mardi 31 mai 2011

La couverture du Madden Nouveau...

Voici la couverture du jeu Madden 12 qui sortira le 30 août. Et ce n'était pas une joke, c'est bel et bien Payton Hillis sur la boite. Yup, Payton Hillis.

Les Miettes du Mardi: le calme plat

On vient de poigner un solide down en termes d'Actualité footballesque mais voici tout de même quelques semi-nouvelles...

-Aqib Talib a été formellement accusé de voie de fait armée par un « grand jury » du Texas. Il est présentement en liberté moyennant une caution de 25 000$. Il est passible de 5 à 20 ans de prison s’il est trouvé coupable. Il sera très intéressant de suivre les tractations avec sa mère car elle sera probablement aussi accusée dans ce dossier. On rappelle que Junior Talib et Maman Talib ont tiré en direction du chum de Soeurette Talib le 21 mars dernier.

-Mike Kafka, QB au nom très littéraire, se dit prêt à devenir QB #2 des Eagles si Kevin Kolb devait être échangé. Le 4e choix du Philly en 2010 n’a pas joué du tout à date et comme Michael Vick a tendance à rater des matches, on ne serait pas étonnés de voir un vétéran être #2, mettons…

-C’est une saison morte difficile pour les agents libres non repêchés. Normalement les meilleurs d’entre eux auraient des contrats en poche (assortis d’un petit boni) et se rendraient dans des mini-camps de la NFL. Cette année, ils sont dans l’incertitude et dans le cas d’un certain Dain Taylor (LB, Drake), sa maman lui demande de se trouver une job en attendant…Not good times.

-Après la démission du coach d’Ohio State Jim Tressel, les rumeurs envoyant Jon Gruden diriger les Buckeyes commencent. On serait étonnés de voir Chucky quitter ESPN pour la NCAA mais on ne sait jamais.

-Le bon vieux Kerry Collins est dans un dilemme : il ne veut pas prendre sa retraite mais il ne veut pas devenir la nounou de Jake Locker. On doute donc fort qu’il revienne au Tennessee, il doit bien rester une couple d’autres destinations potables pour lui.


lundi 30 mai 2011

Avec du recul: Évaluation des repêchages passés - AFC Ouest

À l’automne 2010 dans cette division, Chiefs et Raiders sont revenus en force aux dépends des traditionnels meneurs de San Diego tandis que les Broncos ont confirmé leur régression. Quel rôle les repêchages 2008, 2009 et 2010 ont eu dans ce changement de la garde? JR analyse ça…

-Broncos de Denver-

2008: Pour ce qui fut son dernier repêchage à Denver, Mike Shanahan a eu la main heureuse. Malheureusement, un Josh McDaniels plus tard, la plupart des joueurs sélectionnés aident maintenant d’autres formations. Commençons par les bonnes nouvelles, le premier choix Ryan Clady est un des bons left tackles de la ligue et compte déjà une sélection au Pro Bowl. Il est une des rares pierres d’accise sur lequel peut construire le nouvel entraîneur John Fox. Choix de 2e ronde, le WR Eddie Royal a rebondi un peu en 2010 après une campagne 2009 décevante. N’empêche qu’après avoir obtenu un prometteur 980 verges et 5 TD à sa saison recrue, il n’en a cumulé que 972 avec 3 TD au cours des 2 dernières saisons et est maintenant derrière Brandon Lloyd dans le depth chart des Broncos. Toutefois, des 7 autres joueurs repêchés en 2008, un seul est encore avec l’équipe. Quatre d’entre eux aident d’autres formations, dont 2 que Shanahan est allé rechercher à Washington, soit le garde Kory Lichtensteiger (maintenant partant) et le RB réserviste Ryan Torrain. Par contre, le départ qui fait le plus mal est sans contredit celui du RB Payton Hillis, tardif choix de 7e ronde qui n’a jamais eu sa chance à Denver échangé à Cleveland contre…. Brady Quinn. Ouch.

2009 : Josh McDaniels, bienvenue à Bustville. Population: You! Parler d’échec dans le cas de ce premier repêchage de l’ère Josh McDaniels est poli. Avant même de s’amener au Radio City Music Hall, le Belichick-Wannabe s’était déjà départi de son QB Jay Cutler. Possédant 5 choix dans les 2 premières rondes, McDaniels pouvait donc laisser son empreinte sur les Broncos, et malheureusement pour eux, c’est ce qu’il a fait. Knowshon Moreno (RB, 1ere ronde), Robert Ayers (DE, 1ere ronde), Alphonso Smith (CB, 2e ronde), Darcel McBath (S, 2e ronde) et Richard Quinn (TE, 2e ronde) se sont amenés à Denver. Du lot, Moreno n’a pas été mauvais lorsque les blessures l’ont épargné et Ayers a dû changer de position ce qui demande un temps d’adaptation. Ils pourraient encore sauver le draft. N’empêche que posséder 5 choix dans les 64 premiers et n’en ressortir qu’une si mince contribution n’est pas très édifiant. Les choix des rondes subséquentes n’ont rien donné non plus.

2010 : Une saison n’est pas suffisante pour juger la cuvée 2010, mais au moins il y a de l’espoir. On l’oublie, mais ce n’est pas Tim Tebow qui fut le premier joueur choisi par Denver. Cette distinction revient plutôt au WR Demariyus Thomas. Souvent blessé au point où sa carrière est compromise, il n’a pu se faire justice. Le favori des mocks, Dez Bryant a été ignoré par les Broncos, ce qui sera peut-être une sage décision. Sauf que le choix de 3e tour, Eric Decker est déjà passé devant Demariyus dans le depth chart des receveurs du Denver. Quant à Tebow, aussi pris en 1ere ronde, tout a été dit sur lui. Nous n’en rajouterons pas, si ce n’est pour dire qu’on a aimé le peu qu’il a montré en fin de saison dernière. Le problème pour le Jesusback est que John Elway et John Fox semblent avoir été moins impressionnés. Les 2 sélections suivantes Zane Beadles (garde, 2e ronde) et JD Walton (Centre, 3e ronde) ont vu du temps de jeu comme partant dès leur année recrue, ce qui est de bonne augure. Du bon travail, il faut au moins donner ça à McDaniels.

En résumé : A l’exception de 2009, les repêchages ont été corrects à Denver. C’est dans ce que l’équipe a fait de ces choix après que les erreurs se multiplient. Messieurs Fox et Elway ont beaucoup de travail devant eux pour rebâtir l’équipe.

-Chiefs de Kansas City-

2008 : A l’aube du repêchage, l’organisation a du prendre la difficile décision d’échanger Jared Allen et de repartir (encore) à neuf. Cette fois, la stratégie a fonctionné, les Chiefs utilisant le repêchage 2008 pour redonner un nouveau souffle à la franchise. Les 2 choix obtenus en retour d’Allen furent bien investis avec Brandan Albert (OT – 1ere ronde, aujourd’hui left tackle partant de l’équipe) et l’explosif Jamaal Charles (RB – 3E ronde). Le DE Glenn Dorsey avait été le premier choix de l’équipe et il fait du bon boulot, sans éclat toutefois, sur la ligne défensive du Kansas City. L’encan 2008 a aussi permis aux Chiefs de mettre la main sur leurs 2 CB partants, soit Brandon Flowers (2e ronde) et Brandon Carr (5e ronde). D’ailleurs, les champions en titre de l’AFC Ouest sortent grands gagnants du re-draft d’ESPN alors que 4 de leurs sélections (Dorsey, Flowers, Charles et Carr) sortiraient aujourd’hui en première ronde. On ajoute à cette déjà impressionnante récolte le RT Barry Richardson (6e ronde), partant du côté droit de la O-Line, même s’il a de fortes chances de se retrouver réserviste en 2011. Wow!

2009 : Si 2008 fut génial, 2009 fut nettement moins glorieux pour les Flèches Indiennes. Le premier choix Tyson Jackson (DE – 3E overall) n’a produit qu’un sack en 2 saisons dans la grosse ligue et a été relégué au poste de réserviste l’an dernier. On ne le qualifiera pas immédiatement de bust, mais disons qu’il commence à manquer de mulligans. Ce ne fut guère mieux par la suite alors que la majorité des autres joueurs choisis par Scott Pioli ont aujourd’hui leur photo sur une pinte de lait. Le seul bon choix s’avère être le dernier, soit le K Ryan Succop, un botteur honnête, sans plus. Mentionnons tout de même l’acquisition du LB Jovan Belcher comme agent libre non repêché qui a débuté 15 matchs l’an dernier.

2010 : Retour au wow en 2010 pour le DG Scott Pioli. Son premier choix fut le safety Eric Berry, un joueur dominant nominé pour le Pro Bowl dès sa saison recrue. KC est retourné chercher de l’aide au poste de safety en 5e ronde avec l’addition de Kendrick Lewis. Ce dernier a dû brûler les étapes et est devenu partant dès le 7e match de la saison lorsqu’une blessure à mis un terme à la saison de John McGraw. Il s’en est très bien sorti réussissant 3 interceptions. Tony Moeaki (TE 3E tour) s’est rapidement imposé et a capté 47 ballons pour 556 verges et 3 TD à sa saison recrue. Il ne fera pas oublier le grand Tony Gonzalez, mais il est le premier TE décent à jouer à Arrowhead depuis le départ du future hall-of-famer . Les 2 joueurs choisis au second tour ne sont pas en reste alors que le CB Javier Arenas est déjà # 3 dans le Depth Chart tandis que le WR Dexter McCluster a laissé sa marque sur les unités spéciales dès la rencontre d’ouverture avant qu’une blessure ne vienne mettre un terme à sa saison.

En résumé : Les joueurs sélectionnés en 2008 et 2010 permettent aux fans des Chiefs d’espérer plusieurs autres championnats de section. Ces 2 repêchages sont franchement impressionnants.


-Raiders d’Oakland-

2008 : A peine un an après le fiasco JaMarcus Russell, il semblait jusqu’à l’an dernier que les Raiders avaient un autre flop colossal sous les mains avec Darren McFadden. Le fragile RB s’est toutefois repris l’an dernier avec une campagne de 1157 verges et 7 TD. N’empêche que dans un encan qui a produit Chris Johnson, Rashard Mendenhall, Jamaal Charles, Ray Rice et Matt Forte pour ne nommer que ceux-là, McFadden fut le premier RB sélectionné, un rang qu’il n’a su justifier jusqu’à présent. Puis, à cause du mauvais échange qui a amené le CB DeAngelo Hall à Oakland pour 8 matchs, il a fallu attendre au 4e tour pour réentendre parler les Raiders. Le S Tyvon Branch fait un travail correct pour eux depuis. Il est partant depuis 2 ans. Le seul autre choix potable de ce repêchage fut le DE Trevor Scott (6e ronde) qui est dans la rotation sur la ligne défensive.

2009 : Eh misère!! Crazy Al Davis n’apprendra jamais et en 2009, il y est encore allé avec la vitesse plutôt que le talent. Ainsi, Michael Crabtree s’est plutôt retrouvé dans la ville voisine de San Francisco et c’est Darius Heyward-Bay qui joue à Oakland. Oui, il est très rapide, mais il a de la misère à capter un ballon, de sorte qu’il n’a toujours pas amassé 500 verges de gains en carrière. On jase là, mais, outre Crabtree, Mike Wallace, Hakeem Nicks, Jeremy Maclin et Percy Harvin étaient aussi disponibles… Le choix de 2e ronde Mike Mitchell n’a guère fait mieux n’ayant qu’une seule interception en carrière. Il fut déplacé de CB à Strong Safety où il est meilleur, mais disons qu’il a encore pas mal de chemin à faire… Présentement, cette classe est sauvée par les choix de 3e tour, Matt Shaughnessy (DE) et de 4e tour Louis Murphy (WR). Le premier a récolté 7 sacks en 2010 comme partant sur la D-Line noire et argent tandis que le 2e est (un peu par défaut) le meilleur WR de l’équipe. Rien de majeur pour le reste.

2010 : Enfin, après des années de médiocrité, Oakland a réussi un bon repêchage l’an dernier. Premier choix de l’équipe Rolando McClain (LB) a connu une bonne saison recrue avec 85 plaqués en 15 départs, bon pour le 3e rang du Silver & Black. Il se joint toutefois au nombre ahurissant de joueurs ayant eu des démêlées avec la justice durant le lock-out lorsque son véhicule a été la cible de coups de feux en janvier dernier. On ne lui connaît pas d’autres antécédents légaux. En 2e ronde, le DT Lamarr Houston s’est amené en Californie et a excellé contre la course tout en amassant 5 sacks. Il est déjà partant lui aussi. La sélection la plus spectaculaire des Raiders a cependant été celle du WR Jacoby Ford en 5e ronde. Marchand de vitesse qui a explosé en 2e moitié de saison avec, notamment, 3 bottés retournés pour des TD, les faits saillants de sa saison permettent de croire qu’il saura un joueur explosif à surveiller dans le futur. Finalement, les choix de 3e et 4e ronde, Jared Veldheer et Bruce Campbell ajoutent de la profondeur à la ligne offensive.

En résumé : 2010 fut un très bon repêchage et les résultats ont été immédiats sur le terrain. Pour le reste, vaut mieux ne plus y penser…

-Chargers de San Diego-

2008 : Lorsque tu n’as que 5 choix lors d’un repêchage, vaut mieux t’assurer d’en faire des bons. Malheureusement pour les Chargers, ils n’ont pas compris le concept. Leur premier choix 2008 s’en tire quand même bien, le CB Antoine Cason ayant remplacé adéquatement Antonio Cromartie lorsque M. pensions alimentaires a préféré les femmes de New York à celles de la côte ouest. Comme partant, Cason a réussi 4 interceptions. Après ça? Euh…. Il y a le FB Jacob Hester que les Chargers voyaient remplacer Michael Turner, ce qui ne s’est pas tout à fait matérialisé. N’empêche qu’il est correct dans un rôle plus effacé. C’est tout.

2009 : A 8 choix, la marge d’erreur est plus grande qu’à 5, mais ce n’est pas une raison pour faire plus d’erreurs! Commençons par le positif, soit le garde Louis Vasquez (3e ronde). Partant dès le début de sa saison recrue, il est une valeur sûre sur la ligne offensive du San Diego. Un excellent choix. Au chapitre du « il y a encore de l’espoir » on retrouve un autre garde, Tyronne Green, choisi en 4e ronde et présentement substitut de Vasquez. Également choix de 4e ronde, le canadien Vaughn Martin (un produit de l’université Western Ontario) récolte de bonnes notes chez les Chargers qui le voit un jour sceller le côté droit de la D-Line. Mais pour l’instant, en 2 saisons il s’est contenté de 12 plaqués et un sack. Si ça ne fonctionne pas pour lui en Californie, ses droits dans la CFL appartiennent aux Alouettes. Le reste de ce repêchage est une perte de temps, incluant le premier choix Larry English (LB), un pass rusher qui a permis de se débarrasser de Shawne Merriman, mais qui n’a que 5 sacks en carrière et qui est confiné à un rôle de réserviste.

2010 : 6 nouveaux Chargers ont été choisis en Avril 2010, en grande partie parce que l’équipe aimait tellement le RB Ryan Matthews qu’ils se sont avancés de 16 rangs (28 à 12) pour mettre le grappin dessus. Matthews, un porteur puissant et rapide a montré quelques flashs de ce qu’il peut faire l’automne dernier, mais des blessures à répétition et de nombreuses échappées ont miné sa saison. Il devra presque doubler ses 678 verges et 7 TD pour que l’investissement des Chargers à son endroit se justifie. Comme c’est maintenant une mauvaise habitude, le reste de la classe 2010 n’a rien donné à l’équipe. Cependant, les bleus poudres conservent espoir que le LB Donald Butler (3e ronde, absent toute l’année car blessure) et le S Darell Stuckey (4e ronde) contribuent à la cause en 2011. N’empêche que tout repose sur les épaules de Matthews.

En résumé : San Diego compte plusieurs très bons vétérans, mais les 3 derniers repêchages font craindre que la relève manquera sous peu et que les Chargers glisseront au classement.

-Avec du recul :

Les meilleurs : Les Chiefs

Les pires : Les Chargers

dimanche 29 mai 2011

Vidéorama: Souvenirs des Panthers et des Saints


Non mais maudit que c'est plate ces temps-ci. Il mouille tout le temps, la NFL est en lockout et les Bruins sont en finale. Calvaire. On se change donc les idées en se remémorant des équipes «classiques», les surprenants Panthers de 2003 et les atroces Saints de 1999/2000. So many memories...

vendredi 27 mai 2011

Le Mur des Citations: Jack Lambert

Faisons un saut du côté de nos comparses français de NFL Book pour cet intéressant article sur l’immortel Jack Lambert, un gars qui n’aurait pas apprécié les règlements actuels de la NFL… Au clavier: Domanick43.

Sa mère disait qu’il possédait le «Farm boy strength» (la force du garçon de ferme), et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’expression représentait bien le personnage.

Jack Lambert, c’est une gueule, et ce dans les deux sens du terme. Sur le terrain, son faciès peu avenant pouvait laisser croire à l’adversaire qu’il allait le tuer, et ses coups de semonce pour bouger ses coéquipiers retentissent encore dans les travées du « Three Rivers Stadium ». Hard Hitter redoutable et redouté, voire effrayant, il frappait très fort dans l’intention avouée de laisser son opposant sur le carreau, et il doit être considéré comme l’une des pièces principales de la dynastie créée par les Steelers dans les années 70. Incroyable meneur d’hommes, il a donc remporté quatre bagues comme ses coéquipiers, mais il détient également tout un tas de distinctions : 9 Pro Bowls, 7 All Pro, Recrue défensive de l’année en 1974, Joueur défensif de l’année en 1976, Elu sur les All Decade Teams des années 70 et 80 et sur le NFL 75th Anniversary Team. Tout comme son compère Franco Harris, il a été élu au Temple en 1990.

Les citations qui suivent – qui proviennent de ce joueur détesté de tous mais aussi craint par tous, de coéquipiers ou d’adversaires – nous laissent sans surprise découvrir un homme dur et sans pitié, prêt à tout pour détruire les joueurs adverses, mais surtout un joueur passionné et entier.

-« If I could start my life all over again, I would be a professional football player, and you damn well better believe I would be a Pittsburgh Steeler. » (Si je pouvais recommencer ma vie, je serais Footballeur professionnel, et vous pouvez vraiment me croire, je serais un Steeler de Pittsburgh.) En 1990, lors de son discours d’introduction au Hall Of Fame.

-« Yes, I get satisfaction out of hitting a guy and seeing him lie there a while. » (Oui, j’ai de la satisfaction à frapper un gars et à le regarder étendu devant moi pendant un moment.)

-« I believe the game is designed to reward the ones who hit the hardest. If you can’t take it, you shouldn’t play. » (Je crois que ce jeu est fait pour récompenser ceux qui frappent le plus fort. Si vous ne pouvez pas l’accepter, vous ne devriez pas jouer.)

« I am very aggressive and very physical. On the field I guess I am just plain mean. » (Je suis très agressif et très physique. Sur le terrain, je suppose que je suis tout simplement méchant.)

-« The Steelers drafted guys who were bigger, stronger and faster than I, but they never found one who could take my job away from me. » (Les Steelers ont repêché des gars plus grands, plus forts et plus rapides que moi mais ils n’en ont jamais trouvé un capable de m’enlever mon job.)



-« Dreith said I hit Sipe too hard. I hit him as hard as I could. Brian has a chance to go out of bounds and he decides not to. He knows I’m going to hit him. And I do. History. Quarterbacks should wear dresses. » (Dreith (l’arbitre du match) a dit que j’avais frappé Sipe (QB des Browns) tardivement. Je l’ai frappé aussi fort que je pouvais. Brian pouvait sortir des limites du terrain, mais il a décidé de ne pas le faire. Il savait que j’allais le frapper. Et je l’ai fait. Fin de l’histoire. Les Quarterbacks devraient porter des robes.) Réaction de Lambert suite à son expulsion d’un match contre les Rivaux des Cleveland Browns pour «Late Hit».

-« I read about sports figures who say the idea of their having an impact on kids is overrated. We have a responsibility, and if I can keep one kid from going on drugs I’ve accomplished something.” (J’ai lu que certains sportifs disaient que leur influence était surfaite. Nous avons une responsabilité, et si je peux empêcher ne serait-ce qu’un garçon de toucher à la drogue, j’aurais réussi quelques chose.)

-« He’s so mean he hates himself. » (Il est si méchant qu’il doit se détester lui-même.) J.T Thomas, Defensive Back des Steelers.

-« We’ve all had heroes, and I know Jack Lambert was for me because I was a defensive guy. » (Nous avons tous eu des héros, et Jack Lambert était le mien car je suis un gars de la défensive.) Bill Cowher, une déclaration qui en dit long sur sa philosophie de jeu…

-« I don’t care for the man. He makes more money than I do, and he don’t have no teeth. He’s Dracula. » (Je n’aime pas l’homme qu’il est. Il se fait plus d’argent que moi, et il n’a pas de dents. C’est Dracula.) Le Linebacker Thomas « Hollywood » Henderson (Cowvoys), pas vraiment ami avec Lambert…

-« Lambert may have had the image of a wild man. But he killed you with his precision. » (Lambert pouvait avoir l’image d’un homme sauvage, mais il vous tuait avec précision.) Andy Russel, Linebacker des Steelers.


-« Jack Lambert IS the Pittsburgh Steelers. » (Jack Lambert EST les Pittsburgh Steelers.) Réaction de Sam Rutigliano, ancien Coach des Browns interrogé après une défaite.

-« Jack Lambert is mean and relentless wherever he goes, on and off the field ! I do remember many times he would chase me in practice but no way would I let him catch me. » (Jack Lambert est méchant, et ceci sans relâche, partout où il va, sur et hors du terrain ! Je me souviens que de nombreuses fois, il me poursuivait lors de l’entraînement, mais il n’y avait pas moyen que je le laisse me rattraper.) Franco Harris, intimidé par son coéquipier.

-« Off all the middle linebackers – Ray Nitschke, Willie Lanier, Dick Butkus – what set Jack apart was his ability to play the pass. » (De tous les Middle Linbackers – Ray Nitschke, Willie Lanier, Dick Butkus – ce qui fait de Jack un joueur à part, c’est sa capacité à défendre la passe.) Le Linebacker Jack Ham à propos de son coéquipier.

-« Jack didn’t need to psyche himself to play… He LIVED to play. » (Jack n’avait pas besoin de se mettre dedans pour jouer… Il vivait pour jouer.) « Mean » Joe Greene.

-« Jack Lambert was the most complete middle linebacker ever to play. » (Jack Lambert est le Middle Linebacker le plus complet à avoir joué.) Jack Ham, admiratif.


-« He had no teeth, and he was slobbering all over himself. I’m thinking, ‘You can have your money back, just get me out of here. Let me go be an accountant. » I can’t tell you how badly I wanted out of there. » (Il n’avait pas de dents, et il bavait partout sur lui. Je me suis dit : « Je veux bien vous rendre votre argent, mais sortez-moi d’ici. Laissez-moi être comptable. » Je ne peux pas vous dire à quel point je voulais sortir du terrain.) Le QB Rookie de Denver John Elway, juste après que Lambert ne l’ait assommé et obligé à quitter le terrain lors de son premier match pro en 1983.


jeudi 26 mai 2011

Les lectures sanitaires 6VB, édition du jeudi

Bruce Gradkowski et Macho Man sont en vedette dans cette édition des lectures...

-Il y a certaines choses qui nous permettent de passer à travers du lockout sans trop de douleur, le Walkthrough de Mike Tanier en est une. Dans cette nouvelle édition, il se décrit comme le Bruce Gradkowski du journalisme sportif.

-Vous vous demandez si les joueurs de votre équipe favorite s’entrainent ensemble pendant le lockout? Le blog 49ers Q&A a une liste complète des player-organized workouts.

-Cela dit, Damon Hack de SI trouve que les entrainements organisés par les joueurs sont d’une utilité limitée

-ESPN dresse la liste des joueurs et intervenants de la NFL les plus intéressants sur Twitter.

-Peter King se penche sur les commentaires de Ray Lewis voulant que le taux de criminalité augmente si des matches de la NFL sont annulés.

-Hors-sujet : Slate nous explique pourquoi la Guinness goûte meilleur en Irlande. Hmmm, beer.

-Toujours sur Slate, un très intéressant article sur les succès du FC Barcelone et sur l’hypothétique déclin du club.

-On termine avec un excellent résumé de la carrière de Randy «Macho Man» Savage, gracieuseté de Deadspin. Ooooooooooh Yeah!


La Table Ronde 6VB: nos joueurs défensifs préférés

Voyons voirs quels héros de la "D" ont marqué l'imaginaire de vos experts préférés...

-Nick T: je me dois de piger parmi les héros de mon enfance et de choisir le légendaire Ronnie Lott. Dans les années 80, les 49ers offraient toujours un spectacle offensif de premier ordre avec Montana, Rice, Taylor et Craig. De l’autre côté du ballon, les vedettes étaient moins flamboyantes mais on pouvait toujours compter sur Ronnie pour distribuer les plaqués spectaculaires. En voilà un qui aurait écopé de plusieurs suspensions s’il jouait de nos jours car mettons que «leading with the helmet», c’était son genre. Lott a d’ailleurs déjà admis qu’il s’était quelques fois assommé lui-même en plaquant un adversaire mais que comme free safety il pouvait prendre un jeu off pour s’en remettre, sans quitter le terrain…Ronnie n’était toutefois pas seulement un chasseur de têtes. Il a pris part à 10 Pro Bowls, fut nommé All-Pro 8 fois et, grand honneur, il arrive au #11 sur la liste des meilleurs joueurs de l’histoire de la NFL. Il a évidemment gagné quatre Super Bowls, en étant le leader de la défensive du Frisco. Tout un homme.

-Pick : J'aurais bien aimé voir jouer Dick Butkus parce que ç'a l'air que c'était un tough sauf que je l'ai plutôt connu dans My Two Dads où il était beaucoup moins tough.  Fak je dirais que mon choix s'arrête sur Troy Plouploumalou.  Rarement a-t-on vu un joueur défensif aussi populaire et digne de cette popularité.  Plouplou est un safety complet qui court très vite, qui plaque très fort et qui lit les QB comme pas un.  Aussi bon en coverage que contre la course, il peut souvent changer l'allure d'un match à lui seul en étant partout sur le terrain et en provoquant des revirements dans des moments prépuces ((c) Sylvain Turgeon).  Il est en milieu de carrière et sa place au Temple est déjà assurée.  Avec Ed Reed, je dirais que c'est le meilleur safety depuis Ronnie Lott.  En plus, il a l'air super smatte, il ressemble à un puli et il fait sans gêne des annonces de shampoo parce qu'il est un champion du cheveu.  Tout un homme.

-Wallette : Si je vous dis que mon joueur préféré est Ray Lewis, personne ne sera surpris. Tout le monde le sait, je suis vendu aux Nasty Birds. Ce que certains ne savent pas, c’est que mon amour vient du premier match que j’ai regardé avec attention, le Super Bowl XXXV. Lors de ce match, les Ravens avaient battus les Giants et Ray Lewis est devenu une Superstar. Étant donné que je suis fidèle, je suis resté fan des Ravens. Ray Lewis m’a vraiment fait aimer le côté défensif du football. La plupart des nouveaux fans de foot aiment les offensives aériennes et les jeux de fantaisies, moi ça toujours été la défensive. Malgré les allégations de meurtres, Lewis est toujours resté dominant. À 36 ans, il joue encore comme un jeune lion et on se demande où ça va arrêter. Il a présentement 1909 plaqués en carrière, en plus de 38,5 sacs et 30 interceptions. Pour ce qui est des honneurs personnels, il a été sélectionné pour 12 Pro Bowls (sur une possibilité de 15). Deux fois joueur par excellence en défensive, 7 fois sur la première équipe de l’AP, MVP du Super Bowl et beaucoup, beaucoup, beaucoup d’autres honneurs. Lewis est aujourd’hui l’un des joueurs les plus influents de la NFL, à même titre que P. Manning et T. Brady, en plus d’avoir été un modèle pour bien des jeunes backers (Patrick Willis (49ers), Jon Beason (Panthers) et Rolando McClain (Raiders)… dire qu’au repêchage de 1996, 25 équipes le trouvaient trop petit pour la NFL!
 
EXTRA : On ne peut pas passer sous silence un autre grand joueur de la jeune franchise de Baltimore, Ed Reed. Tout comme Lewis, le #20 du Baltimore à des trophées de chasse incroyable. 7 fois au Pro Bowl, 5 fois sur la première équipe All-Pro, Joueur défensif de l’année en 2004, sur l’équipe d’étoile de la décennie 2000 et beaucoup plus. En carrière, Reed a 495 plaqués, donc 5 sacs, mais surtout 54 interceptions. Parmi les 54 interceptions, il a la plus longue de l’histoire de la NFL, soit 108 verges. Le jour où Reed et Lewis prendront leurs retraites, il sera extrêmement difficile de trouver un joueur pour les remplacer. Deux des plus grands!

-Patchalif: j'ai dû y aller de quelques minutes de réflexion avant d'y aller de mon choix défensif. J'ai pensé au premier joueur défensif qui m'a impressionné, c'est à dire le grand Bruce Smith, à l'époque où j'étais un fan torturé des Bills de Buffalo, qui se sont écroulés 4 fois de suite au Superbowl. Puis, j'ai pensé au flamboyant Deion Sanders, que j'ai adoré partout où il est passé à cause de son style flamboyant et son talent de playmaker comme on a pas vu assez souvent dans la NFL. Finalement, mon choix s'est porté sur un joueur qui est maintenant tout près de la retraite, mais que j'ai vu évolué depuis le début de sa carrière, l'excellent Darren Sharper. Tout d'abord chez mon équipe fétiche, les Packers de Green Bay, où il s'est avéré le général de cette défensive pendant des années, puis chez leurs rivaux de division, les Vikings du Minnesota pendant 4 ans, et finalement les 2 dernières saisons chez les Saints de la Nouvelle-Orléans, où il les a aidé à remporter le Superbowl en 2010. Ayant été nommé 5 fois sur l'équipe du Pro Bowl, Sharper est présentement à égalité au 6ème rang de tous les temps pour les interceptions, à égalité avec la légende du jeu Tecmo Bowl, Ronnie Lott. Une passe lancée en direction de Sharper a toujours été risqué pour un quart-arrière, lui qui est deuxième de tout les temps pour les "pick-6" avec un total de 11 interceptions retournées pour des touchés derrière Hot Rod Woodson. Lorsqu'il prendra sa retraite, Sharper aura déja mon vote pour qu'il ait sa place à Canton... si seulement mon vote valait quelque chose!

-Patate 583: Je ne suis la NFL que depuis le début des années 2000, alors j'ai moins de choix dans l'histoire que certains de mes comparses. Mon choix pour mon joueur défensif de tout les temps s'est donc arrêté sur Demarcus Ware des Cowboys de Dallas. Ware n'est dans la ligue que depuis 2005, mais il est déjà installé comme un des joueurs étoiles du Dallas. Certains le considèrent même comme le meilleur linebacker qui évolue dans un 3-4 dans la NFL. Sa saison 2008 a surement été sa meilleure dans la NFL. Il a enregistré au moins un sack dans 14 des 16 matchs de la saison, dont une séquence de 10 matchs consécutifs ce qui égale un record de la NFL. Cette année-là, il avait fini avec 20 sacks et 6 échappés forcés et avait été nommé le meilleur joueur défensif de la NFC. Après 6 saisons, il a déjà accumulé 80 sacks et 420 plaqués. Ware n'est surement pas le meilleur joueur défensif de tous les temps, mais il est très spectaculaire et est capable de sortir des matchs incroyables. Lors de sa saison recrue, il a connu un match de 3 échappés forcés avec 3 sacks contre les Panthers. En 2009, il a subi une blessure mineure au cou contre les Chargers. La semaine suivante, il est revenu avec un match à couper le souffle avec 2 sacks pour des échappés contre les Saints. Ce genre de performance spectaculaire en font mon joueur défensif préféré.

-JR: OK, je vais tricher un peu. En raison de l'équipe pour laquelle il joue, je ne peux pas dire que Troy Polamalu est mon joueur préféré. Sauf que je vais dire que c'est celui que je respecte et craint le plus. Dans un club de salopards, il est celui qui frappe fort, mais dans les règles. Et malgré l'abondance de talent qui l'entoure, il est celui qui fait la différence. On l'a vu en 2009 lorsqu'il s'est blessé, la défensive noire et jaune manquait de mordant et sans son leader, s'éffondrait souvent en fin de match. Polamalu a le don de réussir le gros jeu au moment important. Demandez-le aux Ravens, tant dans les séries 2008 que dans le second match de saison régulière entre les 2 rivaux en 2010. Versatile, le gars excelle autant pour mettre de la pression sur le quart-arrière ou reculer en couverture et délivrer quelques hits solides. Sa seule présence rend tous les coordonateurs offensifs et QB adverses nerveux et permet à Dick Lebeau d'utiliser quantité de schémas défensifs exotiques. Pendant des années, il a permis à ses coéquipiers sur la tertiaire des Steelers de paraître meilleurs qu'ils ne le sont réellement. Surprenamment, ce n'est qu'en 2010 qu'il a remporté son premier titre de joueur défensif par excellence, mais avec 6 Pro Bowls et 2 Super Bowl, on peut dire sans se tromper que sa carrière lui vaudra un buste en bronze à Canton, Ohio. En plus, ce qui ne nuit jamais, le gars semble être un véritable gentlemen hors du terrain. Si seulement il pouvait changer d'équipe....

mercredi 25 mai 2011

Les Miettes du Mercredi: Hines Ward, la NFL resserre encore la vis et plus...

Ward devient champion (de danse), la ligue modifie encore les règlements sur les plaqués violents et plus...

-Bon ben, imaginez-vous donc que Hines Ward est le nouveau champions de Dancing with the Stars. Le souriant WR et sa partenaire Kym Johnson l'ont emporté grâce à une salsa qu'on devine endiablée...Il a battu Kirstie Alley qui fut jadis un objet de nos fantasmes quand elle jouait dans Cheers. On félicite Hines pour sa victoire et pour son viril costume.

-La NFL punira dorénavant les équipes dont les joueurs commettront de fautes violentes contre des joueurs sans défense. Les équipes écoperont d'amendes à partir d'un seuil à déterminer. Donc si trois joueurs des Steelers (c'est juste un exemple) sont trouvés coupables de cinq infractions, l'équipe devra payer une amende. On verra ce que ça donnera mais si ça peut responsabiliser les équipes, tant mieux. (NDLR: ce sont de miettes dures à avaler pour notre fidèle lecteur Ward...)

-La ligue a aussi élargi la définition d'un joueur sans défense, histoire de resserrer son contrôle sur les plaqués violents. Des joueurs qui ne sont pas encore «clairement des coureurs» comme des receveurs ou des retourneurs de bottés qui attendent le ballon sont maintenant considéré comme sans défense. Même chose pour les botteurs après leur kick et les quart-arrières après avoir lancé leur passe.

-Peyton Manning a subi cette semaine une deuxième opération au cou en 15 mois. Manning souffrait d'un nerf pincé depuis longtemps qui le faisait souffrir. Il devrait être en mesure de revenir à l'action longtemps avant le début de la saison.

-Certains joueurs commencent à exprimer leur désir de voir une entente subvenir entre la NFL et la NFLPA. David Akers et Jason Snelling ont tous deux fait des déclarations en ce sens hier...Les joueurs doivent commencer à anticiper des pertes de revenus, c'est comme rien.

-Le sympathique Brandon Marshall a été poignardé à la poitrine par sa conjointe il y a un mois et il refuse maintenant de collaborer avec l'enquête de la police. On a l'impression que Brandon a quelque chose à cacher. Ce deux de pique va se retrouver en prison un jour.

mardi 24 mai 2011

Les Miettes du Mardi: bouquet de p'tites nouvelles

On ne se contera pas d'histoire, il ne se passe rien dans la NFL. Ça ne nous a toutefois pas empêchés de vous assembler ces grenailles...

-Selon Troy Polamalu, le conflit de travail actuel n’est pas un duel «millionaires contre milliardaires» mais plutôt un affrontement enrte le peuple et le «big business». Il serait préférable que les deux parties s’en tiennent aux communiqués officiels et ne laisse pas les joueurs ou les proprios parler aux médias. Il n’y a rien de bon qui sort de ça…

-En catimini, les Ravens ont coupé le salaire de tous leurs employés de 25% depuis le début du lockout. Si aucun match n’est annulé, les montants seront payés au staff. T’as vu, Troy, les gens qui se font couper leur salaire pendant votre conflit de riches, c’est eux autres le peuple.

-Petite rumeur intéressante: les Rams pourraient être tentés d’aller chercher Cadillac Williams pour qu’il seconde Steven Jackson. Cadillac est bien trop magané pour être un every down back mais comme backup, il pourrait faire l’affaire…

-Une rumeur qui commence à se faire persistante: le NY Daily News répète que les Jets sont intéressés aux services de Randy Moss. Moss avec Rex, Scott, Cromartie…Watch out.

-Le proprio des Bengals Mike Brown demeure un vieux têtu. Il répète que les Tigrés n’échangeront pas Carson Palmer et que ce dernier devra jouer à Cincy ou prendre se retraite. Si l’ami Carson devait choisir de se retirer, l’équipe se tournerait vers la recrue Andy Dalton. On comprend Brown de vouloir faire augmenter la valeur de son vétéran QB mais il devra changer d’idée tôt ou tard…

-Pendant que Chad Johnson s’essaie au rodéo, au soccer et au boulingrin, Lorenzo Alexander (LB, Redskins) tente sa chance comme pompier. On s’occupe comme on peut.


lundi 23 mai 2011

Vidéorama: les opinions de Ray Lewis


Extrait intéressant du SportsCenter d'ESPN où Ray Ray nous parle entre autres de ce qu'il envisage comme effets secondaires du lock-out. Il croit que le crime va augmenter dans la populations générale car "there's nothing else to do..."

samedi 21 mai 2011

Le repêchage 2011 sous la loupe: AFC Nord

Nous poursuivons l’analyse du dernier repêchage en jetant un œil sur le boulot abattu par les clubs de l’AFC Nord. JR est au clavier.

-Ravens de Baltimore

Pendant une seconde, lorsque le temps s’est écoulé sans qu’ils ne sélectionnent personne, on y a cru. Le DG des Ravens, celui qui ne se trompe jamais, venait de commettre une erreur de débutant. Mais non, la gaffe était des Bears qui ont oublié de signaler une transaction et Ozzie Newsome est rapidement retombé sur ses pieds et a pu mettre la main sur le gars qu’il convoitait en première ronde, soit le CB Jimmy Smith. Sur le terrain, Smith est un talent rare, souvent comparé à Nnamdi Asomugha des Raiders. Il devient le CB # 1 de l’équipe et peut être LA pièce manquante en défensive pour permettre aux Ravens de passer à l’étape suivante. Ce beau portrait idyllique se gâche toutefois dès qu’on sort du gridiron. L’étendue des problèmes légaux du produit de l’université du Colorado n’est pas connue avec précision, mais on parle d’une arrestation pour assaut, d’entre un et 3 drug tests échoués, de 2 jeunes filles qui ont dû se faire avorter et d’arrestations pour ivresse en public. Et tout cela, avant que les millions de la NFL ne pleuvent sur lui… Son nouveau coéquipier Dominique Foxworth s’est offert comme mentor et il faut simplement être heureux qu’une telle offre ne soit pas venue de Ray Lewis! C’est là tout le pari des Ravens : est-ce que le gars deviendra Nnamdi Asomugha ou Aqib Talib?

Peut-être en compensation pour la gaffe des Bears dont ils ont été victime, les astres se sont alignés pour Baltimore de sorte que celui que plusieurs leur prédisait comme premier choix a pu être cueilli au second tour. Le WR Torrey Smith, un marchand de vitesse qui peut étirer le terrain s’amène donc dans le nid. Une excellente acquisition qui pourrait même permettre à Joe Flacco de s’acheter des couilles sur E-Bay et de commencer à lancer des passes de plus de 12 verges ! Au 3e tour, l’offensive tackle Jah Reid confirme probablement le départ de Jared Gaither, mécontent et souvent blessé. Reid ne sera pas partant immédiatement, mais pourrait se développer en un solide bloqueur du côté droit. Au 5e tour, Pernell McPhee n’a pas la moustache de son homonyme du Canadien des années 80 mais il est ce que les Ravens ont trouvé de mieux dans ce repêchage pour mettre de la pression sur le quart-arrière. On est moins convaincus dans son cas.

Dans l’ensemble, Ozzie Newsome a encore livré la marchandise, mais il faut absolument se garder une petite gêne vu les problèmes hors-terrain de Jimmy Smith qui pourraient écourter grandement sa carrière. 3,5 Serge Amyot aux Ratbirds.


-Bengals de Cincinnati

Ceux qui doutaient de la volonté des Bengals de repartir à neuf n’ont pas eu à attendre trop longtemps avant d’avoir des réponses à leurs questions. En 2 choix, un trait fut tiré sur l’époque Palmer – Ocho Cinco (le duo le plus prolifique de l’histoire de la franchise) et c’est maintenant Andy Dalton et AJ Green qui devront prendre la relève. Même si certains (dont l’auteur de ces lignes) trouvent que c’est tôt le 4e rang pour choisir un WR, il faut admettre que les faits saillants de la carrière collégiale de Green sont vendeurs. Quant au QB Dalton, il traîne avec lui une réputation de gagnant et semble taillé sur mesure pour le West Coast Offence que les Tigrés veulent instaurer. Le choix de reconstruire l’identité offensive de l’équipe avec 2 excitantes recrues s’est toutefois fait au détriment d’une offre des Falcons, sans doute encore plus généreuse que celle acceptée par leurs cousins de l’Ohio. Les Bengals pourraient toutefois avoir le beurre et l’argent du beurre en pilant sur leur orgueil et en offrant Carson Palmer aux autres équipes de la ligue. L’échange de Donovan McNabb servant de comparatif, Cincy devrait viser un choix de 2e ronde et un de 4e ronde pour son QB, ce qui permettrait d’ajouter de la profondeur à une formation qui en manque cruellement.

Revenons au repêchage pour dire que les rondes subséquentes ont été bonnes pour Cincinnati qui a comblé d’autres lacunes. Le LB Dontay Moch (3e tour) est encore vert, mais il fut l’un des plus rapides de sa profession au combine et il pourrait rendre de précieux services aux siens pour contrer le jeu aérien adverse. Si Moch est unidimensionnel, Clint Boling (4e ronde) est au contraire versatile. Il peut jouer partout sur la ligne offensive et pourrait dès cette saison déloger Andre Smith ou Bobbie Williams du côté droit. Finalement, Robert Sands (5e tour) est un safety physique qui devrait amener une autre dimension à une rotation où les blessés abondent chaque année. On vous fera grâce du reste, cinq bonnes sélections, c’est déjà plus que prévu à Cincinnati.

En présumant que Mike Brown verra la lumière et échangera Palmer, on accorde 4 photos d’un Serge Amyot souriant aux Bengals. Cependant, si le DG/proprio s’entête à faire passer son égo devant les besoins de l’équipe, on retranche un demi Serge à la note et on change le sourire en baboune.


-Browns de Cleveland

Le plus gros buzz à Cleveland n’est pas à propos des sélections effectuées par les Browns, mais bien sur celle qu’ils n’ont pas faite. Possédant le 6e choix en première ronde, les casques oranges l’ont en effet refilé aux Falcons en retour de 5 choix, soit ceux de 1ere, 2e et 4e ronde de 2011 et ceux de 1ere et 4e ronde de 2012. Mais Mike Homgren n’avait pas fini de nous montrer le Bill Belichick qui sommeille en lui en sacrifiant son choix de 3e ronde pour s’avancer de quelques positions et sélectionner le gigantesque Phil Taylor (DT). Ce dernier devra essentiellement remplacer Shaun Rodgers comme gros jambon au milieu du terrain. Dans une division de cols bleus où la guerre des tranchées détermine souvent le gagnant du match, la sélection se tient. Au 2e tour, le Brun est venu complémenter ce choix avec Jabaal Sheard (DE), dont le travail sera de mettre de la pression sur le QB adverse. Les 2 ont de fortes chances d’être partants défensifs lorsque la saison se mettra en branle.

Cleveland s’est ensuite employé à trouver des cibles de choix au QB Colt McCoy. Évidemment, Greg Little (WR, 2e ronde avec le choix acquis des Falcons) n’est pas Julio Jones, mais sa grande stature et sa capacité à réussir le gros catch dans le trafic devraient être des atouts importants dans l’offensive West Coast qui s’implantera au bord du lac Erie. L’ancien basketteur converti en TE Jordan Cameron (4e ronde) ajoutera une autre arme à l’arsenal plutôt limité des Browns, même si son apprentissage du football est loin d’être terminé. Le choix d’un FB en fin de 4e ronde (3e et dernier choix en provenance d’Atlanta en 2011) a de quoi étonner puisque Lawrence Vickers, un des bons de la NFL était déjà dans l’alignement. Mais Cleveland voulait un solide gaillard pour paver la voie aux Hillis et Hardesty de ce monde et c’est justement la spécialité d’Owen Marecic. Ne pleurez pas pour Vickers, il ne devrait pas avoir de difficulté à se retrouver un emploi ailleurs e,t même en essayant fort, il peut difficilement se ramasser dans un endroit plus laid que Cleveland! Finalement, nous tenons à souligner la sélection au 5e tour d’un dénommé Buster Skrine, parce que Buster, c’est un vrai beau nom de football. Avec un Buster et un Colt dans l’alignement, l’équipe ne peut qu’aller dans la bonne direction!

Grâce à un échange judicieux et des choix peu spectaculaires mais efficaces qui comblent les besoins principaux de l’équipe, les Bruns rivalisent avec leurs rivaux de division et se méritent aussi une note de 3.5 Serge Amyot.


-Steelers de Piitsburgh

Les finalistes du Super Bowl n’avaient que 2 lacunes apparentes à combler en entrant dans ce repêchage 2011, mais elles étaient de taille : de l’aide sur la ligne offensive et surtout, surtout, un CB de qualité afin que le rideau de fer Pittsbourgeois ne soit pas rendu inutile par les bons QB qui attaquent la tertiaire à répétition. Le reste, c’était du gravy! Eh bien comme un enfant qui ne mange que le Cheez Whiz sans même être foutu de toucher au céleri en dessous, Pittsburgh est allé pour le gravy en première ronde avec le DE Cameron Heyward d’Ohio State. N’en doutons point, le gars est excellent, cadre bien dans les stratégies défensives de Dick Lebeau et aura une saison ou deux pour apprendre son métier derrières des vétérans aguerris. Il rendra probablement de précieux services à l’organisation, sauf que ce qui fait mal aux Steelers MAINTENANT, ce qui leur a possiblement coûté le dernier Super Bowl, c’est une tertiaire misérable que même Troy Polamalu n’arrive plus à sauver. Si Ras-I Dowling ou Aaron Williams (les 2 premiers joueurs choisis en 2e ronde) connaissent de bonnes saisons recrues, ceci ne fera que tourner un peu plus le fer dans la plaie des partisans jaunes et noirs. Pour être juste, les Steelers ont repêché un CB. Deux même! Curtis Brown (3e ronde) et Cortez Allen (4e ronde) sont de beaux projets, peut être même des vols dans les rondes médianes, mais ne seront pas utiles immédiatement, sauf peut être dans quelques situations spécialisées (couverture nickel ou dime).

Du côté offensif, le renfort sur la O-Line est arrivé dès le 2e tour, en la personne de Marcus Gilbert un colosse de 330 livres qui devrait pousser assez rapidement pour un poste de partant. Il est ordinaire pour ouvrir le chemin aux RB, mais excelle en protection de passe, soit exactement ce que le docteur a prescrit à Ben Roethlisberger. Quant au choix de 6e ronde Keith Williams, il est un bon travaillant qui pourra dépanner au besoin. Finissons quand même avec une dernière petite léchée de gravy en parlant du DE/LB Chris Carter (5e ronde), un pass rusher intéressant qui ne brûlera pas les étapes et qui pourrait rapporter gros dans 2-3 ans.

Si vous croyez à l’adage qu’il faut choisir le meilleur joueur disponible peu importe la position, vous serez plus généreux que nous dans votre évaluation du travail des Steelers. De notre côté, à cause du choix de première ronde, on se contente de 2,5 Serge Amyot, ce qui, nous l’avouons, est bien peu.



vendredi 20 mai 2011

Vidéorama: les meilleurs jeux défensifs de 2010


Ça c'est un beau montage et ça nous rappelle de beaux jeux qu'on avait déjà oubliés...

La Table Ronde 6VB: nos quart-arrières préférés.

Continuons à dépoussiérer le tiroir de la mémoire en vous entretenant des QBs qui ont marqué notre imaginaire.

Nick T. : J’ai pensé y aller avec Joe Montana, le QB qui a bercé on enfance, mais finalement je dois m’exposer à la critique et choisir Peyton Manning. Je suis fan des Colts depuis longtemps et malgré les très nombreuses déceptions que Manning m’a fait vivre, j’admire toujours son style cérébral et sa précision. Quand il est dans sa zone et qu’il découpe méthodiquement la défensive adverse, c’est du grand art. Même si bien des gens se moquent de ses signaux de style «chicken dance» avant le snap, je suis du genre à apprécier la maitrise qu’il a sur son offensive. C’est toujours le fun de le voir tasser ses coéquipiers pour mieux parer la défensive adverse et de constater qu’il a choisi le audible parfait.  C’est clair que les chokages répétés en séries font pâlir son étoile mais il aura sûrement l’occasion d’ajouter un deuxième Super Bowl à sa fiche, ce qui lui donnerait une carrière plus que satisfaisante au niveau collectif. Pour ce qui est du côté individuel, il est en excellente position pour battre les records de Brett Favre pour les verges totales et les passes de touché en carrière. Quatre saisons de 4000 v et 25 touchés et la job sera faite. Quoi qu’on en dise, ça donne toute une carrière.

J-R : Si Nick T. craint les critiques avec son choix, le mien pourrait m'obliger à demander une protection policière : Brett Favre. OK, OK, j'admets qu'il est temps qu'il se retire et que les romans-savons des derniers étés ne m'ont pas impressionné. Mais ce que je demande à un joueur de foot, c'est de me donner un show le dimanche après-midi, et là dessus, Brett a rarement déçu. Le sens du spectacle, c'est inné en lui. Les décisions parfois insensées qu'il prenait sur le terrain faisaient peut être rager les entraîneurs, les puristes ou les tenants du risque zéro, mais je ne suis rien de tout cela. Au contraire, cette volonté de prendre des chances, et d'assumer les erreurs qui en résultent inévitablement, l'ont rendu plus sympathique à mes yeux. Comme tu ne manquais pas une seconde d'un combat de boxe d'Arturo Gatti, avec Favre, tu restais le derrière scotché au divan tout le match parce que quelque chose (on ne savait pas quoi) pouvait se produire en tout temps. Force est d'admettre qu'avec 1 Super Bowl, 3 MVP et les records des verges accumulées par la passe et du nombre de touchés, il a réussi son coup plus souvent qu'il ne l'a manqué. Sans compter que sa présence a fortement contribué à relancer la fière et historique concession des Packers qui végétait dans les bas fonds à son arrivée au Wisconsin. Les moments marquants de sa carrière sont nombreux et connus, la fin de son premier match à Green Bay donnant le ton. Personnellement, mon souvenir préféré du # 4 est ce soir d'octobre 2007 lorsque j'ai pu le voir jouer en personne à Lambeau Field contre les Bears dans ce qui devait être sa dernière saison en vert et jaune. L'ovation qu'il a reçu dans les présentations d'avant-match valait à elle seule le déplacement dans la Mecque du football et le match m'a donné tout ce que j'aime du Brett : passes impossibles réussies, passes faciles manquées, abandon complet dans le jeu, drives de TD irrésistibles, et, parce que c'est aussi ça Favre, crampe au cerveau pour faire perdre la game au Pack sur une interception qui n'aurait jamais dû être lancée! Comme toujours avec Favre, j'en avais eu pour mon argent!

Stephane M.: Ah la belle question. C'est sûr qu'aujourd'hui, en 2011, ma réponse à la question c'est Drew Brees sans hésiter. Mais pour l'exercice de la table ronde j'ai creusé un peu plus et j'ai voulu ressortir le Quart qui me vient en tête quand je repense à mon vécu en tant que partisan de la NFL. J'ai beaucoup de souvenirs flous des années 90 mais j'ai commencer à suivre le football au début des années 200 et pour moi, un nom résonne plus fort que tous les autres : Steve McNair. Un travailleur acharné, un vrai de vrai 'blue collar QB' et surtout un leader qui dégage sur le terrain, toute l'ampleur de l'impact de McNair se matérialise durant les éliminatoires de 2000. Tout le monde se souvient du Music City Miracle en première ronde avec la remontée spectaculaire et surtout la fin à couper le souffle offerte par les Oilers. Et tout ce miracle se retrouve à 1 verge d'un Super Bowl quand la dernière passe du match, de McNair à Dyson, est stoppée à la ligne de 1 des Rams. Un miracle, suivi d'une défaite crève-cœur au bout d'une remontée digne de The Drive. McNair, sans artifice ni fla fla, avait le bras et l'intelligence de produire des moments indélébiles dans notre mémoire collective et en tant que fan de la NFL, je dois mes premières sueurs froides à Steve McNair qui m'a offert du football inspiré, spectaculaire et surtout méthodique. Malheureusement les blessures ont déraillé sa carrière et sa mort, tragiquement évitable, nous rappelle que les joueurs de football ne sont pas toujours en paix avec le monde extérieur même si, sur le terrain, ils sont l'artisans de petits miracles qu'on écoute annuellement lors des nombreux décomptes de Sportscenter. Pour toutes ces raisons, McNair sera toujours l'un de mes QBs favoris à avoir foulé un terrain de la NFL. 

Wallette : Je suis trop jeune pour vous parlez de Joe Montana, Terry Bradshaw, Steve Young ou Roger Staubach. Un gars comme Brett Favre pourrait être un choix intéressant, mais sa carrière à pâlie dans les dernières années. (Dans 5 à 10 ans il deviendra un choix justifié) Sans Nick, j’aurais arrêté mon choix sur Peyton Manning. Pas parce que j’aime tant Manning, mais parce que c’est le premier joueur, toute équipe confondue que je prendrais dans mon équipe pour avoir des fiches gagnantes. Mon choix s’est arrêté un sur un gars très «clutch» en série, Kurt Warner. Pourquoi Warner me direz-vous? C’est simple, j’aime les joueurs qui sont dominants en série et qui font gagner leur équipe dans l’adversité. Warner est du lot. L’ancien Jesusback des Rams a participé à 3 Super Bowl (2 chez les Rams, 1 avec les Cards). En 3 présences, il possède les trois meilleurs totaux de verges accumulés dans un match pour un QB. 365 verges en 2001, 377 en 2008 et 414 en 1999. Ces statistiques font de lui le meilleur quart à avoir touché au ballon lors d’un Super Bowl, et ce, que vous soyez d’accord ou pas. Ses statistiques en carrière n’ont rien de gênant. Il est 2,666 en 4,070 pour des gains de 32,344 verges. Son ratio TDs/INTs est de 208 pour 128, ce qui est très acceptable. Il y a certainement eu des meilleurs QB qui ont foulé le sol d’un terrain de la NFL, mais Kurt Warner est un icône au Super Bowl. C’est de ça qu’on se souviendra dans 20 ans.

jeudi 19 mai 2011

Les Raiders aident leurs employés d'une façon originale...

On peut toujours compter sur les Raiders pour penser à l’extérieur de la boite…


Histoire d’éviter de mettre à pieds des employés ou de réduire des salaires comme les Jets et les Dolphins l’ont fait, les Silver and Black offrent désormais à leur staff de vendre des billets de saison pour compléter leur salaire. En fait le plan demande aux employés de vendre des billets pour une valeur équivalente à 10% de leur salaire pour l’équivalent du lockout. Au prix d’un billet de saison de la NFL, on présume qu’un employé qui gagne 50 000$ par année n’aura qu’à vendre une couple de paires pour combler ce fameux 10%. Les employés qui ne réussiront pas à atteindre l’objectif ne recevront pas de sanction et seront aidés par l’équipe.

Les employés sont apparemment contents de cet audacieux plan car ils craignaient des mises à pied pures et simples. On espère avoir un suivi là-dessus, c’est une initiative intrigante.

mercredi 18 mai 2011

Les Miettes du Mercredi: John Beck, les plus beaux casques de la NFL et plus...

Beck se dit prêt à être partant des Skins, ESPN se penche sur l'esthétisme du casque et plus...


-Il y a quelques temps, Mike Shanahan défendait sa décision de ne pas repêcher de quart-arrière en disant que John Beck pourrait bien être le partant des Skins en 2011. Tout le monde a bien ri mais le principal intéressé se dit prêt à relever le défi. Beck se croit fait pour être partant dans la NFL et se dit bien content que Donovan McNabb soit pratiquement déjà parti de Washington. Belle franchise. Beck n’a pas eu la chance de prouver grand-chose dans la grande ligue, se retrouvant initialement avec d’atroces Dolphins et étant ensuite blessé ou 3e QB chez les Ravens et les Skins. En fait, il a complété 5 passes en carrière, toutes en 2007 avec les Fins. On frétille d’excitation à l’idée d’une course pour le poste de partant entre John «Ragin’ Mormon» Beck et Rex «Sex Cannon» Grossman…

-La médiation entre la ligue est les joueurs est terminée, sans vrai progrès à rapporter. Jeff Pash, le principal négociateur de la ligue, dit que les choses avancent mais on prend ça avec un grain de sel. Les prochaines négociations auront lieu le 7 juin, peu après le début du processus d’appel de la fameuse décision de la Juge Nelson qui aura lieu le 3 juin. Rien d’encourageant.

-Petit détail intéressant relevé par PFT: même si la NCAA devait présenter des matches le dimanche pendant le lockout de la NFL, la grande ligue ne pourra pas ensuite répliquer en présentant des matches le samedi. L'exemption à la loi antitrust que possède la NFL l'empêche de présenter des matches les vendredis et samedis tant que les high school et universités sont encore en action...C'est une peu ça qui fait que la NFL ne monopolise pas encore davantage les ondes.

-Alex Smith a déclaré à un journaliste de San Francisco qu'il allait fort probablement être de retour avec les Niners en 2011. En voilà un qui aura eu plusieurs chances de réussir! On a hâte de voir ce qu'il pourra faire sous les ordres de Jim Harbaugh.

-ESPN a compilé un top 10 des plus beaux casques de la NFL et le résultat laisse une large place aux équipes classiques.

1. Steelers
2. Colts
3. Raiders
4. Packers
5. Chargers
6. Cowboys
7. Vikings
8. Browns
9. Bears
10. Dolphins

Mouais, votre humble serviteur aurait placé les Chargers au sommet…

mardi 17 mai 2011

Les Lectures Sanitaires 6VB, édition du mardi

Des analyses sur les performances des RBs de la NFL et une tonne de trucs hors-sujet pour meubler votre heure de lunch...

-Excellente analyse statistique sur la diminution du nombre de vrais porteurs de ballon #1 dans la NFL. Les chiffres sont probants.

-Dans la même veine, les Football Outsiders jettent un œil différence entre les performances des gros et petits RBs, alternativement conte le 4-3 et le 3-4. Lisez-ça et parlez-en ce midi dans la cafétéria. Vos collègues vont penser que vous êtes autiste.

-Michael McCann, expert légal de SI, répond à plusieurs questions sur la décision de la cour d’appel de maintenir le lockout. Quand on est bien informé, le lockoutn nous apparait 6% moins plate.

-Vous voulez en savoir plus sur le processus pour devenir cheerleader des Cowboys, voilà l’article pour vous. Il y a aussi des photos.

-Un très bon extrait du livre Those Guys Have All The Fun, un historique verbal d’ESPN. L’extrait porte sur le toujours controversé Keith Olbermann et ça donne le goût d’acheter le livre.

-Entrevue éclairante avec Drew Magary, un de nos blogueurs favoris, qui est sur le point de sortir son premier roman.

-Une prétentieuse analyse en profondeur de l’album «Sports» de Huey Lewis and the News. Ça peut sembler incroyable mais en 1984, on trippait tous là-dessus. You had to be there…

-Un de nos héros, le très intense réalisateur musical Steve Albini, tient maintenant un blog de recettes, à notre grande surprise. Steve Albini qui tient un blog de cuisine, c’est comme Britney Spears qui tient un blog sur la philosophie kantienne. Merci à Richard Labbé pour cette dernière analogie.

Le lockout reprend de plus belle

La cour d’appel a officiellement mis la décision de la Juge Nelson sur la glace.

On attendait cette décision depuis tellement longtemps qu’on ne l’espérait plus. En gros la 8th U.S. Circuit Court of Appeals déclare que le lockout dot rester effectif jusqu’à ce que le processus d’appel complet se débute. La saga devrait donc recommencer le 3 juin, date à laquelle la ligue et les joueurs soumettront leurs arguments sur la décision de la Juge Nelson de mettre fin au conflit et de reprendre les activités normales de la NFL.

La cour d’appel a jugé que les proprios ont prouvé qu’ils subiraient des torts irréparables si le lockout prenait fin abruptement. Les magistrats doutent également que la Juge Nelson possède le pouvoir de mettre unilatéralement fin au conflit de travail. Ça regarde donc mal pour ce qui semblait une victoire pour les joueurs.

En contrepartie, la médiation a repris hier et il est possible que cette nouvelle revalide un peu le processus. Les proprios ont soumis une nouvelle offre aux joueurs et comme ceux-ci ne peuvent plus vraiment s’accrocher à la décision du Juge Nelson pour faire avancer leur cause, ils seront peut-être davantage disposés à négocier…


lundi 16 mai 2011

Les Miettes du Lundi: actualités pour jour de pluie

Petits échos du lockout, graduation pour Plouploumalou et plus...

-La médiation entre les joueurs et la ligue reprend aujourd’hui mais comme nous le confirme Art Rooney, ce processus est inutile pour le moment. Tant que la cour d’appel n’aura pas statué sur la demande de la NFL de suspendre la décision de mettre fin au lockout, toute discussion est vaine. Cette décision de la cour viendra le 3 juin, on en a donc encore pour un gros deux semaines de sweet nothing.

-Rober Kraft, proprio des Patriots, pense que la ligue et les joueurs approchent du point où leur conflit va nuire à l’image du sport aux yeux des fans. Well, duh. C’est clair que si le tout se règle à temps pour le début de la saison, tout sera pardonnée mais si des matches sont annulés, watch out.

-Dans un même ordre d’idée, selon Cris Collinsworth, le conflit de travail et les méandres légaux se continueront encore un bout de temps et les matches reprendront en novembre

-Le St-Petersburg Times a monté une liste des joueurs des Bucs qui ont de problèmes légaux…Il y en a pas mal! Sans trop faire de bruit, les Bucs sont entrain de devenir une des équipes les plus «criminalisées» de la NFL.

-Dans le but de rester sous les projecteurs, Chad Johnson a l’intention d’essayer tout plein de sports pendant le lockout. Après le soccer, il a tenté sa chance avec le bullriding. Ce fut pénible. On est tannés de Chad en général mais on aimerait le voir essayer le para-pente, le kinball et le cheerleading.

-Tout indique que le RB Ryan Grant restera à Green Bay malgré son salaire de 5.25 M$ pour 2011. Grant a raté pratiquement toute la saison 2010 et il devrait partager la tâche avec le jeune James Starks, vedette des dernières séries. C’est une bonne décision à notre avis, les comités de RB ont tendance à bien fonctionner.

-À Pittsburgh, il semble que le CB Ike Taylor ait décidé de tester le marché des agents libres. Il aimerait bien rester à Pittsburgh mais apparemment les Steelers devront accoter les offres venant d’autres équipes. Sans être une superstar, Taylor devrait susciter pas mal d’intérêt sur marché.

-On a félicité Ty Warren pour avoir complété son bac en gestion agricole alors il faut faire de même avec l’ami Troy Polamalu. Le chevelu vient de graduer de USC avec un beau bac en histoire. Il a quitté USC en 2003 mais il a trouvé le moyen de compléter tous ses cours par la suite. Troy est un bon ambassadeur pour son sport.


Avec du recul: Évaluation des repêchages passés - NFC Nord

Sitôt un repêchage terminé, c’est toujours la même chose : tous les experts footballistiques rivalisent de vitesse pour accorder à chaque équipes leurs fameuses notes sur la récolte qu’elles viennent de réaliser. Évidemment, nous savons tous que c’est une évaluation beaucoup trop rapide, mais comme c’est agréable à faire, tous le font, y compris nous sur 6VB. Par contre, il faut beaucoup plus de temps pour évaluer les gagnants et les perdants d’un repêchage. C’est ce que cette chronique vous proposera au cours des prochaines semaines. Avec du recul, nous reviendrons sur les récoltes des différentes concessions lors des encans amateurs de 2008, 2009 et 2010, question de constater si les gagnants d’hier le sont encore aujourd’hui. A tout seigneur tout honneur, nous commençons avec la division des champions du Super Bowl, la NFC Nord.

-Bears de Chicago:

2008 : Les Oursons ont été occupés cette année-là, prenant la parole à 12 reprises, dont un incroyable 5 fois en 7e ronde (aucun de ces joueurs n’est encore avec l’équipe toutefois)! Leur premier choix à l’époque, le joueur de ligne offensive Chris Williams a été embêté par les blessures plus souvent qu’à son tour et n’a pu faire le travail ni comme bloqueur à gauche en 2009, ni comme garde en 2010. Les Bears ont eu beaucoup plus de succès avec leurs choix suivants, soit le RB Matt Forte et le WR Earl Bennett à qui le coordonateur offensif Mark Martz prédit un plus gros rôle dans l’offensive du Chicago en 2011. Le reste de la récolte 2008 des Oursons se compose de réservistes qui doivent se battre pour demeurer sur la formation.

2009 : Malgré 9 choix en 2009, Chicago a du attendre la 3e ronde (68e rang) pour sélectionner le DT Jarron Gilbert. Si Gilbert en a impressionné plus d’un dans ce vidéo sur Youtube, ce fut moins convainquant sur le terrain de sorte qu’il est aujourd’hui sur le Practice Squad des Jets. En défensive, c’est la 4e ronde qui fut fructueuse avec les sélections de Henry Melton(DE) et D.J. Moore (CB), 2 gars qui pourraient être partants dès l’an prochain. Toutefois, le choix qui sauve le repêchage pour Chicago est celui du WR Johnny Knox en 5e ronde. Ce dernier est aujourd’hui la meilleure cible offerte à Jay Cutler.

2010 : Poursuivant leur douteuse tradition, les Bears n’avaient pas de choix avant la 3e ronde non plus en 2010. En fait, ils ne détenaient que 5 choix, mais leur première sélection, le FS Major Wright pourrait être partant dès 2011 si le départ anticipé de Danieal Manning sur le marché des joueurs autonomes se concrétise. Sélectionné en 4e ronde, le DE Corey Wootton n’est présentement que substitut, mais il pourra toujours se vanter que son premier (et seul cette saison) sack dans la NFL aura été celui qui a mis un terme à la carrière de Brett Favre.

En résumé : Comme le montre les acquisitions de Jay Cutler et Julius Peppers, il semble bien que Chicago préfère le marché des agents libres et les échanges au repêchage pour mettre la main sur des joueurs d’impact.

-Lions de Détroit

2008 : L’année du 0-16 avait commencé dès le repêchage, le niveau de médiocrité des Lions étant tel qu’ils ont même repêché un gars inéligible, le safety Caleb Campbell à qui il restait encore 2 ans de service militaire à compléter. Leur premier choix fut le OT Gosder Cherilus dont on apprécie le nom mais moins le talent. Après plusieurs blessures, il vivote encore sur le roster des félins comme réserviste. Du lot, le DE Cliff Avril (choisi de 3e ronde) est celui qui a le mieux réussi ayant récolté 8,5 sacks la saison dernière. Aussi sélectionné en 3e ronde d’un repêchage faste en RB de qualité, Kevin Smith a rendu de bons services à l’équipe en 2008 et 2009, mais n’a joué que 6 matchs l’an dernier et Détroit ne lui a pas présenté d’offre contractuelle en vue de la prochaine saison.

2009 : La honte générée par la saison sans victoire a provoqué un grand ménage à Détroit, et pour le mieux. Le nouveau régime a fait du QB Matthew Stafford le premier choix overall de l’encan 2009 et la pierre d’accise du nouveau départ des Lions. Blessé plus souvent qu’à son tour, le QB a néanmoins été impressionnant lorsqu’il a pu se faire justice sur le terrain. Sa capacité de demeurer en santé aura un impact majeur sur les espoirs futurs des Lions. Une transaction avec Dallas a permis à Détroit de bénéficier d’un 2e choix en première ronde et c’est le TE Brandon Pettigrew qui a pris le chemin de la ville de l’automobile. Ce dernier a connu une solide campagne en 2010 et devrait occuper encore plus de place dans l’offensive des félins. Réclamé au 2e tour, le safety Louis Delmas représente aussi une belle prise ayant été nommé « alternate » au dernier Pro Bowl. On ajoute à cet excellent trio, le MLB DeAndre Levy choisi en 3e ronde qui a réussi 85 plaqués l’an dernier, le joueur de ligne défensive Sammi Lee Hill (4e ronde) qui prend progressivement sa place dans la rotation et le OLB Zach Follett un 7e choix qui faisait tourner les têtes avant qu’une sérieuse blessure au cou ne vienne mettre sa carrière en péril. Du travail très bien fait…

2010 : Les besoins étant nombreux et l’équipe partant de très loin, l’excellente cuvée de recrues 2009 n’a pas réussi à faire des Lions une bonne équipe de sorte qu’ils se sont exprimés dès le 2e rang à l’encan 2010. Leur choix : Ndamukung Suh, un véritable monstre dont la seule présence rend toute la D-Line meilleure. Comme l’année précédente, Détroit a transigé pour revenir en première ronde et sélectionner le marchand de vitesse Jahvid Best. Les blessures ont un peu déraillées la campagne recrue du RB, mais ce qu’il a montré l’automne dernier est prometteur. L’histoire de leur 3e choix, Amari Spievey est particulière. RB jusqu’à sa dernière année universitaire, il fut alors transformé en CB avant de voir les Lions l’envoyer comme safety. La recrue a fort bien répondu, débutant 9 parties à sa nouvelle position réalisant 51 plaqués et 2 interceptions. Même si les autres choix n’ont rien cassé, on parle encore ici d’une excellente récolte.

En résumé : Après avoir atteint le fond du baril en 2008, les repêchages 2009 et 2010 (et 2011) permettent aux partisans des Lions de voir enfin la lumière au bout du tunnel.


-Packers de Green Bay :

2008 : Les Packers ne disposaient pas d’un choix au premier tour en 2008, mais ont pu se reprendre avec 3 sélections de 2e ronde. Et 2 des 3 joueurs ainsi repêchés ont choisi le match du Super Bowl pour éclore. D’abord, le CB réserviste Pat Lee qui n’a toujours pas d’interception en 3 ans dans la NFL n’a rien concédé aux WR des Steelers alors qu’il a dû remplacer l’excellent Charles Woodson, blessé, durant toute la 2e demie. Puis, Jordy Nelson (4e WR du Pack) a connu le match de sa vie au bon moment, amassant 140 verges par la passe tout en inscrivant ce touché. Imaginez s’il n’avait pas en plus échappé 3 ballons! Le QB Brian Brohm (aussi choisi en 2e ronde) est un échec, mais Green Bay a corrigé l’erreur dès la 7e ronde avec la sélection de Matt Flynn qui a été un brillant remplaçant à Aaron Rodgers contre les Pats en décembre. Cependant, les 2 meilleures prises des têtes fromagées à l’encan 2008 furent le TE Jermichael Finley (3e ronde) ainsi que le garde Josh Sitton (4e ronde). Sitton est un des meilleurs de sa profession et n’a concédé aucun sack durant toute la saison 2010. Quant à Finley, s’il revient au même niveau suite à une sévère blessure au genou, il sera dans les 2-3 meilleurs TE du football.

2009 : Contrairement à 2008, Green Bay avait 2 choix en première ronde à cet encan. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’ils les ont utilisés avec brio puisque BJ Raji et Clay Matthews se sont alors amenés au Wisconsin. Difficile de faire mieux!! Rien de spectaculaire dans les autres sélections même si le choix de 7e ronde, le LB Brad Jones faisait du bon boulot avant qu’une blessure ne vienne mettre un terme à sa saison. Quant au DE Jarius Wynn (6e ronde), son fait marquant en carrière est d’être devenu papa le même jour où il a remporté le Super Bowl. On appelle ça une belle journée!!

2010 : Même si elle n’est pas aussi spectaculaire que la cuvée 2009, la récolte 2010 a aussi été fructueuse pour les champions du Super Bowl. Le joueur de ligne offensive Bryan Bulaga a connu une saison d’apprentissage, mais est tout de même le RT partant du Pack et devrait être le LT de l’équipe d’ici quelques années. Quant au DE Mike Neal (2e ronde) et au S Morgan Burnett (3e ronde), les 2 ont vu leur saison prendre fin prématurément à cause de blessures, mais ce qu’ils ont eu le temps de montrer est encourageant. La surprise du repêchage est toutefois le RB James Starks qui n’a pour ainsi dire pas joué de la saison régulière avant d’exploser en séries où il a été le meilleur RB de la NFL. Un vol au 6e tour. Il ne faut pas non plus oublier le CB Sam Shields, signé comme agent libre après le repêchage qui a réussi 2 interceptions, 1 sack et forcé une échappée contre les Bears en finale de conférence. Il est déjà 3e CB du Pack derrière Charles Woodson et Tramon Williams.

En résumé : Ceux qui doutent de l’importance du repêchage devrait regarder l’extraordinaire bilan des Packers en cette matière et les résultats en découlant!

-Vikings du Minnesota

2008 : Tyrell Johnson, John David Booty, Letroy Guion, John Sullivan et Jaymar Johnson. Ce sont les 5 joueurs réclamés par les mauves à l’encan 2008. On vous pardonnera de n’en connaître aucun, mais sachez que Johnson et Guion sont réservistes, respectivement comme safety et DT, et pourraient (mot clé : pourraient) se battre pour des postes de partant en 2011. Quant à John Sullivan, il fut le centre partant des Vikes en 2010, mais son inefficacité force le Minnesota à trouver d’autres options pour 2011. Ouin…

2009 : Encore une fois, le Minnesota n’avait que 5 choix à l’encan 2009, mais cette fois, ils ont réussi quelques bons coups. Le premier choix fut l’excellent receveur Percy Harvin, le genre de WR capable de tout faire sur un terrain de football. Malheureusement, l’ami Percy a plus de migraines qu’une femme dans un vieux couple et il faut se demander l’impact que ça aura sur le reste de sa prometteuse carrière. En 2e ronde, le Minnesota a sélectionné celui qui est aujourd’hui leur bloqueur à droite partant, soit Phil Loadholt. Le reste est plus quelconque, mais on mentionne quand même le MLB Jasper Brinkley (5e ronde), un gros cogneur très efficace contre la course, mais pourri en couverture de passe, ce qui devrait faire de lui un back-up de carrière.

2010 : Jusqu’à présent, les avocats de la défense du Minnesota ont bénéficié plus que les Vikings du repêchage 2010 de l’équipe. Premier choix des mauves (mais repêché en 2e ronde), le CB Chris Cook a été acquitté de l’accusation d’avoir brandi une arme à feu contre un ami cet hiver. Sur le terrain, ce ne fut guère mieux, les quarts adverses maintenant un QB rating de 124.1 contre lui. On se perd facilement dans les calculs entourant le QB rating, mais on sait que 124.1, c’est ridiculement élevé. Mais puisque Cook jouait en dépit de blessures et qu’il est talentueux et athlétique, il aura droit à une deuxième chance. Au plan judiciaire, il faut toutefois décerner la palme au choix de 4e ronde Everson Griffen qui a eu droit au taser après avoir saisi un agent de police dans les parties. Bravo champion! Heureusement, il y a quand même eu quelques joueurs qui se sont illustrés sur le terrain, comme le garde Chris DeGeare, un choix de 5e ronde qui pourrait être partant dès l’an prochain. Le RB Toby Gerhart (2e tour) fut correct aussi, mais c’est difficile d’avoir du temps de jeu lorsque tu es derrière un certain Adrian Peterson dans le depth chart. Finalement, le QB Joe Webb (6e ronde) a dépanné l’équipe en fin de saison l’an dernier, mais les Vikes voudront en faire un WR plutôt qu’un QB.

En résumé : La récolte 2009 sauve la donne, mais les Vikings pourraient être dans le trouble lorsque les nombreux vétérans actuels quitteront le drakkar.

Avec du recul :

Les meilleurs : les Packers

Les pires : les Bears.

-ARTICLE ÉCRIT PAR JR-

samedi 14 mai 2011

Sondage-éclair: la NCAA le dimanche?

Le PAC-10 a déjà annoncé qu’il y aurait possibilité de déménager des matches de football collégial du samedi au dimanche si le conflit de travail dans la NFL perdurait. Seriez-vous du genre à vous replier sur le football de la NCAA, faute de NFL?

vendredi 13 mai 2011

Le Repêchage 2011 sous la loupe: NFC Nord

La NFC Nord est toujours une division aprement disputée et ses quatre équipes ont eu un repêchage intéressant.

-Bears de Chicago

On avait placé les besoins du Chicago aux positions de OL et de WR et ils ont finalement opté pour un joueur de ligne en 1e ronde. Gabe Carimi (Wisconsin) pourra aider l’équipe immédiatement, soit comme right tackle ou comme garde. Le jeune homme a toutes les qualités requises pour réussir, il est excellent en protection de passe et tout à fait adéquat dans le run blocking. Les Bears avaient grand besoin d’une infusion de talent le long de la ligne et c’est clair que Carimi fera l’affaire.

Les Ours ont aussi réussi un bon coup au second tour en choisissant le DT Stephen Paea d’Oregon State. Sans être gigantesque, Paea est très fort et il peut crasher une ligne offensive à répétition. Il remplacera Tommie Harris de belle façon.

Les Bears n’avaient que cinq choix et les autres acquisitions sont des joueurs de profondeur dont l’impact sera négligeable. On aime bien les deux premiers choix mais cinq ajouts c’est peu et l’absence d’un receveur de passes fait baisser la note.

3 Serge Amyot


-Lions de Detroit

On voyait les Lions se jeter sur un demi de coin ou un joueur de ligne offensive mais ils nous ont surpris en optant pour le DT Nick Fairley (Auburn). Ce dernier était en chute libre à cause de ses problèmes de paresse bien documentés et du grand nombre d’équipes qui voulaient repêcher un QB. Si les Lions réussissent à garder Fairley motivé, il formera avec Ndamukong Suh un duo quasi impossible à arrêter. Ces deux jeunes causeront des problèmes de mismatch à toutes les offensives adverses. Jim Schwartz doit se frotter les mains. Évidemment, Fairley pourrait décider de se poigner le beigne une fois qu’il aura signé son gros contrat mais on a l’impression que ça va marcher. On laissera toutefois un bémol à côté de ce choix car on trouve que Prince Amukamara aurait été un ajout incroyable pour les Lions.

En 2e ronde, le Detroit s’est tourné vers deux joueurs offensifs intéressants : le WR Titus Young (Boise St) et le RB Mikell Leshoure (Illinois). Ces deux messieurs offriront des contreparties intéressantes au talent déjà en place. Young est plutôt petit et il est très rapide, il complémentera très bien le plus robuste Calvin Johnson. En plus, il excelle sur les retours de bottés et il s’appelle Titus. Quant à Leshoure, il est un gros RB robuste, un vrai grinder. Il formera un bon tandem avec Jahvid Best. Ce dernier pourra être utilisé davantage dans les situations de passe tandis que Leshoure sera plus efficace sur les premiers jeux et en short yardage. Deux belles acquisitions.

Malheureusement, c’est pas mal tout pour les Lions. Ils n’avaient que cinq choix et les deux autres joueurs sélectionnés sont des quantités négligeables. On donne donc 3.5 Serge aux Lions, on aurait pu donner plus mais ils se retrouvent essentiellement avec seulement trois joueurs.


-Vikings du Minnesota

Les Vikes ont causé une des grandes surprises de la séance de repêchage en sélectionnant le QB Christian Ponder (Florida St) au 12e rang global. Personne ne met raiment en doute le talent de Ponder mais il aurait été moins étonnant de le voir partir au 2e tour. Le jeune homme possède de grandes qualités de leader et il a connu une solide saison avec les Seminoles l’an dernier (61.5 % de passes complétées, 20 TD, 8 INT). Il devra s’acclimater à la NFL et on ne sait pas comment les Vikings s’y prendront pour l’intégrer. Un choix qui laisse perplexe mais il faut donner une chance au kid.

Le Minnesota a bien choisi au cours des rondes médianes, ajoutant coup-sur-coup des joueurs intéressants. Kyle Rudolph (TE, Notre Dame, 2e tour) donnera un solide pass-catching TE qui pourrait supplanter Vishante Shiancoe. Christian Ballard (DT, Iowa, 4e tour) est exceptionnellement bien coté pour un choix de 4e ronde. Il pourra contribuer immédiatement dans une rotation au milieu de la ligne défensive. Il est vu comme un vrai « steal ». Même le choix de 5e tour, Brandon Burton (CB, Utah), est considéré comme un gars qui pourrait jouer rapidement comme nickelback. Un solide butin.

Les Vikings avaient 10 choix et si les joueurs sélectionnés par la suite n’ont pas des pedigrees épatants, il devrait y avoir une couple de gars compétents dans le lot.

3 Serge Amyot mais c’est un 3 qui pourrait évidemment devenir un 4 ou plus si Ponder se développe bien.


-Packers de Green Bay

Les Champions repêchaient bons derniers mais ils ont malgré tout pu sélectionner un blue chipper en la personne de Derek Sherrod (Mississippi St). Le solide gaillard aura la chance de se joindre à une rotation et il pourra apprendre son travail graduellement, une situation rêvée.

Le Pack s’est prémuni contre l’éventuel départ de James Jones comme agent libre en sélectionnant Randall Cobb (WR, Kentucky) au second tour. Cobb est rapide et excelle pour les verges après le catch un fit parfait pour le GB. Le RB Alex Green (Hawaii) s’est ajouté en 3e ronde et certains experts le voient contribuer rapidement. Si Messieurs Starks et Grant sont tous deux de retour, il ne restera cependant pas tant de roches à transporter. Green est un jeune homme talentueux mais il devra patienter sur le banc. On est intrigués par le gros DB Davon House (New Mexico St) qui à 6’1’’, 200 livres pourrait trouver un rôle rapidement. Son physique l’aidera à s’imposer.

Les Packers avaient eux aussi pas mal de choix, neuf. Donc même si les jeunes sélectionnés sur le tard sont peu connus, il devrait y avoir un moins un diamant brut…

3.5 Serge Amyot