comme « un mauvais endroit pour guérir ». Il a l'air bien déçu du départ de Bob Polian et trouve dommage de voir autant de gens quitter...

-On pensait bien que le coach par intérim Todd Bowles hériterait d'un nouveau poste chez les Dolphins mais tout indique qu'il devra se trouver une job ailleurs. Le nouvel instructeur-chef Joe Philbin aurait décidé de ne pas retenir ses services. On a un peu l'impression que les Fins ont nui à Bowles en le gardant dans les limbes aussi longtemps. Il aurait peut-être pus se trouver un bel emploi ailleurs.

-Pour ceux qui se posaient la question: il y a 16 joueurs des Giants qui étaient là au Super Bowl 42 (9 partants et 7 réservistes) contre 5 partants et 2 réservistes pour les Pats...

mardi 24 janvier 2012

La chronique de Nick T. sur Sports Extra, 23 janvier

LUN 23 NICOLAS THIBAULT 2904959 by 6vb2
Au menu de ma chronique au Sirius 156 cette semaine: Une analyse des finales de conférence et un bref aperçu du Super Bowl. Toujours en compagnie du truculent René Pothier.

Kyle Williams visé par les Giants

Le jeune homme était un homme marqué en raison de son historique de commotions cérébrales.

Le New York Magazine rapportait hier que les G-Men avaient désigné Kyle Williams comme un gars à frapper fort. Le retourneur de bottés avait déjà subi quatre commotions cérébrales et les unités spéciales des Giants se disaient qu'après une couple de bons plaqués, il serait craintif. Ça semble avoir fonctionné.

Devin Thomas, qui a récupéré les deux fumbles, dit qu'après un plaqué de Tyler Sash, Williams avait l'air un peu étourdi. Selon Thomas, les Giants savaient que Williams était sensible aux commotions et qu'ils voulaient le "sortir de son match". Peter King fait remarquer que Williams a aussi failli échapper le ballon sur un end around et qu'une autre de ses récupérations de punts a failli tourner au désastre.

On peut présumer que les équipes de la NFL ont toujours tendance à vouloir frapper les adversaires là où ils ont déjà mal (ou déjà eu mal) mais avec le tollé autour des commotions, on est surpris de voir cette stratégie étalée au grand jour...

Les Miettes du Mardi: varia léger

C'est le bye week et l'actualité footballesque roule au ralenti. On a quand même réussi à amasser quelques grenailles d'actualité pour vous...

-On dirait bien que Phil Emery est sur le point de devenir DG des Bears. Celui-ci est présentement directeur du recrutement collégial chez les Chiefs.

-Entre 22h00 et 22h30 dimanche soir, 69 millions de téléspectateurs américains regardaient le match Giants-Niners. C'est pas mal de monde, ça. C'est 15 M de plus que pour le match Steeler=Broncos d'il y a deux semaines.

-Dave McGinnis, assistant instructeur des Titans, ira rejoindre son buddy Jeff Fisher à St-Louis. Il occupera le même poste avec les Rams.

-Les Raiders sont toujours à la recherche d'un nouvel instructeur-chef et ils ont accordé un deuxième interview à Dennis Allen, coordonnateur offensif des Broncos. On a déjà vu des candidats plus glamour.

-Fans des Pats, ne vous inquiétez pas trop: Rob Gronkowski n'est pas sérieusement blessé et il sera en poste au Super Bowl.

-Selon le père du pauvre Kyle Williams, celui-ci a reçu des menaces de mort sur les réseaux sociaux suite à ses bourdes de dimanche. Bon, calmez-vous tout le monde. En passant , le père de Kyle est Kenny Williams, DG des White Sox de Chicago.

-Selon Jerry Jones, la plus grande différence entre les Giants et ses Cowboys serait...Eli Manning. Ouf, c'est rough pour Tony Romo. C'est clair qu'Eli est nettement plus winner que Romo mais quand même...



lundi 23 janvier 2012

Vidéorama: le "touché" de Lee Evans


Sur le coup, j'ai trouvé évident que Evans n'avait jamais eu contrôle du ballon et que c'était un beau jeu de Sterling Moore mais en regardant ça de plus près, hmmmm...

Sondage-éclair: le destin de Peyton Manning

La saison morte sera intéressant pour les Colts. On ne connait pas l'état de santé de Peyton Manning mais il semble y avoir beaucoup d'intérêt pour ses services. On parlait des Cards ce matin et on apprend maintenant que les Dolphins veulent obtenir le #18. Selon vous, qu'est-ce qui arrivera à l'ami Peyton?

Les Miettes du Lundi: Chip Kelly, ménage imminent à Pittsburgh et plus... -MISE À JOUR-

Le coach d'Oregon pourrait faire le saut dans la grande ligue, plusieurs vétérans sont en danger à Pittsburgh et plus...

-Il commence à y avoir pas mal d'échos envoyant Chip Kelly à Tampa Bay. Le créatif coach des Ducks d'Oregon a rencontré l'état-major des Bucs et certaines sources affirment qu'il est tout près d'une entente avec le club. Kelly dirige les Ducks depuis trois ans, faisant de l'équipe une puissance de la NCAA. Son offensive ultra-rapide, le blur, est très excitante et on aimerait la voir transposée dans la NFL. MISE À JOUR: Kelly a décidé de rester à Oregon. So much for that...

-Joe Philbin, nouveau coach des Dolphins, annonce ses couleurs: l'équipe essaiera d'obtenir de l'aide au poste de quart-arrière. La solution la plus évidente semble d'offrir un gros contrat à Matt Flynn mais il risque d'y avoir de la compétition pour ses services. Une situation qui sera intéressante à suivre.

-Peu importe ce que décideront les Colts, il y aura des rumeurs sur l'avenir de Peyton Manning. En voici une: les Cardinals seraient intéressés à acquérir le vétéran QB. C'est sûr que Manning ferait de la belle musique avec Larry Fitzgerald mais les Cards viennent de payer le gros prix pour Kevin Kolb...

-Suite à leur défaite contre les Broncos, il faut s'attendre à un certain ménage du côté de la défensive des Steelers. Selon le Pitsburgh Post-Gazette, les vétérans Aaron Smith, Bryant McFadden, James Farrior, Casey Hampton et Larry Foote pourraient être libérés. Hmm, si les Steelers se départissent vraiment de tous ces messieurs, ils vont devoir utiliser tous leurs choix au repêchage pour regagner de la profondeur en défensive...

-Tout de suite après le match d'hier, Ray Lewis a déclaré qu'il ne prendrait pas sa retraite et qu'il serait de retour pour une 17e saison. Lewis a connu une saison difficile, étant ralenti par les blessures. Il aura 37 ans l'an prochain et a beaucoup ralenti.


-Si vous vous cherchez une nouvelle maison, Joe Montana vend son domaine de la vallée de Napa pour la modeste somme de 35 M$. 35 milliosn, calvaire.

dimanche 22 janvier 2012

Sautons aux conclusions: Giants-49ers


60 minutes n’ont pas été suffisantes pour départager les Giants et les Niners, mais finalement nous aurons droit à une autre guerre New York-Boston au Super Bowl!

Il tombe des cordes à San Francisco. Enfin la météo s’invite à la fête!

Les premières séries offensives de chaque équipe ne donnent pas grand-chose, au grand soulagement de ce blogueur, peu attentif à l’action occupé qu’il était à filtrer les appels d’insultes des ses amis fans des Pats! I hate you all!!!!

L’explosion survient cependant sur la deuxième série en attaque des Niners. LA BOMBE, Alex Smith vers Vernon Davis, touché sur 73 verges. De l’art! Davis grimpe ensuite sur un banc pour la télé et prend la pose. C’est trop d’exubérance pour l’arbitre qui lance le drapeau. Davis aurait du le savoir, mais CALVAIRE, est-ce que c’est si offensant que ça de voir un gars qui est content célébrer un touché. Maudit règlement de marde.

Sur le touché, Davis est passé affreusement proche de toucher à la ligne de côté. Au ralenti, il semble que la pointe de son pied qui touche au sol est en jeu, alors que le reste de son soulier est dans les airs, au-dessus de la ligne de touche, mais sans toucher au sol. Si vous n’aimez pas mon explication, essayez celle de Ed Hochuli : « Ça prend une preuve hors de tout doute pour renverser la décision, donc je confirme le call sur le terrain ». Traduction libre de : je n’ai aucune crisse d’idée de ce qui vient de se passer, donc je vais me garder une p’tite gêne. Ed est trop honnête des fois! Le résultat est que les 2 coachs chialent : Coughlin sur le TD et Harbaugh sur la pénalité. C’est dur la vie d’arbitre!

Prédiction spring spring : Ni Billy Cundiff, ni Lee Evans ne porteront le mauve des Ravens l’an prochain. Ça change vite quand même, en début de saison, on disait des Ratbirds qu’ils avaient un des meilleurs kickers de la ligue!

Les G-Men progressent bien avec le ballon, mais la défensive dorée ne brise pas. Sur un 4e jeu et des poussières, Brandon Jacobs tente d’y aller, mais s’il y a une leçon à retenir de la saison, c’est qu’on ne court pas contre les Niners. Le gros Brandon est arrêté et SF reprend la balle.

Je ne voudrais surtout pas contredire ce que disent les publicités, mais messieurs, si votre conjointe vous appelle « the egg mcmuffin of a boyfriend », j’ai de la misère à penser que ça peut être un compliment!

On ne court pas contre les Niners, mais on peut passer le ballon cependant. Eli excelle dans la pochette de protection et Victor Cruuuuuuuuuuuuuz est en feu. Deux passes vers la recrue permettent de convertir des 3e essais, ce qui mène au TD de Bear Pascoe pour créer l’égalité. Bear Pascoe??? Pourquoi tu t’appelles Bear?? Et surtout, est-ce que c’est normal si c’est la première fois que j’entends parler de toi?

Vernon Davis est un joueur émotif, il l’a prouvé la semaine dernière, mais là, il devra prendre des grandes respirations et se calmer un peu. Il saute dans le dos d’un Giant dans une altercation qui aurait pu valoir quelques fautes d’un côté comme de l’autre, mais c’est lui qui reçoit la pénalité de 15 verges, son deuxième de la demie. Le jeu doit demeurer un jeu Vernon!

Juste avant la demie, Eli continue sa forte demie par la passe et Victor Cruz continue d’être sa cible principale. Le combo se rejoint pour 2 longs gains qui mènent à un placement qui donne les devants aux Giants avant de retraiter au vestiaire. Déjà 180 verges pour Eli, dont 125 à Cruz. Mémo aux Niners, je focuserais sur le # 80 si j’étais vous!

New York mène par 3 à la demie, mais ils ont déjà effectué 40 jeux offensifs contre seulement 17 pour Frisco. Vous pouvez voir ça positivement ou négativement des 2 côtés!

Les pénalités viennent hanter les G-Men au retour de la pause, permettant à la drive des Niners de se poursuivre malgré un 3 et 19. Ça permet de voir une belle course du porteur réserviste Kendall Hunter. Un bon complément à Frank Gore je trouve. NY passe bien près de se mettre dans le trouble encore lorsque Justin Tuck frappe le botteur sur le dégagement, mais ce n’est qu’une pénalité de 5 verges alors qu’il en manquait 6 pour le premier jeu. De retour sur le banc, Tuck a la face d’un gars qui sait qu’il vient de l’échapper belle!

Heille dire que je manque le gala Excellence de la Presse à l’autre poste!!

San Francisco ne font pas souvent de belles poussées, mais quand ils en font, ils s’assurent que ça compte. On appelle ça de l’opportunisme et c’est toujours une bonne idée d’en avoir dans les séries. Cette fois, après un bon retour de dégagement, Frank Gore s’échappe sur 24 verges et Vernon Davis complète le tout sur une passe de 28 verges. 14-10 Niners.

C’est le 4e TD du Tight End des Niners en 1 match et demi en séries. Du solide. Top pouce Vernon!

Manifestement, les Niners ont fait leurs devoirs à la demie. La pression se rend maintenant à Eli et les Giants sortent du terrain rapidement.

Pis, qui va gagner Star Académie? Vous vous en sacrez? Moi aussi!

Scène qu’on n’aime jamais voir en fin de 3e quart alors que deux 49ers se rentrent dedans, les 2 en tentant l’interception. Premièrement, le ballon tombe, mais surtout le CB Tarrel Brown reste au sol un long moment, le genre de situation qui fait toujours craindre le pire.

Il faudrait retrouver ce que j’avais dit sur Aldon Smith lors du clavardage 6VB à l’occasion du repêchage. De mémoire, ce n’était pas très favorable. Giga Méa Culpa. Le gars est une bête et il ramasse Eli dans le dos en début de 4e quart. La défensive des Niners domine complètement la deuxième demie.

Wow, immense erreur de Kyle Williams des Niners. Il veut laisser passer le ballon sur un dégagement, mais la balle frôle son genou. New York recouvre la balle (et la ramène même pour un TD), mais les arbitres ont d’abord manqué le jeu. Cependant, la reprise confirme l’erreur et Ed Hochuli, un des meilleurs pour expliquer ses décisions, renverse l’appel. Le touché n’est pas accordé, car on ne peut pas avancer un dégagement, mais les Giants reprennent le ballon au 28 des Niners.

Eli en profite et il rejoint Mario Manningham dans la zone de buts, sur un 3e jeu et 15. Moins de 10 minutes à jouer, 17-10 G-Men. J’ai des buddies qui s’amusent à identifier un point tournant du match à chaque jeu lorsqu’ils ont un verre dans le nez, en voici un vrai point tournant!

San Francisco ne se laisse pas abattre et ça commence avec Kyle Williams qui se reprend avec un bon retour. Puis deux longues courses, une d’Alex Smith et une de Kendall Hunter les amène dans la zone brune. Ils se contenteront d’un placement.

C’est égal et il reste 5 minutes au match. Même le nombre de verges gagnées est égal. Qui dit mieux?

Moi je dis mieux, on prolonge le plaisir en allant en prolongation. Les Giants auront la balle en premier, mais doivent inscrire le TD pour empêcher les Niners d’avoir leur chance. Suspense…

Des matchs de lacrosse présentés à RDS2??? Ce n’est pas avec des arguments comme ça qu’ils vont me convaincre de m’abonner!

Je ne sais pas si c’est les nerfs qui commencent à le rattraper, mais les passes d’Alex Smith commencent à rebondir souvent au sol. Ce n’est pas du tennis Alex! Les 2 équipes ne font rien sur leur première possession.

On s’en doutait bien que tout cela finirait par une erreur. Sur le 2e dégagement des bleus en prolongation, c’est Kyle Williams, le même gars dont la gaffe est à l’origine du 2e TD des Giants qui échappe le ballon. Les Giants ont la balle au 24 des Niners. Quelques courses de Bradshaw servent à raccourcir le botté de Tynes et ce dernier envoie les Giants au Super Bowl sur 31 verges.

Ayez une pensée pour les Niners qui ont connu une excellente saison et surtout pour ce pauvre Kyle Williams qui fera des cauchemars cette nuit et sans doute quelques autres. Dans ce jeu là, tes faiblesses te rattrapent toujours et pour San Francisco, l’absence du spécialiste des unités spéciales Ted Ginn Jr. aura été fatale.

Donc, ce sera Pats-Giants II, la revanche dans 2 semaines à Indianapolis. Ça devrait être bon!