jeudi 31 janvier 2008

Andrea Kramer sort son côté "cougar" avec Tom Brady

En bizounant sur la chose Internet à temps perdu, nous sommes tombés sur ce cocasse extrait d’une entrevue de fin de match, où l’on voit Andrea Kramer flirter sans vergogne avec le très coquet Tom Brady. La grande échasse brésilienne n'a qu'à bien se tenir!! Et c’est vrai qu’avec son air de rockeuse-style-Marjo et son timbre éraillé Export-A-vârte, la fourtysomething sideline reporter de NBC s'avère être le prototype même de la cougar. Grrrr...

Les recettes du Super Bowl : friture

C’pas pour me vanter mais j’ai deux amis qui ont une friteuse. Fuckin’ a! Au fil de nos soirées gastronomiques, on a essayé de frire pas mal d’affaires avec beaucoup de succès et de gras trans. Et chaque fois, en fin de repas, on avait le sourire niais et huileux d’un enfant satisfait sortant d’un Kentucky après un bon baril. La plupart des gens ont souvent l’hypocrite tendance à dédaigner trop facilement la friture mais dans leur porc intérieur, quand il leur pogne un rush de vouloir manger du Peufke, y’a pas grand'chose qui peut le remplacer. Ils ont besoin de leur fix de gras salé pis d’une bonne douche après.

Évidemment, une friteuse est idéale mais pas essentielle. Une simple casserole remplie d’huile bouillante fait l’affaire, surtout si vous avez de jeunes enfants gourmands à la maison et vous voulez les challenger à devenir autonome dans une cuisine. Vous aurez un plaisir fou à les regarder apprendre en s’amusant et à voir le petit Samuel pogné en feu courir partout dans maison.

Les recettes sont simples et infinies. Osez un peu. Qui n’a jamais rêvé de frire des choses inusitées comme des pickles, une Schnickers, un iPod ou même un robot? L’important est d’utiliser la bonne recette de panure et de l’huile d’arachide.

Panure : le mix pour la panure dépend vraiment de ce que vous voulez faire. Si vous voulez quelque chose de léger et plutôt neutre pour laisser tout le goût de l’aliment qui sera frit, faites simplement du tempura avec une tasse de farine, un œuf et une tasse d’eau glacée. Mais si vous vous lancez dans des grands projets de gallinacés, mélangez un œuf avec du lait et en masse de piri-piri (ou autre sauce forte pimentée) jusqu’à une consistance adhérente et pas trop liquide. Ensuite, mélangez de la chapelure avec du parmesan et/ou du romano râpé, des fines herbes, du poivre et beaucoup de sel. Trempez chaque morceau de poulet dans le mix pour les couvrir entièrement et mettez-les dans la chapelure épicée pour leur faire un manteau de bon goût. Ensuite, dans friteuse pour un bon 10 minutes facile. Faut que la panure soit bien dorée et croustillante et idéalement que le poulet soit pas trop saignant au centre. Préparez-vous à savourer du poulet cock-a-doodle-goooood.

Cette même panure pourrait aussi être utilisée pour des rondelles d’oignons, des bâtons de mozzarelle (préalablement congelés pour mieux pas fondre trop vite dans friteuse), des frites (si vous voulez des frites frites) ou même des pogos maison faits avec votre saucisse préférée. Si vous venez pas de penser à l’instant à une joke de graine, sortez du garde-robe, vous êtes officiellement lesbienne.

Pour le dessert, ça vaut la peine d’essayer la Schnickers frite avec une pâte tempura. Comme pour le fromage, ça serait aussi une bonne idée de congeler la barre de chocolat pour pas que ça fonde trop vite pendant que la panure dore. Le chocolat, le caramel et le nougat fondent au complet si vous laissez la barre frire longtemps. Le résultat est un tube de pâte frite sucrée avec juste des pinottes sur les parois internes (excellent mais vide), donc si vous voulez garder une sorte de bouette sucrée en dedans, congelez vos barres la nuit d’avant.

D’autres barres de chocolat genre Wunderbar, Mars ou O’Henry pourraient être bonnes aussi. Choisissez-en des bien remplies par contre, une Aéro à la menthe serait plutôt drabe et quand même un peu homo.

Bonne friture!

Autres recettes du Super Bowl : les dattes au bacon, les nachos et les ribs.

C'est officiel: des matchs de la NFL à Toronto!

Pendant que le chroniqueur dit sportif Réjean Tremblay brasse du vent juste pour ploguer ensemble les mots NFL + Normand Legault (on rappellera d’ailleurs que c’est Legault lui-même – par le biais de son entreprise – qui a dû émettre un communiqué pour rectifier les propos fantasmagoriques de son porte-parole attitré, lequel a répondu aux critiques…en réitérant que Legault était un homme merveilleux!), nos amis Ontariens ont préféré passer de la parole aux actes. En effet, on a appris aujourd’hui que la NFL avait autorisé la tenue à Toronto de 8 matchs de saisons régulières des Bills de Buffonto (???). L’entente est d’une durée de 5 ans et semble avoir été faite sous les auspices plus ou moins approbateurs de la CFL.

Le premier match devrait avoir lieu en 2008, au Rogers Center, une fois la saison de la CFL terminée.

On ne peut que se réjouir de l’arrivée de la NFL en sol canadien, bien que celle-ci vienne jouer sur les plates-bandes de la CFL. L’équipe éditoriale 6VB a disons-le une relation amour-haine-haine avec ladite ligue canadienne : amour, car c'est quand même du football et que nous souhaitons juste du bon aux Alouettes. Haine-haine, parce que, soyons honnête un instant, le football à 3 essaies C’EST PLATTE. Et au surplus, la ligue semble être dirigée par des clowns de deuxième zone.

Alors un gros bravo aux gens de Toronto qui semblent avoir une longueur d'avance sur Montréal sur à peu prêt tous les fronts. C’est sûr, les filles de Montréal sont plus belles (dixit Réjean qui cite quelqu'un de très très riche), mais on leur échangerait facilement un container de g-strings contre une bunch de pâlottes overweight en sweat pants, si c’est juste ça que ça prend pour avoir une équipe de la NFL à Montréal…

Les séries sous la loupe: Le Super Bowl XLII, Giants vs Patriots

Le gros match est à nos portes et l’équipe 6VB vous a concocté un turbo-preview collectif pour l’occasion. Voici donc notre aperçu détaillé des forces en présence.

L’attaque:

Nick T: Malgré les progrès réalisés par Eli Manning au cours des dernières semaines, les Giants sont largement désavantagés à ce point de vue. L’offensive néo-anglaise a battu une flopée de records cette année et malgré un certain ralentissement, on parle encore d’un groupe extrêmement efficace. Personne n’a marqué autant de points dans l’histoire de la NFL. Les Pats ont fini premiers pour les verges au sol et les verges totales. Ils ont terminé 13e pour les verges au sol, sans même vraiment essayer. On a vu lors des matches contre les Jags et les Chargers que même en neutralisant Randy Moss, Tom Brady a des armes en masse à sa disposition… L’attaque des Giants est solide depuis le début des séries mais elle devra rivaliser avec un rouleau compresseur.

Mak : Les Giants - et incidemment Eli lui-même – ont ce côté Dr. Jekyll and Mister Hyde, qui fait qu’on se demande laquelle de ces personnalités va se présenter dimanche. Les Giants sont sur une lancée, mais une finale de la NFC ne fait pas le printemps. Eli est passé du statut de grande déception à bon game-manager en un mois. Un peu présomptueux, je trouve. Les Ravens ont gagné un SB avec Trent Dilfer, mais ils bénéficiaient aussi d’une défensive dominante au possible, comme le dit si bien Yvon. Je crois que leur salut passe par la course, puisqu’on dit souvent que leur LB sont lents et vieux et pas fins. Les Pats torchent. Y’a rien à faire. Même s’ils sont en retard par 3 TD avec moins d’un quart à jouer, ce ne sera pas suffisant pour les battre. Vous vous rappelez des 3rd-and-long qu’ils convertissaient tout le temps? C’est maintenant des check-downs à Faulk sur les 3rd-and-short…

Fred S. : Effectivement, on n’a pas trop à s’inquiéter de l’attaque des Pats même si Laurence Maroney est sûrement dû pour se blesser et que Randy Moss est peut-être tout croche à cause de l’histoire avec la madame pas contente. (On l’a quand même entendu à CKAC SPORES celle-là). Et Brady est tellement beau.

Du côté des Giants, y a deux scénarios possibles :

1) Eli et l’attaque des Giants continuent sur leur lancée entreprise au dernier match de la saison régulière (la victoire morale serait donc un concept valide) et atteignent leur zénith et la plénitude dimanche en marquant 31 points dans une défaite de 38-31.

2) Eli redevient le frère de l’autre et lance 4 interceptions dans une défaite de 42-9.

Je choisis 2).


Pick : La tendance récente des Patriots est de faire courir Maroney. Ils ont souvent l’habitude un peu arrogante de défier la force défensive de leurs adversaires qui est, dans le cas des Giants, contre la course. Et d’habitude, ils réussissent (voir la game contre les Steelers qui était alors la meilleure de la ligue contre la passe). En plus, les Pats profitent de la meilleure ligne offensive depuis celle des Cowboys des années 90, sauf qu’ils ont de nobles barbus roux au lieu d’avoir des bandits adipeux (http://www.dallasobserver.com/2005-11-17/news/pot-bellied-cowboy/). Je pense pas que Strahan et cie réussiront à percer le mur, ni à arrêter Maroney. Ce qui va créer des occasions pour Moss qui devrait avoir un gros match contre les safeties de second ordre des Giants, après s’être reposé depuis un mois. Je gage aussi un gros $2 sur un TD de Vrabel aligné comme Tight End et qui va incroyablement encore se faire oublier en plein milieu de la zone des buts.

Guy : Avec 4 apparitions au SB en 8 ans, la pression ne sera sûrement pas sur Tom «dans tout les trous je passe» Brady et ses disciples de Boston. Que ce soit par la passe ou la course, les Pats vont faire ce qu’ils font de mieux : des points. Ils l’ont fait toute la saison et ça ne changera pas dimanche. La vraie question demeure si Eli et ses géants pourront en faire autant. Avant la victoire contre Green Bay, l’attaque aérienne des Giants n’avait pas produit de points en 2 matchs en série. 21ième à ce chapitre pendant la saison, cela me laisse un goût de sacks et d’interceptions.

TANK : Au courant de la dernière saison, les Pats ont fait une risée du Greatest Show on Turf des Rams de la fin des années ’90. The Greatest Show à voir hors-Broadway était les Pats. Le changement de stratégie d’y aller au sol plus souvent au cours des dernières semaines est typiquement Belichick. Laurence Maroney est reposé et peut y aller en fonçant dans le tas. Le seul problème avec cette stratégie est que les receveurs des Pats auront peut-être quelques problèmes de synchronisme puisqu’ils sont plus occupés à faire des blocks que de routes. Les Giants, ben, ce n’est pas très impressionnant. Les 3 victoires en séries ne sont pas l’œuvre de l’attaque bien que tous semblent vouloir encenser Eli. Il faudra voir ce que l’attaque des Giants pourra faire sur les 3rd and long. Plaxico? FYI, la dernière fois que les Pats ont marqué moins de 20 pts dans un match était contre les Bucs au mois d’août.

La défense:

Nick T. : S’il y a un X Factor dans cet affrontement, c’est bien la ligne défensive des Giants. Strahan, Umenyiora et compagnie ont dominé la ligue avec 53 sacks en saison régulière. La ligne offensive de Pats en a accordé 21 (5e). On parle d’un choc des titans et c’est clair que les Giants ne pourront pas broyer Brady à volonté. Mais avec un effort inspiré, la D-line pourrait leur donner une chance de gagner.

Mak : J’ai l’impression que c’est l’inverse et que les Pats vont abuser de la D-Line des hommes en bleu. Brady adore se faire blitzer (insérer ici joke de Gisèle). Et si, que dieu les en protège, les Giants décident d’y aller mollo avec le blitz, ça va être encore plus facile pour Brady. Les stats des Giants sont gonflées par la game de fou où McNabb s’est fait sacker 12 fois (!!!)…BTW, qui est 2e à ce chapitre dans la NFL? Les Pats, avec 46 sacks. On ne s’en sort pas.

Fred S : Sait-on jamais, peut-être que la vieille défensive des Patriots va s’effouerrer dans une flaque de médiocrité. On peut même pas y rêver à cause des maudites hormones de croissance!…Damn you, Éric Gagné!!! Ces gars-là sont des mutants. Sans blague, je suis pas si sûr que les Giants ont un pass rush si surfait que ça. Je pense surtout que la ligne à l’attaque des Pats est tout simplement trop dominante. Et comme la tertiaire des Giants est assez moyenne, les Pats vont pouvoir en profiter puisque ça va prendre au moins trois quarts aux Giants pour se rendre jusqu’à Brady. Faut absolument qu’Eli garde longtemps les Giants dans le match.

Pick : La force des Giants est de mettre de la pression sur le QB, ce qui n’arrivera pas. Les Pats, quant à eux, n’ont pas une assez bonne défensive pour complètement arrêter l’attaque des Giants qui s’est diversifiée depuis l’apparition du surprenant Ahmad Bradshaw. Par contre, ils ont LA défensive pour provoquer des choses aux moments clutchs. Des blitz de Rodney Harrison et de Mike Vrabel en fin de match pour rendre Eli nerveux et hop! v’là-ti pas Asante Samuel qui sort d’en arrière du receveur pour intercepter et retourner ça la longueur du terrain. La génétique chokesque d’Eli doit l’inquiéter un peu en ce moment…

Guy : Je pense que la défensive des Giants va ralentir un tant soit peu la progression des Pats. Mais jamais assez. Quant à la défensive de ces derniers, ils n’ont qu’à intimider Eli en lui disant des trucs comme :
- ton frère fricotte avec Kenny Chesney
- ta mère sent Larry Bird
- 2 degrés dans le plus chaud,
Vous savez, des vannes simples comme ça et ça devrait suffire…

TANK : Plusieurs s’entendent pour dire que la défensive des Pats se fait vieille mais elle est expérimentée et c’est une véritable symphonie de les voir jouer à l’unisson. La ligne défensive creuse des trous dans la ligne à l’attaque adverse au moment opportun pour qu’un Harrison ou Seau se faufile et sacke le pauvre Eli qui va en voir de toutes les couleurs. On rajoute le clutch pick et c’est la game… Les 3rd and long contre l’attaque des Giants fera aussi la différence. La ligne défensive des Giants est impressionnante mais la ligne des Pats est juste trop forte. Strahan ou Oyrensivavraia vont mettre de la pression mais ce ne sera pas suffisant à cause de la présence de trop de barbus blancs pour les Pats. Question. Pouvez-vous nommer 2 LBs des Giants vite de même sans regarder??? C’est ce que je me disais…

Les impondérables:

Nick T: Tom Coughlin a sûrement été un leader inspirant pour ses ouailles lors du match à Green Bay. Malgré sa face gelée, il est resté intense tout au long du match et a visiblement su gérer son botteur… Mais l’ancien dictateur fait face à Bill Belichick, l’homme qui a tout vu et qui est à une victoire d’une saison parfaite et de son quatrième Super Bowl. Peu importe l’angle qu’on prend, il est un des cinq meilleurs coaches de tous les temps. Ça, c’est un excellent impondérable à avoir de son bord…

Mak : En plus, Belichick a vraiment l’art de faire les bons ajustements à la demie.

Fred S. : Le seul véritable impondérable est la tenue d’Eli Manning qui pourrait enfin éclore, ce à quoi on s’attend de lui depuis 3 ans. Mais ça n’arrivera pas. Y a trop une face de p’tit gars en plus. Ça marche pas ça.

Pick : Les Pats sont encore une fois une équipe de destinée cette saison (voir aussi 2001), en plus d’être des sacraments de tricheurs, lâchement aidés par la NFL à dissimuler toutes les preuves de leurs méthodes pas fines (et surtout illégales) pour battre leurs adversaires au fil des ans et des plaintes. Pis fuck ceux qui disent que tous les autres clubs font la même chose1 Cette saison pue pour les Pats mais au moins, ils jouent comme des rois. Celles des Super Bowls précédents puent encore plus. Le simple fait que la NFL ait détruit toutes les preuves m’incite à croire qu’il y avait quelque chose là-dedans qui aurait franchement pu laisser croire à la planète NFL que toutes les osties de fois que les Pats ont gagné par la peau du cul après s’être fait dominer par leurs adversaires étaient pas juste dues au talent pur et aux bonnes stratégies. C’était pas assez, le Tuck Rule de clown et les dizaines de pénalités pas callées contre eux à des moments drôlement opportuns (AUCUNE pénalité de holding ou de pass interference contre eux pendant TOUTES les playoffs 2004, entre autres, ce qui a ultérieurement inspiré une modification aux règles sur les contacts illégaux), faut en plus qu’ils aient la bénédiction de la toute puissante NFL ? Méprenez-vous pas : les Pats sont très forts et devraient gagner le match fair and square. Mais la justice cosmique va ben finir par donner un cancer des yeux à Belichick ou une amputation de la graine à Brady, j’peux pas croire. Ma foi envers les dieux du football commence à être remise en doute…

Guy : Les dieux du football sont mon impondérable. La justice cosmique existe-t-elle vraiment ? Oui !!! Arrêtez de rêver. Cette année on règle le cas des dieux du foot pour de bon. Si les Pats gagnent, ben ça veut dire qu’y en a pas de dieux ! C’est-tu assez clair ça bondance de barnak !!! Au moins, cette question là sera réglée…du moins pour moi.

TANK : Ça fait depuis la semaine 9 que je me mets à rêver d’une saison parfaite des Pats mais je me suis toujours refusé d’y aller public. Je me tiens seul, encourageant mon équipe favorite, sans trop faire de flafla et appréciant chaque victoire qu’elle soit à l’arraché ou un blowout. Je voulais mettre les football gods de mon bord et surtout ne pas les jinxer. C’est un impondérable suffisant selon moi. Ça et le fait que je vais devoir me lever l’cul à 5 :00 du matin, enfiler mon jersey numéro 12 pour me rendre dans un bar en ville où il serve des margaritas (?) et des bloody caesars (??) agrémentés d’un buffet « american » pour déjeuner. Si les Giants (God forbid) viennent à gagner, ce sera sans aucun doute la pire équipe à gagner le Super Saladier de l’histoire (surpassant tout juste les Pats de 2001, mais bien des choses ont changé depuis).

La prédiction:

Nick T: Je me suis déjà résigné au fait que les Pats vont reléguer les Dolphins de 72 aux oubliettes (I love you Larry Csonka !!!) mais j’aimerais bien avoir un match regardable pour aller avec mes ribs et ma bière. J’ai tourné ca de bien des bords mais il demeure que les Pats sont meilleurs à tous les points de vue et qu’ils sont dus pour côlisser une bonne volée à quelqu’un. Patriots 40-13.

Mak : J’abonde en ce sens. Mais je subodore un match relativement serré, du moins en première demie. Patriots 33-28.

Fred S. : J’y vais avec la tradition des Super Bowls plates avec un Patriots 49-28.

Pick : Je suis plus comme Mak là-dessus. Le Pats vont en faire juste assez pour gagner et Belichick n’humiliera pas son ancienne équipe. Patriots 38-30. Inutile de dire que Brady sera MVP, y’a déjà des t-shirts d’imprimés…

Guy : Je pense que le match sera serré en première demie mais suivant la prestation de Tom Petty à la pause, les Boston auront le vent dans les fesses. Patriots 41-20.

TANK : Si l’attaque au sol (des deux équipes) s’établit, il sera impossible pour aucun club d’inscrire plus de 35 pts. Il faudra aussi s’attarder à la dernière drive de la première demie qui est un méga momentum booster et les Pats le font mieux que quiconque. Je ne souhaite pas une raclée (bien que toute la famille Manning en mérite une) parce que je me serai quand même levé à 5h du mat pour me rendre dans un bar où un paquet de gars chauds sont encore sur le party de la veille. J’ai le droit à un certain suspense. Mais ce suspense se terminera vers la fin du 3e ou au début du 4e quart. Pats 37-24.

Les miettes du jeudi: plus que trois dodos avant le match!!

Ben, en fait trois dodos pis environ 14 heures de platitudes abjectes pour supposément nous mettre dedans… En attendant on se sustente de pertinentes grenailles d’actualités footballesques!

Chad continue à se sortir de Cincy: Il a évoqué la possibilité de se joindre aux Panthers lors d’une entrevue avec une radio de Charlotte. Selon lui (85 (Chad) + 89 (Steve Smith) = Super Bowl… J’ajouterais que 85 + 89 + Matt Moore = 7-9… T’es vraiment pas subtil mon Chad et tu fais baisser ta valeur sur le marché…

Un autre WR se bizoune une sortie en douce: Décidemment, les receveurs demeurent les prima donnas de la NFL… Larry Fitzgerald a déclaré à un poste de radio de Philadelphie que les Eagles seraient une des équipes pour qui il aimerait jouer. Encore de la belle subtilité. À l’instar des Bengals avec Chad, les Cardinals ont une raison pour se départir de Fitz: suite à un contrat loufoque plein de clauses «escaliers», il gagnera 14.59 et 17.35 millions$ lors des deux prochaines saisons… Calvaire, c’est des grosses argensses pour un gars qui n’est pas vraiment un WR #1…

Le fun continue à Oakland: Al Davis a embauché James Lofton comme assistant-coach sans en parler à Lane Kiffin… Rocambolesque. Davis est complètement sénile et les Raiders vont être poches jusqu’à sa mort.

Un petit article drôle: L’excellent blogueur MJD qui joue au «bowling» contre Matt Leinart.

Take that, 72 Dolphins! Pendant que Mercury Morris invente des manières de dire que les Dolphins de 72 sont encore la plus grande équipe de tous les temps, l’ancienne gloire des Vikings Jim Marshall est plus lucide: Il dit que ces Dolphins n’obtiendraient même pas un premier jeu contre les Pats.

Triste nouvelle: L’ancien LB des Pats Joe Andruzzi combat un cancer. On lui souhaite bonne chance…

Un heureux bonus du Super Bowl: Peter King à tous les jours!

mercredi 30 janvier 2008

Les miettes du mercredi : Chad Johnson, Jonathan Ogden et Art Monk!

Ocho veut déménager, Jonathan pense à se retirer et Art sera peut-être finalement intronisé.

L’ami Chad veut sortir de Cincy: Ca semblait évident l’an dernier mais ca se confirme. PFT rapporte que Ocho Cinco est allé au Jim Rome Show et a clairement dit qu’il voulait quitter les Bengals. Bon, je ne comprends pas c’est quoi le problème: il veut partir et les Bengals seraient mieux sans lui. Me semble qu’en retour d’un deuxième choix, c’aurait de l’allure. Les Bengals doivent faire un ménage anyway, s’ils gardent les mêmes effectifs ils vont faire du surplace.

Parlant des Bengals, ils ont signé Jordan Palmer, le frère de Carson. Il est aussi QB et a pris une tasse de café au camp des Redskins l’An dernier. Les Bengals sont aussi en pourparlers avec l’ancien des Expos David Palmer et avec le fantôme de Robert Palmer.

Encore plus de plaisir avec Dan Snyder: Ti-Dan et son sous-fifre Vinny Cerato ont pris l’avion pour l’Arizona pour continuer leur rocambolesque recherche d’un nouveau coach. Les candidats qui sont dans l’air: Steve Mariucci, Jim Fassell, Steve Spagnuolo (DC des Giants) et maintenant Josh McDaniels (DC des Pats). Il y a même une farfelue rumeur disant que Snyder veut s’essayer avec Bill Belichick. Come on. Ca me fait penser à la fois que Marcel Aubut avait parcouru le monde pour trouver un nouveau DG pour les Nordiques avant d’embaucher le tristement célèbre Martin Madden. Ce dernier était directeur du recrutement des Nordiques. Je prédis un dénouement semblable pour les Skins, ils vont se retrouver avec Art Shell ou Rich Kotite.

Ogden à la retraite?: Jonathan Ogden, LT émérite des Ravens, a encore évoqué la possibilité de se retirer… il va ben finir pas le faire pour vrai. Il a 33 ans, est blessé à un pied depuis longtemps et présentement il penche vers la retraite. Ce gars-là s’en va direct à Canton.

Dr Z change finalement d’idée sur Art Monk: Depuis des années notre gériatrique ami Dr Z argumente que l’ancien WR des Skins Art Monk ne mérite pas d’être admis au temple de la renommée. Monk a brièvement été le leader pour les réceptions en carrière avec 940 mais Z dit que c’était 940 catches de huit verges et que ca ne vaut pas l’admission au Temple. Le Docteur a ramolli un peu dans ses principes avec le temps et lorsque Michael David Smith de Fanhouse lui a demandé pourquoi, Z a répondu "I figured, just put him the fuck in already, I'm tired of being the asshole." Dr Z is the man.

Restez branchés sur 6VB amateurs de football car en plus de nos savoureuses
recettes du Super Bowl, nous vous offrirons demain notre Méga-Preview du Gros Match et vendredi, ce sera une édition grandiose des Prédictions des Stars!

Les recettes du Super Bowl: côtes levées.

Quoi de mieux que des ribs en regardant un match de football? C’est gras, ca va bien avec de la bière et en plus c’est salissant. Après plusieurs tentatives plus ou moins fructueuses, j’ai finalement raffiné ma recette à un niveau que je qualifierais de «championship».

Vos ingrédients:

- Des côtes levées, la quantité dépend de l’usage que vous en faites (souper ou snack)
- Moutarde ordinaire (prévoyez un pot complet)
- Ketchup (prévoyez une bonne moitié de bouteille régulière)
- Mélasse (Prenez pas de chance et achetez un contenant neuf)
- Ail (au goût)
- Sauce forte (Tabasco, Red Hot…)
- Moutarde forte.
- Vinaigre


Étape 1: Le choix des côtes.

Les principales options sont les côtes de dos et les côtes de flanc. Si vous avez un budget illimité ou un petit nombre de personnes à servir, n’hésitez pas une seconde et allez-y pour les côtes de dos. Elles sont plus belles, plus régulières et plus «restaurant-style». Pour un plus gros groupe, les côtes de flanc sont une bonne option. Elles sont de forme moins régulière et il y a plus de perte mais elles sont pas mal moins chères et tout aussi délicieuses. De plus, si vous leur faites une petite trim de façon à en faire des portions individuelles vous pouvez enlever toutes la scrap et faire une belle job.

Étape 2: Le soir précédent la game.

Pour des ribs qui fondent dans’ yeule, il est absolument nécessaire de les faire bouillir le soir précédent. Pour se faire, prenez le plus gros chaudron que vous avez et faites bouillir de l’eau, et là je parle de turbo-ébullition avec des grosses balounes. Insérez vos côtes dans le chaudron et laissez-les bouillir une trentaine de minutes. Prévoyez une sorte de pince à barbecue pour les sortir. Laisses-les reposer dans une assiette jusqu’à ce qu’elles soient froides.

Étape 3 : La sauce

Si on veut des ribs de qualité « Patriot-level », il faut les faire mariner toute la nuit. Pour la sauce, donc :

-Mélangez des quantités égales de moutarde ordinaire, de mélasse et de ketchup. Commencez par une tasse de chaque, vous pourrez en rajouter au besoin. Faites-en plus que moins, il vous qu’il vous en reste une fois l’étape marinade terminée.

-Ajoutez de l’ail au goût. Je vous dirais d’en mettre 4-5 gousses minimum.

-On entre dans la phase « optionnelle » de la fabrication de la sauce. Ces autres étapes ne sont pas obligatoires et dépendent de vos objectifs. Si vous avez des enfants à votre party et que vous visez un style de ribs « St-Hubert », arrêtez-vous ici et passez à l’étape 4.

-Cependant, si vous visez les «Oklahoma-style cousin’ fuckin’ barn burnin’ 5-alarm ribs», c’est le temps d’expérimenter. Ma suggestion personnelle pour des ribs juste assez spicy est la suivante:

Ajoutez:
-3 bonnes cuillèrées à table de moutarde forte
-Une cuillérée à table de vinaigre
-De la sauce forte. Je suggère la tabasco verte.
-Ingrédient secret : la sauce Chipotle. On parle d’une petite sauce dans une bouteille de style tabasco, une sorte de sauce barbecue épicée et « smoky ». Une touche rehausse une grande quantité de marinade.

Une fois votre sauce préparée, mettez vos ribs dans un gros tupperware, innondez-les de sauce et mettez ca au frigidaire. Gardez l’excédent dans un plat pour le lendemain.

5- La cuisson

Vu que c’est l’hiver, je vous considère de ne pas vous casser le bicycle et de les faire au four. Déposez vos ribs dans une grosse rôtissoire assez profonde en une seule couche. Le plus important est de toujours mettre du PAPIER D’ALUMINIUM comme « couvercle ». Ce n’est pas négociable. Ne mettez pas le couvercle de la rôtissoire ou quoi que ce soit d’autre, c’est du foil que ca prend, tabarnak!

Mettez le tout dans le four à 275 F pour environ quatre heures. Avec du foil et une température faible, ca peut chauffer toute la journée mais je suggère quatre heures. Utiliser votre excédent de sauce pour badigeonner les ribs périodiquement. Si votre sauce brûle sur les ribs, votre feu est trop fort.


En toute fin de parcours, quand vous êtes prêts à servir, mettez le four à broil pour ajouter un extra croustillant. Ne quittez pas vos ribs des yeux pendant cette étape, sortez-les à la moindre apparition de «brûlé».

Voilà. Si vous suivez ces instructions à la lettre, je vous garantis des ribs Canada de fantaisie.

C’est bon avec toutes les sortes de bière et avec de la salade de chou.

Enjoy et allez voir nos autres recette, les dattes au bacon et les nachos!

Un blogueur à la tivi

Programmez vos VHS (ou vos enregistreurs numériques) puisqu'un choc des titans télévisuel aura lieu vendredi soir sur les ondes de Télé-Québec...dans le cadre de l'émission Il va y avoir du sport animé par Marie-France Bazzo. Certains d'entre-vous savez sûrement déja que Fred Savard, un membre de l'équipe de 6VB, est également à la barre du bulletin de nouvelles d'Il va y avoir du sport. Et bien ce vendredi, l'ami Fred aura la chance de participer à un des deux débats de l'émission, débat qui aura comme question initiale: La grande messe du Superbowl est-elle surfaite ?

Notre blogueur sera accompagné de Donald Cuccioletta, historien et ancien joueur de football. Ils tenteront de convaincre Marc Cassivi et Robert Frosi que le Superbowl n'est pas surfait mais que surtout, le football de la NFL est de loin le meilleur spectacle sportif sur la planète, bien meilleur que le soccer (zzzzzz) et l'insipide hockey (re-zzzzzzzz)...

Sur les ondes de Télé-Québec, vendredi 1er février, 19h30.
Rediffusion le samedi à 14h30, le dimanche à 18h30 et le lundi à 14h.



mardi 29 janvier 2008

Giants-Pats, Tecmo Super Bowl-Style!

Le site Armchair GM a simulé le Super Bowl avec un émulateur du classique jeu Tecmo... Un jeu qui a une place de choix dans le coeur de vos blogueurs...

Le résultat est l'fun à regarder mais ils n'auraient pas dû changer la musique...

Première demie:


Deuxième demie:

Les miettes du mardi: Crennel, Video Strahan et des menthes au bacon !!!

Des jeux vidéos, de la débauche, de la gastronomie: les miettes sont savoureuses aujourd'hui!

Une extension de contrat pour Crennel: Même s’ils n’ont pas fait les séries, les Browns ont fait un pas de géant vers la respectabilité en 2007. Maintenant leur coach Romeo Crennel récolte les fruits de ses efforts avec une extension de contrat qui le paiera jusqu’en 2011 à un taux d’environ 4M$ par année. Bravo Romeo.

On appelle ça «vendre la peau de l’ours…» : Le Boston Globe a mis en vente un livre célébrant la saison parfaite des Pats. On se dit que ca va affecter le karma des Pats mais on se rend compte qu’il y a aussi un livre célébrant le championnat des Giants… Ca doit s’égaliser au niveau cosmique.

Jerramy Stevens devrait être en prison: Ca vaut la peine de lire cet article du Seattle Times qui relate la dégoutante histoire de Jerramy Stevens, ancien TE des Seahawks maintenant avec les Bucs. Ce gars-là avait la réputation d’être un trou de cul de première classe mais il s’avère également être un violeur et un batteur de femmes… T.O. est pas si pire que ça finalement. Je trouve ça fascinant que des batteurs de femmes comme, Stevens, Michael Pittman et Randy McMichael puissent être acceptés par les autres joueurs. Je comprends que c’est une culture de machos mais ciboire…

Strahan à travers les années, video game-style: Un petit article ben l’fun sur l’évolution de la carrière de Michael Strahan via sa force dans les divers jeux vidéos de foot. Original et amusant.

Les putes arrivent en masse pour le Super Bowl: On s’en doutait mais c’est l’fun de se le faire confirmer!

Un item qui intéressera le gastronome en vous: Quelqu’un a enfin sorti des petites menthes à saveur de bacon! On attend encore la gomme au steak, cependant.

Justement, en tant que gastronomes et amateurs de foot, VOUS VOUS DEVEZ de lire les recettes du Super Bowl de l’ami Pick : les dattes au bacon (essayez ca, vous allez voir) et les nachos (Mmmm, nachos). Il y en aura d’autres cette semaine!

On a une gargantuesque semaine du Super Bowl pour vous, vous pouvez déjà lire notre reportage sur le Media Day et nous aurons aussi un Mega-Preview du match et le retour des Prédictions des Stars!

Le "Media Day", style 6VB

C’est aujourd’hui le «Super Bowl Media Day» à Glendale. Nous ne sommes pas encore invités au Super Bowl alors nous n’avons pas l’honneur de poser des questions connes aux joueurs pendant qu’ils se filment entre eux. Qu’à cela ne tienne, voici quelques questions que nous aurions posées et les réponses que les joueurs et/ou instructeurs nous auraient sûrement données :

Tom Brady

6VB: Allez-vous pouvoir vous concentrer correctement sur les Giants, une équipe bien plus faible que la vôtre ?

Brady: Les Giants sont une excellente équipe et nous avons beaucoup de respect pour eux.

6VB: Quel effet ça fait d’être un QB millionnaire top niveau et de se farcir une top touffe comme Gisele Bundchen ?

Brady: Yes, it’s great.
**********************************************************************************

Bill Belichick

6VB: M. Belichick, avez-vous préparé un plan de match spécial pour contrer Eli Manning ?

Belichick: Manning est un grand quart et nous avons beaucoup de respect pour lui.

6VB: La ligne défensive des Giants est très efficace, prévoyez-vous garder un TE sur la ligne pour mieux les repousser ?

Belichick: La ligne défensive des Giants est excellente et nous avons beaucoup de respect pour ses membres.

6VB: Le dossier de la vente de TQS ne semble pas débloquer, ça vous inquiète?

Belichick: TQS est un grand réseau et nous espérons que quelqu'un va le sauver. Nous avons beaucoup de respect.
**********************************************************************************


Rodney Harrison


6VB: Vous êtes un grand joueur avec plusieurs titres du Super Bowl et plusieurs apparitions au Pro Bowl. Une saison parfaite serait-elle la cerise sur votre sundae?


Harrison: Si tu continues de me manquer de respect, je te tue avec mes mains nues.

6VB: Toutes nos excuses.

Harrison: Je vais t'arracher la tête.

**********************************************************************************

Eli Manning

6VB: Eli, ta carrière est vraiment sur la bonne voie depuis quelques semaines. Qu'est-ce qui a changé chez toi?

Manning: Papa fait dire que je n'ai pas changé, ce sont les autres joueurs qui se sont ajustés à mon niveau d'excellence.

6VB: On s'en va prendre une bière après les entrevues... Viens donc, on te paie un pichet.

Manning: Papa fait dire que non.

**********************************************************************************

Tom Coughlin

6VB: M. Coughlin on a entendu dire que vous aviez complètement changé de personnalité cette année et que vous faites même des jokes... C'est vrai?

Coughlin: Nous respectons beaucoup les Patriots.

6VB: Oui mais côté farces, êtes-vous de l'école Louis-Paul Allard?

Coughlin: Nous avons beaucoup de respect pour cette équipe qui a accompli de grandes choses.

6VB: Come on, poussez-nous en une p'tite!!!

Coughlin: Équipe Patriots respect grande nous avoir respect beaucoup respect.

Et voilà, on vous jure que presque toutes ces réponses vont sortir pour vrai!

Le Rouge et Or partage sa culture de gagnant

Des nouvelles du Rouge et Or de l’Université Laval qui annonce que leur sixième clinique à l’intention des entraîneurs de football se tiendra les 29 et 30 mars à Québec... En plus du volet clinique, on ajoutera cette année le volet conférence avec entre autre Dan Dozario et Mike Benevides, respectivement coordonnateur offensif et responsable des unités spéciales chez les Lions de la Colombie-Britannique. On parle donc d’une expérience très enrichissante pour les entraîneurs de tous les niveaux qui seront au contact de l’équipe de coach Constantin, comme dirait Gabriel Grégoire. Y a rien comme écouter des gagnants pour apprendre à gagner. Des coaches clownesques comme Cam Cameron, Lane Kiffin et Scott Linehan auraient intérêt à se rendre au Peps de l’Université Laval, eux qui en ont bien besoin…de peps et de victoires.

lundi 28 janvier 2008

Les recettes du Super Bowl : nachos

Aaah, les nachos. Menoum en osti, n’est-ce pas? Le snack sportif par excellence des patates de canapé de tous les coins du monde, présume-je. Du moins, icitte. De Detroit à Pittsbourgue, en passant par Vinnipeg et Belgazou, la popularité des nachos a propulsé la salsa au premier rang des condiments vendus, devançant le pauvre ketchup qui fait maintenant pâle figure comme "stuff à spreader". Sont rendus à en faire du mauve avec des cossins brillants dedans pour essayer d’en vendre plus aux enfants qui, eux, sont pourtant beaucoup plus intéressés par la meth que le ketchup en cette sombre époque.

Ainsi, les nachos font gouzi-gouzi avec le football depuis plusieurs lurettes. CBS et NBC nous bombardaient déjà d’annonces de Doritos les dimanches après-midi bien avant l’époque où la connasse à Bryn Smith se plaignait de pas pouvoir en trouver à Montréal. Tostitos est le commanditaire principal du Fiesta Bowl depuis 1995 et utilise même « Meet me at the Tostitos » comme slogan, s’inspirant des fameux Purple People Eaters des Vikings de la fin des années 60 qui se disaient « Let’s meet at the quarterback » au lieu de caller un jeu défensif. Priceless!

Peu de monde a du maïs séché et une meule de pierre chez lui, donc pas mal tout le monde achète les tortillas déjà faits. Mais de nombreux cuistots en herbe se risquent à inventer des dips de toutes sortes avec des succès parfois mitigés auprès de leurs invités, surtout quand la recette inclut de la morue crue et du mélange de patates Sheriff. Le département gastronomique de 6VB vous révèle donc ici quelques recettes excessivement secrètes que vous pourrez donner à tous vos amis qui reçoivent chez eux lors du Grand Match.

Guacamole : le secret d’une bonne guac’, c’est d’y mettre des avocats mous. Moins de risques de blessures pendant l’effouerrage dans le bol. Après ça, mettez de l’oignon et de l’ail hachés le plus finement possible. Si vous avez des avocats durs pis vous êtes trop tatas pour hacher finement l'oignon et l’ail, prenez un blender pour mélanger tout ça. Le but est de faire la guac’ la plus onctueuse et peu mottonneuse possible. Le ratio est à peu près deux avocats pour un demi-oignon (pas trop gros) et une gousse d’ail (ou deux). Ajoutez de la salsa, de la crème sûre (la mayo fait si vous en avez pas), du jus de lime et des petits jalapenos marinés finement hachés eux aussi. Les quantités, c’est au goût, mais essayez de garder ça un peu vert-avocat quand même et n’exagérez pas sur la lime, ça couvre les autres ingrédients. Sel et poivre au goût pis si vous êtes crinqués, une bonne cuillérée de sambal oelek pourrait faire réfléchir vos invités (à réserver pour les fans des Pats).

Turbodip gratiné St-Pie style : la recette de cette trempette chunky a quelques variantes mais ça tourne pas mal toujours autour du même concept. Par exemple, la version lasalloise est moins épicée et se sert complètement froide avec du fromage pas fondu. Mais à St-Pie, on gratine pis on épice, câlisse!

Donc, prenez un paquet de fromage à la crème (250g) et mélangez avec une bonne cuillérée de mayo, deux bonnes cuillérées de crème sûre et une cuillérée de sauce Worcestershire. Vous pouvez aussi mettre du tabasco ou du piri-piri au goût. Avec cet appétissant mélange vaseux, couvrez le fond d’un plat en pyrex qui va au four. Mettez un étage de salsa bien chunky par-dessus. Ensuite, émincez un oignon rouge, un poivron jaune, une tomate et quelques oignons verts, aussi connus sous le nom d’échalotes malgré ce que prétend le dictionnaire. Mélangez toutes ces belles couleurs et faites-en un autre étage par-dessus la salsa. Plafonnez ça avec un étage de cheddar fort râpé. Mettez ça à broil pendant à peu près deux minutes pour que le fromage fonde mais que le mélange en-dessous reste tiède/froid. Foi de Pinard, c’est à se rouler par terre. La cuillère est conseillée pour vous aider à en mettre sur vos nachos, surtout si vous mangez ça au-dessus d’une peau de bébé phoque.

Vite, vite, le kickoff est dans 5 minutes : tôle, première couche de nachos, mottes de cheesy salsa et de salsa éparpillées un peu partour, deuxième couche de nachos, encore des mottes, fromage râpé pour couvrir le tout, 5 minutes au four à broil pendant qu’une jeune étoile noire montante d’American Idol chante ‘God bless America’ avec des gallons de trémolo soul dans la voix. Et hop! Juste à temps pour le kickoff… et c’est déjà 7-0 pour les Pats.

Autre recette du Super Bowl : les dattes au bacon.

Les miettes du lundi: Redskins, Brady, Shockey et plus...

Les premières miettes de l'ère 6VB! Les nouvelles recommencent à affluer à mesure qu'on s'approche du grand jour.

Dan Snyder mélange tout le monde: Apparemment, le processus de remplacement de Joe Gibbs est un saprée belle aventure. Non seulement Snyder a pressenti Bill Cowher pour le poste, il a également rencontré Pete Carroll. On parle de deux gars qui n’iraient jamais se faire chier avec un clown comme Snyder. La semaine dernière Jim Fassell semblait le candidat principal mais là c’est plus trop clair. Même Steve Mariucci serait considéré… En plus, le petit Danny a solidement offensé sa défensive en remerciant le coordonnateur Gregg Williams. Les joueurs défensifs des Skins avaient apprécié la façon dont l’unité s’est soudée suite au décès de Sean Taylor et ils n’en reviennent pas que ce dernier ait été congédié… Ça regarde bien mal à Washington.

Shockey ne rode pas autour des Giants: Depuis que le toujours agréable TE Jeremy Shockey est blessé, les Giants sont devenus une belle machine de football. Il n’y a qu’un pas à franchir pour dire que son absence améliore l’atmosphère dans l’équipe et devienne de l’addition par la soustraction. Nous franchissons allégrement ce pas et nous ne sommes pas seuls. En plus, Shockey lui-même semble constater la chose et ça ne fait pas son affaire, il a donc conséquemment disparu de l’entourage de l’équipe… C’est vraiment winner ça Jeremy… encore une autre preuve que t’es un trou de cul égocentrique.

Rex Ryan reste à Baltimore: John Harbaugh aura donc un assistant chevronné du côté défensif. Ryan a été pressenti pour tous les postes d’entraineur-chef disponibles mais il n’en a obtenu aucun. PFT spécule que Rex et son frère Rob (Raiders) pourraient souffrir à cause que leur père, le coloré Buddy Ryan, était un bon coordonateur mais il était trop fou pour être coach en chef. Mettons que ç’a du sens. Buddy était un méchant crinqué. Mais on doit ajouter que Rob a l'air d'un crotté et que ca ne doit pas l'aider.

Tom Brady est bien correct: Tel que prévu, Brady n’est pas vraiment blessé tant que ça et il sera à son poste dimanche. On le savait et il aurait joué en chaise roulant s’il avait fallu. On peut dire ce qu’on veut des Pats, Brady c’est tout un joueur et il est courageux. (Je me pratique à complimenter les Pats, ca va être pratique dans 6 jours…)

Les billets coûtent cher: La présence des métropoles que sont New York et Boston fait monter les prix sur le marché du scalp. Le prix moyen est de 4300$ par billet! Hey hey! On va passer notre tour. J’ai hâte de savoir ce que les visiteurs vont penser de Glendale/Phoenix comme ville de Super Bowl. Me semble que ce doit être plus excitant que Jacksonville mais bien moins que Miami!!!

Et finalement, une rumeur pour les potineurs parmi vous: Tony Romo aurait laissé Jessica Simpson. Dites pas qu’on ne vous garde pas informés!!!

Des signatures chez les Alouettes

Une semaine qui commence sur les chapeaux de roues pour nos Als. Ouf…

Premièrement le joueur d’unité spéciale Avon Cobourne a signé un nouveau contrat avec nos Oiseaux. Il a retourné 10 bottés d’envoi et 11 punts la saison dernière....Il avait commencé la saison comme LB pour ensuite être transformé en RB. Le genre de chose qu’on voit juste dans la ligne canadienne et chez les Patriots avec Mike Vrabel. Mais les Patriots, c’est tellement spécial…prout.

En plus de Cobourne, les Oiseaux ont également annoncé que leur « most outstanding rookie of the year 2007 » le DB Randee Drew a signé un nouveau contrat avec l’équipe.

Les Alouettes ont également annoncé que Mike Sinclair se joint à l’équipe d’entraîneurs pilotée par Marc Trestman à titre de responsable de la ligne défensive. On se rappelera de Sinclair lors de son passage avec les Seahawks de Seattle alors qu’il a été Probowler pendant 3 saisons. Il a également fait le tour des écoles américaines pour sensibiliser les jeunes au méfait du diabète dont il était atteint.
.

dimanche 27 janvier 2008

Le Club de livre 6VB: Next Man Up - A Year Behind the Lines in Today’s NFL



L’ombre de la queue du chien du voisin d’en face du match ultime est à peine visible sur nos écrans-radars, et bien honnêtement, l’équipe éditoriale de 6VB doit fouiller les fonds de tiroir pour nourrir ce blog en attendant la suite des choses. Le manque de chose-football commence à nous faire bigrement grincer les dents… Dans un geste de désespoir, nous avons revisité notre culture littéraire foisonnante et avons finalement réussi à débusquer une petite brique qui traite justement de cette pratique sportive qui nous passionne tant. On oublie que l’instant éphémère d’un soir de décembre 2007, nos cœurs d’amateur de football et d’anti-Patriotes ont penché pour ces damnés Ravens de Baltimore. Le béguin a été de courte durée. Un coït interrompu par un Time-Out de trop au moment où la main de Dieu manquait de lubrifiant. La lecture de Next Man Up - A Year Behind the Lines in Today’s NFL, de John Feinstein (2005, Back Bay Books), 500 pages décrivant en très long et en moins large la vie au sein de ces satanés Ravens, m’a procuré ce même type de plaisir amèrement ambigu et peu lubrifié.

Le point de vue qui y est proposé est principalement celui de la direction, en particulier celui de l’entraîneur-chef Brian Billick: un être suave, intelligent, direct, moins arrogant qu’il n’en paraît - tout en demeurant très confiant de ses moyens - et qui ne mâche pas ses mots. Ozzie Newsome, le GM, the Guy who Transcends Us All, passe également pour un sacré bon gars. On rappelle d’ailleurs que Newsome avait carrément bypassé le vieux-crouton-à-Art Modell qui, en 1996, voulait repêcher en 1ère ronde un RB de Nebraska, un dénommé Lawrence Phillips. Newsome avait finalement préféré repêcher un OT de UCLA.Jonathan Ogden. . Ils en rient encore.

L’histoire débute plutôt lentement, s’éternisant avec menus détails sur la vente progressive par Modell de ses parts de l'équipe à l’entrepreneur Steve Bisciotti, qui lui aussi apparaît comme un gars qui a ben d’allure, un self-made-man à la fois humble et milliardaire.

Vous voyez le ton.

On entre dans le vif du sujet avec le camp d’entraînement : un Club Med, selon la légende, Billick ayant la réputation de ne pas brûler ses joueurs pendant l’été, question d’assurer qui leur reste encore du gaz rendu en décembre. On en apprend à propos de la dynamique qui opère pendant le camp d’entraînement. Beaucoup de joueurs invités au camp le sont principalement pour agir comme dummy de service, question d’avoir suffisamment de joueurs pour pratiquer. Des slapdicks, comme on les appelle. Autre exemple : les joueurs qui jouent à la fin du dernier match pré-saison sont généralement coupés le lendemain. Tout plein de détails semblables et d’anecdotes aussi sur les coupures, le rookie-show pis toute. Rien de trop croustillant, mais c’est parfois intéressant et ça fait sourire des fois.

Les seize matchs du calendrier sont banalement décrits, sans trop de détails techniques ni de sens dramatique. Mais à la décharge de l’auteur, faut dire que les Ravens avaient à l'époque une attaque à la vanille dirigée par le très excitant Kyle Boller. Dire que les choses ont peu changé depuis, ye gods… Les relations parfois tendues entre les entraîneurs sont également discutées. Comme l’influence indue du Special Team Coach, Gary Zauner (maintenant avec les Cards), qui faisait des Ravens l’équipe avec le plus de joueurs uniquement dédiés aux unités spéciales, soit 6 : 2 kickers, un punter, un LS plus 2 autres joueurs. Une source de frustration pour les autres entraîneurs qui trouvaient insuffisant d’avoir seulement 39 joueurs pour combler les 22 positions restantes.

C’est d’ailleurs ce qui fait la force du bouquin. C’est peut-être le gestionnaire-refoulé qui parle, mais j’ai pris malin plaisir à visualiser ces réunions du lundi où tout le staff se réunit autour d’une table et se tape le tape d’la game (on dirait du Lucien Francoeur), juge la performance des joueurs, discute des coupures, des blessures, des agents libres encore disponibles. Toute les technicalités logistiques et contractuelles… Du roster management en pleine action. Pour les amateurs du mode Franchise à Madden et les football-geeks, c’est du bonbon.

Mais pour le reste, c’est-à-dire les joueurs des Ravens, franchement, on s’en contresaitciboirifit. Jamal Lewis, Ray-Ray Lewis et Deion Sanders et le reste…difficile de s’intéresser à cette gang de clowns. Et la description complaisante et satinée de ces guignols en collants ne fait rien pour aider leur cause. Les sagas juridiques de Jamal et Ray-Ray (the heart and soul of not only the defense but the entire team) sont répétées et répétées et répétées, au point où l’on se demande si des passages entiers n’ont pas été écrits par d’autres « collaborateurs » qui n’ont pas eu la sagesse de se cross-checker.

D’autres sujets controversés sont quand même abordés, comme la présence prédominante de la religion dans l’équipe (ils ont même leur propre in-house preacher), la tentative de suicide de Deion Sanders (no shit), le party-going de Deuce McAllister…Mais le style est plutôt convenu et manque passablement de edge, un peu comme si on lisait un long article de l’Actualité.

La cote 6BV (sur 5):

Amateurs de sensations fortes, s'abstenir.

Vers de nouveaux sommets.

Et bien chers amis, voilà que nous avons du prendre une décision qui ne fut pas facile : rebaptiser notre blog pour voguer vers de nouveaux sommets…

Plusieurs raisons ont motivé notre décision. La popularité en est une. Comme le blog fut créé à l’origine pour notre bon plaisir, nous ne nous attendions pas à un tel succès si rapidement. Le nom du blog devenait donc problématique afin de ne pas porter ombrage à un homme que nous respectons si profondément comme Pierre Vercheval.

Et comme vous avez été plusieurs à nous envoyer des courriels pour solliciter notre opinion sur des sujets autres que la NFL, nous avons décidé d’ouvrir un peu plus le spectre des sujets que nous abordions, d’où la nécessité de changer quelque peu la mission initiale du blog. Nous suivrons donc d’encore plus près les activités de la NFL tout en nous permettant des interventions régulières sur les sports mineurs que ce sont le hockey, le baseball ou pourquoi pas les Jeux olympiques.

C’est donc avec plaisir que nous vous convions à venir vous installer avec nous à 6 verges et les buts.

Il va s’en dire que vous vous précipiterez vers votre fichier de favoris pour changer l’ancienne adresse bonjouricipierrevercheval.blogspot.com pour l’adresse 6vergesetlesbuts.com.

L’équipe de 6VB vous souhaite une excellente lecture.

samedi 26 janvier 2008

Ca brasse chez les Redskins

Dan Snyder n'a pas encore nommé de nouvel instructeur-chef mais il prépare la table pour que son nouveau sbire se sente à l'aise: les Skins ont remercié leur coodonateur défensif Gregg Williams et leur coordonateur offensif Al Saunders.

Snyder a promu Greg Blache (anciennement patron de la ligne défensive) comme chef de la défense.

Saunders, reconnu pour son complexe playbook de 700 pages n'était pas un fit extraordinaire avec Jason Campbell alors on comprend son congédiement. Il pourrait se retrouver chez une équipe avec un QB vétéran qui saisirait bien le volumineux playbook.

Du côté de Williams, il été considéré comme le successeur prédésigné de Joe Gibbs alors si cet arrangement ne fonctionne plus, il devait partir. Selon PFT, les Jaguars et les Rams sont intéressés à ses services alors on ne le plaindra pas trop.

Les choses demeurent rocambolesques chez les Skins alors ca demeure difficile de deviner qui Snyder nommera comme coach. Spagnuolo? Fassell? Al Bruno?

vendredi 25 janvier 2008

Dernière heure: Al Davis demande à Kiffin de démissioner.

Coup de théâtre à Oakland: le Dark Overlord Al Davis a demandé à son ti-clin de coach Lane Kiffin de démissionner. Il lui a même donné une lettre de démission à signer.

Il semble que le tout ait eu lieu il y a deux semaines et que Kiffin a refusé, mettant Davis au défi de le congédier. Davis avait déja empêché Kiffin de congédier le coordonateur défensif Rob Ryan et la patience du toujours très rationnel vieillard semble être à bout. Les Raiders risquent donc de se retrouver avec un quatrième coach en quatre ans...

Et vous ne devinerez jamais qui Davis veut embaucher? Dennis Green! De l'humour à son meilleur!

Les miettes du vendredi : controverse à Pittsburgh, Anderson s'approche d'un contrat et plus…

La Planète NFL tourne au ralenti ces jours-ci mais il y a quand même quelques histoires dignes de mention à l’approche du «lost weekend».

Ben veut un grand receveur, Hines trouve ça plate: Drôle de controverse à Pittsburgh, Ben Roethlisberger qui déclare au Pittsburgh Post-Gazette qu’il aimerait bien ça avoir un wide receiver de grande taille dans son arsenal et voilà que Hines Ward (qui mesure 5’11’’) le prend pas pantoute. Ward a déclaré que les Steelers avaient gagné un Super Bowl sans WR format géant et que Tom Brady et Peyton Manning n’auraient jamais fait une telle déclaration. C’est le genre d’histoire qui va assurément s’arranger avant le camp mais c’est bizarre de voir une telle réaction d’insécurité de Ward, un gars qui s’en va probablement au Temple de la Renommée

Les Browns offrent un contrat à Anderson: On savait déjà que les Browns voulaient garder Derek Anderson et Brady Quinn avec l’équipe en 2008 mais ca se concrétise avec le dépôt d’une offre de contrat. L’équipe désire signer Anderson pour trois ans, ce qui semble être un bon deal pour tout le monde. Une équipe qui s’en va dans la bonne direction…

Les Giants, une des pires équipes de l’histoire du Super Bowl? Les Football Outsiders ont une panoplie de statistiques uniques pour déterminer la valeur d’une équipe et malheureusement ces stats indiquent que les Giants ne sont pas de taille. Yikes.

Les gens de Fox aiment le matchup: Bien des gens ont été déçus de ne pas avoir un Super Bowl Pats-Packers mais les dirigeants de Fox sont bien contents. Grâce au potentiel de saison parfaite et de la présence de New York et Boston, ils croient que le match pourrait battre des records de cotes d’écoute.

Un revenant à Washington? Fait étonnant, il semble que Jim Fassell soit devenu le meneur dans la course au poste de coach des Redskins. On veut bien croire que des gars comme Belichick et Turner n’étaient pas trop hot au moment de leur embauche respective et qu’il ont connu du succès pas la suite mais quand même… La dernière fois qu’on a entendu parler de Fassell, il se faisait congédier comme coordonateur offensif des Ravens… Me semble qu’il part de loin.

Guide de survie pour un weekend sans football.

La NFL nous offre un amer avant-goût de la saison morte cette semaine avec sa regrettable « semaine off avant le Super Bowl histoire d’augmenter le hype ». J’imagine que côté business la NFL y trouve son compte mais pour les partisans, c’est vraiment poche. Qu’à cela ne tienne, nous vous avons concocté quelques suggestions pour vous permettre de passer au travers de ce morbide weekend.

Suggestion DVD : The Wire. Si jamais vous voulez vous embarquer dans une série-télé, vous ne pouvez pas vous tromper avec The Wire. La première saison de la série suit dans les moindres détails le parcours d’une bande de revendeurs de drogue de Baltimore et celui des policiers qui tentent de les arrêter. Il n’y a pas de héros et de vilains dans cette série, seulement des gens qui tentent de réussir un tant soit peu dans un environnement très difficile. On y découvre une ville pauvre et ravagée par le crime, dirigée pas des politiciens comme les autres qui sont soient corrompus ou négligents. Il y a maintenant quatre saisons de la série en DVD et chacune prend une tangente différente pour explorer les bas-fonds de Baltimore. Disponible dans tous les bons clubs vidéo et sur amazon.ca.

Suggestion musique #1: Black Mountain « In the future ». Black Mountain est un groupe de Colombie-Britannique qui donne dans un style que je qualifierais de “seventies modernisé”. In the Future est leur deuxième album et c’est une véritable révélation : des chansons mélodiques mais heavy avec juste assez d’expérimentation pour garder le tout original. C’est rock, ç’a du punch et ça peut rejoindre pas mal de monde car malgré la lourdeur générale, c’est un groupe qui pourrait jouer à CHOM. La chanson « Wucan » est particulièrement bonne. Disponible chez les disquaires indépendants et sur amazon.ca

Suggestion musique #2: Blitzen Trapper « Wild Mountain Nation ». Un autre groupe du Nord-Ouest, de l’Oregon cette fois-ci. Blitzen Trapper tend davantage vers un son folk actuel, un peu comme ce que nous offrait Beck dans ses belles années. Les chansons sont parfois dissonantes mais la mélodie demeure limpide et « conventionnelle ». Il y a un peu de bidouillage électronique ça et là et l’ensemble est assez « lo-fi ». Un album qui vise les aventuriers qui ont le goût d’entendre quelque chose de nouveau. Rafraîchissant et efficace. Disponible chez les disquaires indépendants et sur amazon.ca

Suggestion lecture: Andrei Makine « Un requiem pour l’est ». De nos jours, l’URSS est une empire oublié et l’époque de la Guerre Froide est un lointain souvenir. Ce merveilleux livre (et j’utilise le mot « merveilleux » sans sarcasme, ça fait bizarre) nous ramène à l’heure de gloire de l’empire soviétique, alors que le communisme tentait d’étendre ses tentacules sur la planète entière. Le lecteur revit les grands moments de l’histoire de l’URSS à travers trois hommes sans noms, un grand-père, son fils et son petit-fils. L’époque 70-80 est particulièrement intéressante avec ces guerres par partenaires interposés et ses jeux de coulisse. Quand on termine le livre, un souhaite qu’il y ait une suite ou un film, n’importe quoi pour que ça continue. Disponible entre autres chez Archambault.

Voilà, c’était notre première tentative de faciliter votre transition vers une vie sans la NFL. Nous aussi on sait que la saison morte est longue et on va tenter de vous rendre ça le moins pénible possible.

La retraite pour Mike Alstott

Le robuste porteur de ballon des Bucs Mike Alstott a mis fin à sa période de flottement hier en annonçant définitivement sa retraite. Il a passé la saison 2007 sur la liste des blessés.

Il aura fièrement porté les couleurs du Tampa Bay pendant 12 ans, incluant une mémorable saison avec les habits oranges. Il a été un des principaux acteurs dans la transformation des Buccanneers qui sont passés de risée du sport professionnel à champions du Super Bowl. Le site Tampa Online le décrit comme le joueur le plus populaire de l’histoire de l’équipe. Il est d’ailleurs numéro un dans l’histoire de la concession pour les touchés avec 71 et les touchés au sol, 56.

Il a souvent été décrit comme un fullback mais je l’ai toujours davantage perçu comme un joueur hybride HB/FB. Il a déjà connu une saison de 949 verges avec 9 touchés, en 1999. Peu de joueurs pouvaient déplacer une ligne défensive aussi efficacement qu’Alstott

Avec la retraite de Warren Sapp, voilà déjà deux grands des Bucs des année 90 qui accrochent leur casque. Le temps passe vite.

Mais nous ne restons pas sans souvenirs car l’internet nous permet de se remémorer de physiques moments de la carrière de Mike avec ce charmant vidéo.


jeudi 24 janvier 2008

Disponible pour échange: Premier choix au repêchage flambant neuf

Dans un geste qui ne devrait surprendre personne, Jeff Ireland "directeur général" des Dolphins a annoncé que l'équipe est disposée à échanger le premier choix global au prochain repêchage de la NFL.

Il faut désormais s'attendre à ce genre de déclaration presque chaque année. Les équipes qui terminent au dernier rang de la ligue sont généralement en déficit de talent à presque toutes les positions et pas trop friandes de donner un contrat faramineux à un seul joueur aussi doué soit-il. Il est donc normal qu'ils tentent d'accumuler d'autres choix au repêchage via une transaction. De plus, les superstars dont on peut garantir le succès dans la NFL se font rares et même quand un joueur bénéficie d'un turbo hype, les équipes doutent et passent par-dessus (voir Bush, Reggie)

Jetons un petit coup d'oeil sur les 10 derniers premiers choix:

1998: Peyton Manning, QB, Colts: Super top pouce
1999: Tim Couch, QB, Browns: Désastre total
2000: Courtney Brown, DE, Browns: Encore un désastre pour les Bruns
2001: Michael Vick, QB, Falcons: Les choses ont mal tourné, désastre.
2002: David Carr, QB, Texans: Désastre total
2003: Carson Palmer QB, Bengals: Top pouce
2004:
Eli Manning, QB, Chargers: Échangé aux Giants contre une belle panoplie de choix. Top pouce pour les deux équipes, surtout si les Giants gagnent le Super Bowl.
2005: Alex Smith, QB, 49ers: Ca regarde mal, les Niners ont vraiment essayé de se départir du choix car il n'y avait pas de superstar apparent dans ce repêchage.
2006: Mario Williams, DE,Texans: Les Texans ont eu l'air fou avec ce choix, levant le nez sur Vince Young et Reggie Bush mais aujourd'hui on leur donne un top pouce!
2007: JaMarcus Russell, QB, Raiders: Un autre choix qui ne faisait pas conscencus. Russell est un projet à long terme... avec un contrat de 61 M$ sur six ans.

Donc dans les 10 derniers drafts, ca donne quatre top pouces, quatre désastres complets et deux indéterminés... On dirait qu'Alex Smith a 75% des chances de se retrouver dans la catégorie désastre d'ici un an. Pas une grosse moyenne.

Ca donne raison aux Dolphins de vouloir se départir du premier choix et ca donne raison aux autres équipes de ne pas leur faire d'offre...

Les miettes du jeudi : rififi à Miami, Rivers sous le bistouri et plus

C’est pas mal calme dans le monde du football ces jours-ci mais voici quelques items dignes de mention en ce jeudi de «bye week».

Y s’en passe-tu des affaires avec les Dolphins: Il n’y a pas si longtemps, votre humble serviteur a écrit un petit article ayant pour titre Le pantin de Bill Parcells: Jeff Ireland. Il semble que cette fois-là j’ai visé dans le mille car l’ami Ireland a subtilement avoué dans une entrevue au USA Today qu’il n’avait pas vraiment le dernier mot sur les décisions footballesques. Le problème dans tout ça c’est que pour passer des Cowboys aux Dolphins, il doit occuper un poste supérieur à son emploi précédent, ce qui passe généralement pas l’octroi du «contrôle total sur les décisions football». Il y a donc une possibilité de passage de sapin ici et les Cowboys pourraient exiger réparation sous forme de choix au repêchage. En plus que Bill Parcells a vidé les Cowboys de presque tous leurs assistants instructeurs… Jerry Jones doit quand même l’avoir sur le cœur un peu. À suire.

Encore du trouble pour les Dauphins: Bien connu pour son manque de connaissances géographiques et son ignorance totale du hockey, Channing Crowder fait encore les manchettes. Le LB intello a quitté la scène d’un accident après avoir décalissé son truck. En voilà un qui sait faire parler de lui en bien. Il est passible de 60 jours de prison, il pourrait en profiter pour faire de la lecture.

Phillip Rivers se fait opérer: Après avoir joué le match de finale de l’AFC sans ligament croisé antérieur (demandez-nous pas comment ca marche), le tonitruant QB des Chargers s’est fait arranger cette partie du corps plus tôt cette semaine. Il devra se réhabiliter pendant six mois, ce qui nous amène drette au début du camp. On lui souhaite prompt rétablissement et on imagine qu’il sera prêt à crier comme un mongol en juillet.

Les Lions se débarrasseraient de Shaun Rogers: On imagine que la clownesque direction du Detroit en a marre du corpulent DT et de son jeu inconstant. Il s’agit cependant s’un beau talent avec trois ans à faire à son contrat et il pourrait sûrement fleurir avec une équipe aux horizons plus ensoleillés (wow, poétique…). Les Lions tenteront de l’échanger et me semble que je donnerais un 4e choix pour ce lardon.

Signe des temps: L’Astrodome, ancien domicile des Oilers et de Astros et 9e merveille du monde, deviendra sous peu un hôtel. On se souviendra que ce stade était jadis THE shit et maintenant il sera recyclé. Ca donne de la crédibilité aux ceuses qui veulent transformer le Stade Olympique en centre d’achats…

mercredi 23 janvier 2008

Les recettes du Super Bowl : dattes au bacon

Le Super Bowl n'est pas seulement un happening de football et de shows de mi-temps intolérables avec des has-beens recyclés qui chantent commes de crécelles, c'est aussi le rendez-vous culinaire annuel pour ceux qui aiment innover dans l'art de cuisiner la crap la plus délicieuse et mauvaise pour la santé possible. 6VB vous proposera donc d'ici le grand match une panoplie de recettes originales toutes aussi efficaces les unes que les autres pour se boucher rapidement les artères et chier des torrents de beurre d'arachides barbecue pas torchable pendant les six jours suivants. Vos collègues de bureau n'auront jamais eu autant de plaisir à imiter votre démarche de cowboy-à-la-cenne-en-feu.

Première recette et non la moindre : les classiques dattes au bacon. Les sceptiques ont tous été confondus au fil des ans. Il est biochimiquement impossible de ne pas raffoler des ces pseudo-tapas que les restos espagnols vantent et vendent à fort prix mais qui a en fait été découvert par ma maman dans un vulgaire magazine de recettes américaines dans les années 70. Ce délice est depuis demeuré un classique de Noël mais est aussi devenu un classique du Super Bowl lors de l'épidémie de weed des années 90 quand les Cowboys gagnaient tout le temps et que tout le monde se crissait du match.

La préparation est plutôt complexe mais avec un peu de patience et de dextérité, on y arrive.

Ingrédients : vous avez besoin d'une quelconque boîte de dattes arabes dénoyautées, d'un paquet de bacon pis des cure-dents. Je tiens à préciser ici que le bacon ordinaire vendu à la 'picerie fait la meilleure version de cette recette. Le "moins salé" ou le "fumé à l'érable" n'auront pas la torque chloro-sodique nécessaire pour tenir tête au riche sucré de la datte. La plupart des bacons de boucherie ne feront pas l'affaire non plus, vous avez besoin du plus salé possible ici.

Préparation : Choppez le paquet de bacon non ouvert en deux avec un big-ass couteau, c'est plus simple que de couper les tranches en deux une à la fois. Enroulez une demi-tranche de bacon autour de la datte et plantez un cure-dents dedans. (Vous pouvez quand même garder quelques tranches de bacon complètes pour faire des dattes extra-bacon que vous vous réserverez vu que vous êtes le chef. La demi-tranche est correcte et coûte moins cher en bacon mais la tranche complète contient le gras/salé optimal pour répondre à la datte.)
Remplissez une tôle de ces magnifiques petites bouchées, préchauffez le four à 350° et faites cuire pendant environ 10-15 minutes. Tournez de bord pis refaites cuire un p'tit 10 minutes. Le temps de cuisson est approximatif parce que ça dépend toujours de si vous aimez votre bacon saignant ou bien cuit. Gardez tout simplement un oeil sur la cuisson pis retirez-les du four quand le bacon est à votre goût. La datte n'a pas vraiment besoin d'un degré de cuisson précis. Laissez refroidir un peu avant de vous gaver parce que la datte est chaude en osti en sortant du four.

Variantes : la recette précédente est celle de base et, à mon avis, la meilleure. Il y a par contre plusieurs variantes. Certains aiment farcir la datte avant de l'entourer de bacon, que ce soit avec un morceau de chorizo, une amande salée ou un bout de fromage bleu. As you wish, laissez aller votre imagination mais farcissez avec du salé parce que si vous mettez un sucre à crème au milieu d'une datte, il va vous falloir trois tranches de bacon autour de chaque datte pour que ce soit bien balancé.

Accord alcoolisé : il n'y a évidemment pas grand vin pour s'accorder avec une telle explosion de saveur et de toute façon, le Super Bowl, c'est pas fait pour boire un petit blanc de fif les pattes croisées. Allez-y plutôt avec une bière riche et un peu sucrée style Fin du Monde. Si vous êtes une fille, prenez plusieurs Fin du Monde afin que vos chums de gars puissent vous faire faire plus facilement des choses dégradantes si le match est plate.

Bon appétit!

Mike Smith (?) serait nommé instructeur des Falcons

Tout semble indiquer que les Falcons d’Atlanta et leur apprenti DG Tom Dimitrioff ont jeté leur dévolu sur le coordonateur défensif des Jags, Mike Smith. Oui, oui, Mike Smith.

L’homme au nom vachement générique devrait être officiellement embauché cet après-midi. Il était coordonateur défensif des Jaguars depuis six ans. La défensive jacksonvilloise a terminé au 12e rang en 2007 mais s’était classée deuxième et sixième lors des deux saisons précédentes.

C’est clair que Smith faisait du bon travail avec les Jags mais on parle ici d’un nouveau coach vraiment très low profile. À moins d’une saison morte spectaculaire, il faut s’attendre à de nombreux sièges vides à Atlanta la saison prochaine. C’est déjà une ville qui n’encourage pas beaucoup ses équipes alors la reconstruction complète des Falcons se fera probablement dans l’indifférence totale.

On souhaite la meilleure des chances à Arthur, Tom, Mike et compagnie. Ils en auront besoin.

On est aussi un peu surpris que les Falcons n’aient pas attendu que le DC des Giants Steve Spagnuolo soit disponible pour une entrevue. Il aurait été un candidat intéressant et abordable qui aurait sûrement suscité un peu plus d’intérêt chez les fans.

On verra bien...